N'avez-vous jamais attendu au cours de votre vie une œuvre qui répond à toutes vos interrogations et attentes ? L'œuvre qui reconnecte tout ce que vous appréciez à un niveau que même vos envies les plus folles n'auraient pas pu y répondre ?

Signalis, c'est un peu ma pierre de Rosette à moi, un OVNI, un objet qui débarque et m'aide pour déchiffrer tout ce que j'aurai souhaité dans un jeu vidéo, sans que jamais je nu vraiment l'imagination pour atteindre ce Graal dans mon esprit. Comme un message délivré du ciel tout droit dans les antennes du SETI, Signalis se pose au carrefour de vos corpus culturels pour les agréger et n'en faire qu'un, son univers, son identité.

Que cela soit à travers la peinture, le cinéma, ou bien la littérature mais aussi bien entendu par le jeu vidéo, Signalis réussit l'exploit d'assimiler un grand nombre de références indépendantes pour en faire un tout cohérent, comme la particule de dieu Signalis répond aux derniers questionnements qu'on avait sur le jeu vidéo et créer une nouvelle voie à suivre. Etait il possible après tout ce temps de redécouvrir ce que le temps a effacé, une œuvre qui ne prend pas les joueurs par la main et retourne vers les racines du genre ? Signalis nous le démontre avec brio, et prouve qu'une fois de plus la possibilité de prendre des risques et la plus précieuse chose que les développeurs indépendants possèdent.

C'est lors du Steam Next Fest 2022 avec une démo qui laissait présager une œuvre originale certes, mais bien loin du résultat final, qu'on a aperçu le potentiel. Cependant, ici, c'est bien à un nouveau classique du genre survival horror auquel nous avons droit et sans trembler, on peut même affirmer du jeu vidéo, mais seul le temps nous confirmera si j'avais eu tort ou non.

Rose Engine Studio, seulement composé par deux personnes Barbara Wittmann et Yuri Stern ont réussi l’impossible, faire revivre le genre du survival horror comme aucun ne l’aurait imaginé. Catégoriser le genre de Signalis est un exercice compliqué, car si le jeu est bien un survival horror dans son approche intrinsèque, il est bien plus que cela, et se place quelque part au milieu de MGS1, les RE ou Silent Hill, tout en possédant un soupçon de vieux jeux PC tel qu'Ultima dans sa manière de gérer quelques passages 3D, et j'en oublie certainement d'autres dont je n'ai pas connaissance. S’il ne crée pas à proprement parler un nouveau genre, il crée par contre son style, portant avec lui assez d’arguments pour affirmer que trouver un équivalent à Signalis reste très compliqué. Ni un jeu d’horreur, ni un survival, ni même un simple train fantôme, c'est une expérience unique, plus cérébrale que horrifique, une nouvelle proposition, surréelle et psychologique mâtiné de thématiques SF que les développeurs qualifient de “science-fiction rétro-technologique au style européen de la guerre froide mâtiné d'horreur cosmique”, vous avez dit original ?

Si on se concentre uniquement sur la partie du gameplay les choses, sont légèrement différentes. Plus classique dans son approche Signalis se présente sous la forme de sprites 2D créant des animations fluides mélangées avec un style “pixel perfect”, le jeu peut être très bien abordé en infiltration totale comme avec de l’action intense. Le rythme reste lent et il sera nécessaire d’avancer avec prudence (l'atmosphère lourde du jeu nous force naturellement à progresser doucement.) car les munitions sont limitées, l’inventaire rikiki et un nombre important d'objets et informations essentielles se cachent dans le décor.

Sans dévoiler chaque chapitre du jeu, on peut dire que le schéma pour avancer reste peu ou prou le même que dans d'autres références du genre. Une porte à ouvrir, de nombreux artefacts ou objets à récolter et à combiner pour ouvrir celle-ci et progresser dans le jeu, c'est du déjà-vu sur ce point, mais ça fonctionne parfaitement et surtout exécuté avec un talent qu'on avait plus vu depuis de trop longues années.

Si cela marche, c'est grâce à deux choses. La première, c'est simplement le level design exceptionnel du jeu. Les larges zones parcourues se composent de nombreuses chambres, pièces et couloirs parfaitement agencés entre eux, de manière horizontale, mais aussi verticale, donnant au joueur la possibilité de parcourir les lieux de façons différentes, mais surtout exigeant une planification de vos trajets minutieuse pour éviter le danger ou gagner du temps.

