2020 en films

Avatar VinnieJones Liste de

22 films

par VinnieJones

Objectif : continuer sur ma bonne lancée de 2019 et dépasser le nombre de films vus, et surtout le retour des annotations. Et puis il faut que je sorte plus de ma zone de confort , parce que là je m’encroûte un peu il faut le dire.

Janvier : 11 films : 7 découvertes / 4 revus (6 DVD - BLU RAY / 1 TV / 2 Netflix / 2 cinés)
Février : 11 films : 8 découvertes / 3 revus (5 DVD - BLU RAY / 6 Netflix)

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    Spider-Man : New Generation (2018)

    Spider-Man: Into the Spider-Verse

    1 h 57 min. Sortie : . Action, aventure et fantastique.

    Long-métrage d'animation de Bob Persichetti, Peter Ramsey et Rodney Rothman avec Shameik Moore, Jake Johnson, Hailee Steinfeld

    Vu le 03/01 en DVD

    J'ai commis l'erreur de peut être trop me laisser séduire par la hype (8 de moyenne pour un film de super héros, c'est quand même dingue) , et d'avoir trop d'attentes alors que je ne suis pas un grand fan de films d'animation, ni de Spiderman en particulier, pour qui j'éprouve de la sympathie mais assez lointaine. Les points forts sont de loin les visuels, très beaux et assez originaux, et le personnage de Miles, qui a un peu des airs de Donald Glover époque "Weirdo". Par contre il y a des points qui me bloquent carrément : le plan du méchant, quand même un peu à brûle-pourpoint compte tenu l'objectif recherché, l'oncle super-vilain, quand même une coïncidence assez improbable convenons-en. Après je suis assez partant sur le concept , et le film est très drôle et bourré de bonnes idées, mais ces 2 énormes points noirs me gâchent un peu.
  • Bande-annonce

    Les Tontons Flingueurs (1963)

    1 h 45 min. Sortie : . Comédie, action et policier.

    Film de Georges Lautner avec Lino Ventura, Bernard Blier, Francis Blanche

    Séances de cinéma (1 salle)
    Vu le 05/01 sur France 2

    Des qualités évidentes, beaucoup de charme et des acteurs qui s'amusent vraisemblablement beaucoup, mais une déception pour ma part. Le début inaugurait une comédie noire assez classieuse avec de la tension (la scène au bowling) et j'étais absolument partant. Je m'attendais à ce que les famuex dialogues que tout le monde nous rabâche allaient servir de sas de décompression à un vrai polar, un peu comme un film des frères Coen en fait. Mais la suite part vers une vraie comédie loufoque aux enjeux très limités , et franchement ça m'a gâché. La nièce et son mariage, la fusillade aux bruitages absurdes faits à la bouche par Mozinor, le personnage de Bernard Blier qui se transforme en blague, on est sur une gaudriole à l'opposé de ce que le film augurait. Je comprends pourquoi c'est culte, en effet la scène de la murge collective a du charme, mais j'éprouve un sentiment mitigé.
  • Bande-annonce

    Y a-t-il un flic pour sauver le président ? (1991)

    The Naked Gun 2½: The Smell of Fear

    1 h 25 min. Sortie : . Comédie.

    Film de David Zucker avec Leslie Nielsen, Priscilla Presley, George Kennedy

    Vu le 06/01 sur Netflix

    C'est bizarre parce que c'est à peu près le même film que "Naked gun" finalement. J'ai vu ce dernier récemment donc il est très frais dans ma tête et en fait les gags sont exactement les mêmes c'est très facile de les anticiper, il n'y a plus aucun effet de surprise. Je pense notamment à l'effet de surenchère, qui est usé jusqu'à l'os. Par exemple cette séquence où Priscilla Presley donne à manger à ses animaux, au bout de 2 secondes on comprend qu'elle va nourrir au fur et à mesure des animaux improbables, et malgré l'absence de surprise on est quand même déçu, puisqu'elle finit sur un cochon, ce qui n'est pas non plus le truc le plus dingue imaginable. En plus de ce manque d'inspiration il y a aussi beaucoup de jeux de mots , et vu que je l'ai vu en VOST il y en a pas mal que je n'ai pas bien saisi. En parlant de VOST , il faudrait d'abord découvrir ce genre de film en VF , parce que les sous-titres spoilent aussi pas mal de blagues avant qu'elles soient prononcées , ce qui gâche complètement l'effet. Bon Leslie Nielsen a assez de talent et de personnalité pour que ça reste sympathique, mais pour le reste c'est une catastrophe et il y a même des moments où la direction d'acteur est tellement mauvaise que ça ruine les blagues. A aucun moment je ne pensais être trop sévère avec ce film , et prises séparément je pense que les séquences peuvent être drôles, mais dans le cadre d'un long métrage c'est insuffisant.
  • Bande-annonce

    Edward aux mains d'argent (1990)

    Edward Scissorhands

    1 h 45 min. Sortie : . Drame, fantastique et romance.

    Film de Tim Burton avec Johnny Depp, Winona Ryder, Dianne Wiest

    Revu le 12/01 en DVD

    C'est un conte et si on le prend uniquement sous ce prisme c'est brillamment exécuté, on sent que l'esthétisme est ultra-pensé et travaillé et il y a des jolis moments. Mais c'est indispensable de le regarder au premier degré parce que si on creuse un peu il y a des incohérences qui ont beaucoup de mal à passer. Le problème c'est que c'est un conte, mais qui veut quelque part critiquer de manière assez frontale la banlieue américaine moyenne , donc quelque chose de très actuel et concret, et donc on est dans un entre-deux dérangeant. Soit on fait abstraction de cet aspect critique , soit on fait abstraction du côté fantastique, mais je n'arrive pas à profiter pleinement des deux. ça faisait quelques années que je ne l'avais pas vu et j'avais beaucoup apprécié le conte, mais pour cette séance j'ai plus vu le sous-texte et ça gâche un peu quand même ce réalisme cru au milieu du fantastique (il y a quand même un meurtre à la fin , et tout le monde s'en fout un peu). D'autant plus que quand on creuse encore plus on sent qu'il y a aussi un côté très narcissique de la part de Tim Burton qui va jusqu'à donner à Edward sa propre apparence et qui se considère clairement comme un génie incompris. Pour lequel les femmes vont étrangement avoir beaucoup de désir, ce qui va totalement à l'encontre du côté "freaks". En revanche, les seconds rôles sont très bien, notamment Alan Arkin et Dianne West, ainsi que Kathy Baker en nymphomane qui a l'air de beaucoup s'amuser.
  • Born to Fight (2005)

    เกิดมาลุย (Gerd Ma Lui)

    1 h 32 min. Sortie : . Action et policier.

    Film de Panna Rittikrai avec Nappon Gomarachun, Santisuk Promsiri, Dan Chupong

    Vu le 16/01 en DVD

    Pas évident de juger un film qui sert essentiellement de support aux cascades et aux scènes d'action. Le scénario n'est qu'un prétexte, qui tient sur un bout de papier : des méchants prennent en otage un village entier , avec moult meurtres et massacres (étonnamment graphiques et cruels) pour obtenir la libération d'un chef méchant. Sauf que des sportifs (!) se trouvaient comme par hasard dans ce village pour faire de l'humanitaire à ce moment là. Après avoir été galvanisés par l'écoute de l'hymne Thaï (!!) , ils décident de se rebeller et de mettre la misère aux méchants. S'ensuit une heure de bastons âpres (malgré le fait que ça soit systématiquement au ralenti on sent bien la violence des coups) et super bien chorégraphiées, qui font comme je l'ai dit tout l'intérêt de ce film ultra couillon par ailleurs. Le sommet est d'ailleurs atteint lors de la scène d'intro, avec des bagarres sur 2 camions en train de rouler, où les mesures de sécurité sont clairement minimes et font froid dans le dos. Voilà , un pur film de genre, qui est brillant dans ce qu'il fait (des performances athlétiques et physiques) , mais qui se sent obligé de mettre des gros sabots pour provoquer la moindre émotion (et malgré ça ce point est un échec).
  • Bande-annonce

    Duel (1971)

    1 h 30 min. Sortie : . Action, thriller et road movie.