Je suis forcé d'admettre que la formule exposée ici et qui demande de créer une visualisation 3D de la carte dans sa tête me rappelle fortement celle appliquée aux From Software, oui, c'est souvent la référence fourre-tout, mais c'est la plus facile à utiliser pour situer le travail exceptionnel accompli ici. D'autant plus que Signalis réserve quelques twist sur ce point mais vous découvrirez cela par vous-même.

Le deuxième point c'est la proposition unique du jeu de mélanger cette vue 2D iso traditionnelle, mais superbement travaillé grâce au travail minutieux sur les "sprites", mais aussi et surtout avec des phases 3D dites low poly, google est votre ami, mais si vous avez la référence Flashback est un titre parmi de rares autres à utiliser ce style bien particulier qui maîtrisé, donne un cachet fou au jeu.

Ces phases de 3D sont utilisées avec parcimonie et souvent dans des moments bien spéciaux, propices à un effet "wow".

Ça commence gentiment par un ascenseur puis cela monte en puissance jusqu'à une station de radio abandonnée en haute montagne, à l'interface d'un ordinateur entièrement interactif comme si on avait émulé un Amstrad CPC dans le jeu. Ces moments tranchent radicalement avec la formule de gameplay de base en 2D, ce qui renforce la transition et donne l'effet de jouer à deux jeux différents au sein d'un même univers, vertige assuré.

Mais cela ne serait rien sans les puzzles qui utilisent ces phases 3D de manières grisantes de plaisir.

Au-delà de l'esthétique à tomber par terre de certains puzzles, c'est bien la façon de résoudre ceux-ci qui m'a bluffé, j'ai rarement été si satisfait après avoir résolu l'un d'eux, me faisant sentir comme le nouveau Einstein pendant quelques secondes.

Cependant, si vous pensiez déjà que cela était suffisant pour vous convaincre de claquer vos deniers, laissez-moi aborder la partie scénaristique de l'œuvre.

Soyons clair, je vais effleurer la surface pour préserver la surprise pour chacun d'entre vous, mais Signalis va vous tordre les neurones sur le nombre de références culturelles qu'il assimile dépassant amplement le médium du jeu vidéo. Beaucoup d'œuvres pourraient être considérées comme de pâles copies se contentant de plagier tout sans en comprendre la racine. Signalis ne fait pas cette erreur et réagence tant de classiques ensemble de manière cohérente et intelligente dans un nouvel univers, son univers, que l'étude qui peut être faite du jeu est vertigineuse et instructive.

Sans en faire une liste exhaustive, Concernant le jeu vidéo, on peut déjà citer Silent Hill 2 pierres angulaires de Signalis pour son côté horreur psychologique, ou encore Dead Space pour l'horreur cosmique. Mais c'est plutôt du côté de la littérature que ça devient intéressant où l'on pourrait citer du K.Dick, Lovecraft, Asimov, chacun avec un impact plus ou moins important. Certains bouquins étant même directement intégrés à l'univers du jeu. Mais autant que la littérature fait partie de l'œuvre, la peinture et le cinéma tiennent aussi une place importante.

L'île des morts, Lynch, Evangelion, Blame, Ghost in the Shell et d'autres classiques qu'on découvre encore, ont tous un lien avec Signalis, mais je ne peux en dire plus, sans risquer de vous enlever 1 % du plaisir de la découverte, car le moindre mot en trop pourrait être fatal, Signalis se vit intensément sans aucune perturbation extérieure.

Mais si on devait résumer en quelques lignes sans divulgâcher.

L'expérience commence à votre réveil, après s'etre extirpé d'un caisson cryogénique, sans explication nulle autre que les rares informations que vous trouverez autour de vous dans ce qui semble être un vaisseau spatial, posé sur une planète de glace. Vous décidez donc de quitter le vaisseau pour découvrir la raison de votre solitude et dans l'espoir de découvrir ce qui se passe dehors, seulement après quelques mètres dans le blizzard vous tombez sur un trou qui semble infini, vous empruntez les escaliers et c’est à partir de là que le cauchemar commence. Je ne dévoilerai rien de plus sur Signalis qui pourrait compromettre votre aventure, mais sachez simplement que la partie scénaristique de Signalis est l’une des plus intéressantes à analyser qui m’ait été de voir depuis de très longues années. Si tout reste obscur et bien évidemment cryptique, Signalis offre un nombre conséquent de ressources pour que vous passiez les nuits suivant votre arrivée à la fin, à réfléchir à tous les événements que vous avez vécu. Seul le temps nous dira si l’effet restera aussi percutant que d’autres classiques, mais je pourrai parier sans l'ombre d'un doute que Signalis deviendra une nouvelle référence du jeu vidéo.