    Téléfilm de Steven Spielberg avec Dennis Weaver, Jacqueline Scott, Eddie Firestone

    Revu le 19/01 en DVD

    Je reste sur l'impression que j'avais eu à mon premier visionnage il y a quelques années, avec cette volonté de montrer le virage de l'homme moderne mou vers la bestialité lorsqu'il se retrouve acculé. Elle est même renforcée par quelques détails que j'avais oublié (l'émission radio au début, la conversation avec sa femme, le discours sur la jungle...). En fait c'est même la conversation avec sa femme qui est prépondérante, puisqu'elle s'est visiblement fait agresser sexuellement, et elle reproche à son mari le fait de ne pas l'avoir défendu. La métaphore du camion sauvage est là en fait évidemment, tout comme la bascule du héros vers la violence salvatrice. Voilà , un film incroyable.
  • Bande-annonce

    The Thing (1982)

    1 h 44 min. Sortie : . Épouvante-Horreur, science-fiction et thriller.

    Film de John Carpenter avec Kurt Russell, T.K. Carter, Wilford Brimley

    Revu le 21/01 en DVD / +1

    Le film a un seul défaut , c'est le nombre de personnages, assez élevé et qu'on a un peu tendance à tous confondre puisqu'ils se ressemblent tous. Difficile de dégager des personnalités ou des caractères, même si ce n'est pas non plus vraiment le propos du film. Sinon c'est parfait, dans la narration jusque dans les effets gores. L'histoire parallèle du camp norvégien développée uniquement par l'imaginaire est aussi incroyable, avec ce monstre à 2 têtes. C'est difficile de décrire la perfection, je dirai simplement que lorsque je regarde un film le soir , je prends toujours le temps de faire des pauses pour aller me servir à boire ou parce que je risque de somnoler, mais ici malgré le fait que c'est mon 3ème ou 4ème visionnage j'étais scotché du début à la fin. C'est un chef d'oeuvre qui se regarde d'une traite, et il y a aussi la satisfaction de le voir s'imbriquer parfaitement dans l'oeuvre de son auteur. J'aime ce film.
  • Bande-annonce

    Avengement (2019)

    1 h 30 min. Sortie : . Action, gangster et arts martiaux.

    Film de Jesse V. Johnson avec Scott Adkins, Craig Fairbrass, Thomas Turgoose

    Vu le 23/01 sur Netflix

    Je n'avais vu que le Hooligans 2 de Jesse V. Johnson, que j'ai détesté mais auquel je dois bien reconnaitre des qualités dans la partie action / baston. C'est pour ça que j'étais assez confiant au moment d'aborder ce "Avengement" , son dernier film, vu qu'il a visiblement enchaîner les films de baston depuis je me suis dit que son style avait probablement dû s'affiner. Clairement dans la mise en scène et visuellement il y a d'énormes progrès. L'image est très belle , le film est âpre et brutal, et même les décors sont super bien utilisés (tout ce qui se passe dans le pub est génial, et les passages en prison n'ont rien à voir avec Hooligans 2). J'ai aussi beaucoup aimé le fait que ça se passe en Angleterre, ça apporte un cachet bien plus âpre et noir que si ça avait été un film ricain j'ai l'impression, on a un vrai casting de gueules (aperçues dans des doux films tels que "Hooligans", "Arnaques, crimes et botanique" ou encore "Eden Lake"), et j'ai vraiment été bluffé par Scott Adkins, le gars est une bête et prend clairement le rôle au sérieux. Après c'est sur l'aspect narratif qu'il y a beaucoup de limites, tant dans le développement de l'intrigue que dans la conclusion, c'est des énormes ficelles , très naïf et au final ça limite l'ampleur du film et son aspect jusqu'au boutiste. Rien qui empêche de savourer les bastons quand même.
  • Bande-annonce

    1917 (2020)

    1 h 58 min. Sortie : . Drame et guerre.

    Film de Sam Mendes avec George MacKay, Dean-Charles Chapman, Benedict Cumberbatch

    Séances de cinéma (399 salles)
    Vu le 24/01 au ciné

    La grande victoire de 1917 est d'avoir su accomplir une performance technique hallucinante sans jamais mettre de côté les personnages et l'émotion. Le duo principal est parfait et chaque second rôle est admirable à sa façon , que ce soit Sherlock ou les 2 Moriarty , mais aussi Richard Madden à la fin , dont l'échange avec William m'a retourné le cœur. Par ailleurs , il y a des vrais éléments de films d'horreur avec la manière dont les cadavres sont filmés, qui renforcent la tension et le caractère unique du film au sein du genre des "films de guerre". Le paroxysme est atteint avec la scène de nuit , infernale au sens premier du terme, et absolument éblouissante. Unique.
  • Bande-annonce

    Underwater (2020)

    1 h 35 min. Sortie : . Action, thriller, catastrophe et science-fiction.

    Film de William Eubank avec Kristen Stewart, Vincent Cassel, T. J. Miller

    Séances de cinéma (8 salles)
    Vu le 24/01 au ciné

    D'habitude quand je vois un film au ciné, j'ai tendance à naturellement lui donner une note supérieure à ce qu'il mérite réellement. Pour "underwater" bizarrement ça tend à faire l'inverse. Je l'ai vu juste après la claque "1917" et forcément la mise en scène de Sam Mendes n'a pas la même ampleur que celle de William Eubank , et cela a peut être joué en défaveur du film. Sur le moment les partis pris du réalisateur m'ont paru cohérents , mais pas forcément pertinents à mon sens. Il y a une volonté d'aller au plus proche des personnages pour renforcer le sentiment de claustrophobie et d'oppression (littéralement, on est dans leur casque) , mais pour moi on perd en ampleur , alors qu'on est quand même au fond de l'océan. Et j'ai d'habitude une certaine clémence pour les side-kicks comiques, mais TJ Miller c'était quand même vraiment abusé. Par contre j'ai vraiment aimé le duo de "last woman standing" , dont l'aspect femme forte n'est pas imposé au forceps en mode "regardez comme nous sommes féministes". Autre côté positif , les créatures sont très bien faites et notre ami Cthulu à la fin possède le côté monstrueux dont le film avait besoin. Et le final , véritable parabole sur le deuil , est très beau, avec ce dernier monologue de Stewart juste avant l'explosion. A revoir, et probablement à réévaluer.
  • Bande-annonce

    Godzilla (2014)

    2 h 03 min. Sortie : . Action, aventure et science-fiction.

    Film de Gareth Edwards avec Aaron Taylor-Johnson, Ken Watanabe, Bryan Cranston

    Revu le 26/01 en Blu Ray / -1

    Je baisse d'un point. J'aime toujours autant le film, qui sait prendre son temps sans être trop long , et visuellement est toujours aussi beau. Godzilla est magnifique , le cast est bon et Gareth Edwards arrive à faire exister ses personnages dans le déluge qui est en train de s'opérer (à l'inverse de sa suite). Je ne suis pas d'accord avec les reproches qui sont fait au sujet de l'absence de Godzilla, mais pour moi cela ne fait que renforcer l'importance de ses apparitions ainsi que l'impact de la baston finale. Par contre à force de le revoir quelques défauts cachés commencent à apparaître. Je pense au traitement du personnage de Ford , dont la présence à chaque moment clé laisse transparaître des facilités d'écriture assez grossières. Il est là au tout début, il est là pour la naissance des MUTO, il est là à Hawaï , il est là (et est le seul survivant) au moment du train, il est dans la ville lors de la baston finale et regarde Godzilla dans les yeux lorsqu'il est à terre, et enfin il est là à la toute fin au moment de l'explosion de la bombe. J'aime bien Aaron Taylor-Johnson mais son omni-présence dans le récit n'est pas (ou mal) justifiée, d'autant plus quand on voit le sous-traitement du reste des personnages (Watanabe narrateur passif, Olsen inutile, Cranston disparu trop tôt). Un film plus choral aurait gommé cette facilité d'écriture, tout en augmentant l'aspect global de la menace. Mais bon ça reste excellent.
  • Bande-annonce

    New York 1997 (1981)

    Escape From New York

    1 h 39 min. Sortie : . Action et science-fiction.