Son histoire laisse aussi penser que dans les jours et mois à venir de nombreuses théories et découvertes vont fuser sur les internet (Reddit en est déjà plein.) et que la vision qu'on a du jeu à un instant T, ne sera plus là même une fraction de seconde plus tard, la conscience collective de la communauté se chargeant de faire évoluer l'analyse perpétuellement, le signe d'une œuvre exceptionnelle.

Je finirai une fois n'est pas coutume sur la partie audio du titre, que je qualifierai au pire de très bonne au mieux de remarquable. Que cela soit au travers du travail magistral du sound design ou que des musiques, les émotions et sensations transmises par Signalis sont puissantes. J'ai été étonné que le simple fait de sauvegarder dans un jeu puisse me donner autant de frissons.

Manipuler les menus ou interagir avec les objets est grisant de plaisir, tout comme les affrontements contre (insérez ce que vous pensez) ou répliquer avec votre arsenal, est un bonheur auditif.

La bande originale est tout bonnement sensationnelle, puisant elle aussi ses inspirations partout pour venir créer son identité comme le reste du jeu.

Si j'ai aimé Signalis ? C'est un euphémisme. Est ce qu'il est parfait ? non, mais je ne vois pas l'interet d'aborder ces points ici.

Simplement, c'est peut être une de mes plus belles expériences vidéoludiques de ces dernières années, et croyez moi, j'aurai pu rajouter une dizaine de pages à cette critique si chacun d'entre nous avait complété le jeu. Maintenant, vous savez ce qui vous reste à faire, le voyage ne sera pas toujours simple, mais au bout, attendent les réponses à vos questions les plus absolues, votre Boson de Higgs culturel, mais sans manquer de créer de nombreuses nouvelles interrogations.


PS: Faîtes moi plaisir, pensez à jouer au jeu avec un casque ou écouteurs, l'expérience en est transformée.

Ryxlers
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Collection de jeux PS4, Journal JV Edition 2022 et Les meilleurs jeux vidéo de 2022

Le 14 novembre 2022

17 j'aime

7 commentaires

Signalis
Karadras
9
Signalis

Achtung! Le survival-horror est de retour !

Le jour que j'attendais tant est enfin arrivé ! Le retour du vrai survival-horror est là. Signalis est une rareté comme seule des développeurs indépendants peuvent encore en faire. Il va a...

il y a 2 mois

11 j'aime

6

Signalis
Liehd
9
Signalis

Ich warte

Et voilà. Enfin, déjà. Signalis bouclé en un peu plus de douze petites heures, soit la durée standard d'un Survival Horror de la belle époque....ce qu'il est et revendique d'être, du reste, avec son...

il y a 3 mois

10 j'aime

3

Signalis
Leon9000
5
Signalis

La résidence de la coquille

Les jeux vidéos indépendants peuvent-ils profiter de leur liberté de ton pour repousser les limites interactives du jeu vidéo ou doivent-ils s'évertuer à recréer les archétypes des jeux d'antan,...

il y a 2 mois

4 j'aime

9

Halo Infinite
Ryxlers
7

Une longue attente et de nombreuses interrogations,

Au travers de ses 20 dernières années qui ont suivi la sortie de Halo 1, la série n'a jamais été bien loin de moi et cela sous de nombreuses formes. Que cela soit par l'intermédiaire des jeux bien...

il y a 1 an

11 j'aime

7

Mother 3
Ryxlers
10
Mother 3

Bashar al-"Fassad" et son armée de cochons cachent de l'argent dans un puits, ça tourne mal.

Écrire sur Mother 3 a été certainement l'exercice le plus complexe qui m'ait été donné en ce qui concerne l'écriture d’un avis sur un jeu vidéo. En-soi j'aurais sûrement assez de matériaux dans ma...

il y a plus d’un an

9 j'aime

2

Persona 5: Royal
Ryxlers
9

Bas les masques Atlus, ô grand roi du soft power.

Au travers de ces dernières décennies, le Japon a su parfaitement saisir la puissance d’exporter sa culture pour gagner une place sur la scène internationale. Grâce à de nombreuses œuvres...

il y a 29 jours

9 j'aime

17