    Film de John Carpenter avec Kurt Russell, Lee Van Cleef, Ernest Borgnine

    Revu le 04/02 en Blu Ray

    Je reste partagé sur ce New York 1997. D'un côté une super idée , une atmosphère bien glauque et un héros absolument iconique et génial , mais de l'autre un rythme très poussif et étrange. Et surtout des personnages secondaires mal écrits et mal développés , aux décisions absolument incohérentes. Cabbie , Brain et la pauvre Adrienne Barbeau (ici juste pour avoir un décolleté) décident d'aider Snake sans raison , meurent à un moment quand même bien opportun , et la bande de punk est absolument risible. C'est presque dommage que ce film ait été fait dans les années 80 (sans parler des effets spéciaux qui font très mal, en particulier le planeur qui tombe de la tour).
  • Bande-annonce

    Mother (2009)

    Madeo

    2 h 08 min. Sortie : . Policier, drame et thriller.

    Film de Bong Joon-ho avec Kim Hye-ja, Won Bin, Jin Goo

    Vu le 06/02 en DVD

    Premier problème , je m'étais fait spoilé la fin , et si techniquement cela ne devrait pas empêcher d'apprécier la valeur du film , je pense qu'ici ça a un impact sur notre attachement vis à vis des personnages, desquels on devient forcément un peu distant quand on sait que leurs actions sont vaines. Deuxième problème : le fait de m'être fait spoilé a aiguillé mes attentes vers quelque chose de différent et de plus intrigant (SPOIL : je pensais que son fils était un vrai tueur ou un violeur, alors qu'en fait ici c'est un accident). Au final on a affaire à un film certes brillamment réalisé et interprété , mais qui tend vers une surcharge de pathos assez dérangeante (notamment concernant la mère, son fils , mais aussi la victime), sans parler de certains tics auteurisants inintéressants et mal amenés (la danse de la séquence d'ouverture et de fin, la mère qui regarde la teub de son fils pendant qu'il pisse). Je n'aime pas juger un film par rapport aux attentes que j'en avais ou à l'idée que je m'en faisais (d'autant plus que j'avais adoré "Memories of murder" et "The host"), mais ici c'est quand même la déception qui l'emporte.
  • Bande-annonce

    A History of Violence (2005)

    1 h 35 min. Sortie : . Thriller.

    Film de David Cronenberg avec Viggo Mortensen, Maria Bello, Ed Harris

    Revu le 10/02 en DVD / -1

    Je baisse et j'aurais même pu être encore plus sévère. En fait les thématiques abordées sont passionnantes et Viggo Mortensen est incroyable, mais le tout est enrobé dans un format téléfilm qui ne m'avait pas marqué au premier abord mais qui m'a vraiment dérangé ici. L'image , la réalisation , tout parait peu inspiré et fade, là où un souffle épique de western et de noirceur aurait été bienvenu. Les scènes familiales et leurs dialogues clichés sont absolument nuls, même si peut être que Cronenberg a fait exprès de faire tendre ces scènes vers le cliché superficiel mais franchement j'ai des doutes. Heureusement qu'il y a Viggo qui surnage et relève le niveau avec une prestation puissante et ultra-précise
  • Bande-annonce

    Halloween (2018)

    1 h 49 min. Sortie : . Épouvante-Horreur.

    Film de David Gordon Green avec Jamie Lee Curtis, Judy Greer, Andi Matichak

    Vu le 11/02 en DVD

    J'ai toujours une tendresse polie pour ce genre de fan-film. Il n'y a aucun cynisme et une vraie déférence à l'Halloween original dans cette proposition , que ce soit à travers les personnages de Laurie et Michael , mais aussi par certains plans et même les bruitages et la musique. A ce titre c'est bien exécuté, l'ambiance est bien retranscrite, et malgré la grosse paire de sabot parfois utilisée ça reste une suite crédible et un slasher à l'ancienne très agréable à regarder. Et le personnage de Michael , omniprésent, arrive quand même à garder la part de mystère qui lui est essentielle.
  • Bande-annonce

    Dernier train pour Busan (2016)

    Busanhaeng

    1 h 58 min. Sortie : . Action, Épouvante-horreur et thriller.

    Film de Yeon Sang-ho avec Gong Yoo, Jung Yu-mi, Ma Dong-seok

    Vu le 14/02 sur Netflix

    Ah ils sont cruels ces coréens... Certains personnages meurent dans des situations qui arrivent très rarement dans un film occidental , c'est intéressant ça bouleverse nos attentes et ça créé une réelle émotion. L'attachement aux personnages est par ailleurs accru parce qu'on a du coup plus de craintes pour eux. D'ailleurs je tire mon chapeau à Gong-Yoo qui arrive à créer de la sympathie dans son rôle casse-gueule de père un peu connard sur les bords. Concernant l'aspect zombie j'ai trouvé ça étonnamment soft, pas de grosse boucherie à l'horizon, mais le traitement des corps (plus infectés énervés que vrais zombies) est assez novateur et rafraichissant, on sent une réelle fureur et une rage sauvage, un vrai danger. Enfin même l'aspect "sociologique" inhérent au genre est ici certes très convenu mais toutefois bien traité, avec le pauvre, le riche et le jeune qui font face à l'inhumanité des gens, infectés ou non. En tous cas je me suis régalé, excellent film
  • Bande-annonce

    À la rencontre de Forrester (2000)

    Finding Forrester

    2 h 16 min. Sortie : . Drame.

    Film de Gus Van Sant avec Sean Connery, Rob Brown, F. Murray Abraham

    Revu le 15/02 en DVD

    Un Gus Van Sant propre et formel , dans la veine d'un "Will Hunting" ou d'un "Harvey Milk". Je comprends la frustration de certains comparé à l'inventivité dont peut faire preuve le metteur en scène par ailleurs, mais pour moi il excelle aussi quand il est dans la retenue et qu'il laisse le développement des personnages s'opérer. D'autant plus qu'ici on est loin du gourou blanc qui éduque un jeune noir, c'est une vraie histoire d'amitié, de transmission mutuelle, de passion partagée. Il y a un côté très réconfortant dans cette histoire d'âme sœurs que pourtant tout semble opposer, ça fait longtemps que je ne l'avais pas revu et j'aime toujours autant (même si il reste en dessous des 2 autres films sus-nommés). Après il y a quand même un déséquilibre (fort légitime) entre Sean Connery et Rob Brown. Ce dernier semble un peu fermé et en retrait , et son personnage ne semble pas être exploité au max de son potentiel. Bon il avait 16 ans et c'était son premier film, donc forcément le duel est déséquilibré face au monument écossais.
  • Bande-annonce

    Agents presque secrets (2016)

    Central Intelligence

    1 h 47 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Rawson Marshall Thurber avec Dwayne Johnson, Kevin Hart, Amy Ryan

    Vu le 16/02 sur Netflix

    Vu un dimanche matin , probablement oublié dimanche prochain. Le film tient plus sur la sympathie dégagée par son duo (Johnson excellent, Hart pas si agaçant que ce que certains le disent) que par son potentiel comique , qui s'avère très limité et diffus. Les seconds rôles / caméos sont supers mais très très mal exploités (Aaron Paul et Melissa Mccarthy au minimum syndical, mais par contre quel gâchis de Jason Bateman) et les situations sont vues et revues. Du bon fast food.
  • Bande-annonce

    Sully (2016)

    1 h 36 min. Sortie : . Biopic et drame.

    Film de Clint Eastwood avec Tom Hanks, Aaron Eckhart, Laura Linney

    Vu le 17/02 sur Netflix

    "Sully" s'inscrit dans la lignée des derniers Eastwood , qui montre clairement une passion pour les faits divers ou évènements qui mettent en avant les notions de courage, de volonté de toujours aller de l'avant et (comme Sully le dit lui même) de faire de son mieux. Etant donné que c'est réellement arrivé c'est impossible de rajouter trop de péripéties ou d'aller trop loin dans l'action et le suspense, et du coup l’événement en lui même peut manquer de tension parfois (les effets spéciaux moyens n'aidant pas spécialement l'affaire). Par contre Eastwood arrive à en tirer de l'émotion en insistant sur la dignité de tous les personnages impliqués, d'abord grâce au talent infini de Hanks , et même de Eckhart, mais aussi grâce au profond humanisme qui habite son cinéma. D'ailleurs cet aspect m'a toujours intrigué quand on connait la personnalité du bonhomme.
  • Bande-annonce

    Conjuring 2 : Le Cas Enfield (2016)

    The Conjuring 2

    2 h 14 min. Sortie : . Épouvante-Horreur et thriller.

    Film de James Wan avec Patrick Wilson, Vera Farmiga, Madison Wolfe

    Vu le 19/02 sur Netflix

    La mis en scène de James Wan est toujours aussi propre et le développement des personnages est intéressant, mais le film se fait trahir par ses propres codes , qui à force d'être utilisés traduisent un certain manque de renouvellement qui limite le sentiment de peur. J'ai par ailleurs un vrai problème avec les esprits qui ont un sens du spectacle un peu trop développé , ok ça peut rendre la scène stylée mais quel intérêt pour le démon de se déguiser en "crooked man" juste pour faire peur , ou encore de retourner les crucifix des murs et d'attendre que la petite te regarde pour lui faire "bouh" ? Le pire étant l'ombre de Valak qui se déplace pour se mettre derrière son propre tableau , tu sens que le démon a un sens de la mise en scène bien développé. Heureusement Wan semble avoir conscience que ce genre d'effets ne fonctionne plus après ses films précédents (Conjuring et le 2 Insidious) et que ça fait certes partie de son cahier des charges, mais qu'il faut qu'il aille chercher l'intérêt de son film ailleurs. Ici les personnages sont la grande réussite du film , la famille et le couple Warren , mais même les personnages secondaires sont toujours u peu creusés. Le twist concernant les démons aussi est super bien trouvé , et très satisfaisant à voir. Malgré mes reproches les + de 2h de métrage filent à toute allure , c'est vraiment super agréable à regarder (et il y a une très bonne utilisation d'une superbe chanson d'Elvis).
  • Bande-annonce

    The Irishman (2019)

    3 h 29 min. Sortie : . Drame, gangster, policier et biopic.

    Film de Martin Scorsese avec Robert De Niro, Al Pacino, Joe Pesci

    Vu le 19/02 sur Netflix

    Je ne vais rien dire de neuf sur le sujet : il y a 2 films distincts dans "The Irishman". Une première partie saccagée par le casting de vieux censés jouer des jeunes, qui use et ré-use les poncifs du cinéma de Scorsese jusqu'à la limite de la parodie. Une deuxième partie crépusculaire avec des passages absolument magnifiques, et une superbe réflexion sur l'héritage, la mort, la solitude, avec le casting à un niveau stratosphérique , en particulier De Niro. Le fait est que la deuxième partie ne peut pas exister, du moins pas à un tel niveau, sans la première, donc difficile de faire des reproches à ce niveau. Le meilleur exemple est qu'après avoir lutter contre l'ennui pendant 2h-2h30 j'étais presque déçu lorsque le film s'est terminé. Comme dans "Silence" , Scorsese joue avec le temps et nos attentes pour accentuer la puissance de son oeuvre et nous proposer une véritable expérience de cinéma. A ce titre je suis curieux de revoir le film d'ici quelques temps et je ne serai pas étonné de sérieusement le réévaluer.
  • Bande-annonce

    Chloé (2009)

    1 h 36 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Atom Egoyan avec Julianne Moore, Liam Neeson, Amanda Seyfried

    Vu le 21/02 sur Netflix