Allez en 2018, on se mate des tonnes de films, et que ça saute!!!

Avatar ErizuTeriyaki Liste de

212 films

par ErizuTeriyaki

Bonne année tout le monde! Dans cette liste, je parlerai de tous les films que je me materai dans l'année! En 2017, j'avais fait une liste où je regroupais tout ce que je voyais sous la forme d'un top... mais comme je le craignais, c'est beaucoup trop compliqué. Donc, même si ça n'a rien d'original, je tiendrai cette liste de façon classique.
Pour l'année, j'ai pas mal de missions à remplir:

1- Voir plus de 125 longs-métrages (plus que l'année dernière, autrement dit). Check! Maintenant, je dois en regarder plus de 177 (le nombre de films que j'ai vus en 2016). Check!
2- Voir tous les films que mes éclaireurs m'ont imposés dans le cadre d'un challenge.
3- Voir tous les films d'animation DreamWorks.

Sinon côté cinéma, je la sens bien cette année! En espérant qu'elle ne me déçoive pas!

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    Ernest et Célestine (2012)

    1 h 16 min. Sortie : . Animation.

    Long-métrage d'animation de Benjamin Renner, Vincent Patar et Stéphane Aubier avec Lambert Wilson, Pauline Brunner, Anne-Marie Loop

    Je commence l'année 2018 avec ce film tout mignon, proposé par Nick-Cortex, mon jumeau caché.

    L'histoire est très mignonne et très plaisante à suivre. J'aime beaucoup la façon dont le film se base sur certaines petites histoire bien connues (le Grand Méchant Loup, la Petite Souris) pour nous conter son récit. Les deux personnages éponymes sont très mignons et attachants, le lien qui se tisse entre eux est vraiment très choupinou. Dans l'ensemble, les personnages sont amusants, même les secondaires. Et au niveau du casting vocal, c'est très bon, toutes les voix sont bien choisies. L'animation de ce film est superbe! Elle est simpliste et saccadée, mais ceci est voulu pour bien faire ressortir un aspect dessiné qui a beaucoup de charme. On sent le travail sur l'animation, c'est un régal à admirer! La musique accompagne les scènes de façon agréable. Il y a notamment une scène qui fait limite penser à Fantasia, avec un paysage se dessinant en rythme avec la musique, c'est très poétique à voir. Les thèmes abordés par le film sont très intéressants. Ernest et Célestine ne traite pas seulement des préjugés, mais de cette façon qu'a la société de toujours décider à notre place de ce qui est bon pour nous, qui choisit ce que nous devons penser. Et c'est un sujet qui ne me laisse clairement pas indifférente.
    Un très bon film, super mignon et plutôt intelligent!
  • Bande-annonce

    La Princesse de Montpensier (2010)

    2 h 19 min. Sortie : . Action, drame, historique et romance.

    Film de Bertrand Tavernier avec Mélanie Thierry, Lambert Wilson, Gaspard Ulliel

    Une sympathique adaptation de la nouvelle de La Fayette, que j'avoue préférer à l'oeuvre d'origine.
    Par sa durée de 2 heures, le film raconte plus efficacement les nombreux événements importants du livre, que je trouvais trop survolés dans la nouvelle. Les décors sont bien choisis, on est bien plongés dans l'époque. Les personnages m'ont paru plus intéressants et attachants que dans l'oeuvre de base. La princesse est différente de l'image que je me suis faite d'elle en lisant la nouvelle, elle ne m'a pas semblé si hautaine, on sent véritablement son attachement pour Chabannes, et on réalise mieux sa lutte pour effacer ses sentiments envers Guise. Chabannes est d'ailleurs fort sympathique, il dégage une aura bien respectable, alors que dans la nouvelle je trouvais l'écriture de ce protagoniste plus larmoyante. Après, je n'ai pas été toujours très convaincue par le jeu des comédiens (à l'exception de Lambert Wilson), et leur manie de parler dans leur barbe m'a parfois un peu agacée. Le pire est pour moi celui qui joue le prince de Montpensier, qui ne dégage absolument rien et sort des phrases pleines de haine qu'on ne prend pas au sérieux. A part ça, les dialogues sont intéressants et plutôt bien dans l'esprit du livre. Le film arrive à se montrer bien dérangeant à certaines scènes, et offre une conclusion dramatique faisant bien prendre conscience du vide qui suivra les nombreux acharnements amoureux de la princesse.
    Un film bien sympa, que j'espère avoir suffisamment bien analysé pour le bac, d'ailleurs...
  • Bande-annonce

    Fourmiz (1998)

    Antz

    1 h 23 min. Sortie : . Animation, aventure et comédie.

    Long-métrage d'animation de Eric Darnell et Tim Johnson avec Woody Allen, Dan Aykroyd, Anne Bancroft

    (Pourquoi est-ce que je mets que des 8, moi?)

    Je me suis donc lancée dans mon cycle DreamWorks avec leur tout premier film d'animation, Fourmiz. J'en n'attendais pas spécialement grand-chose, mais j'ai en fait passé un vrai bon moment devant ce long-métrage.
    L'histoire, malgré ses quelques ressemblances avec 1001 Pattes, est quand même plutôt originale et captivante. Le film possède une véritable dimension guerrière, une ambiance visuelle assez sinistre, et présente les ravages de la guerre de façon plus crue que je ne l'aurais imaginée. Fourmiz traite du système qui nous manipule, nous empêche d'être unique et d'avoir le choix. C'est un film d'animation aux propos matures très louables. Il y a parfois des touches d'humour, mais cela fait effet et ça ne survient pas de façon gênante. Après, même s'ils ne sont pas désagréables, les personnages ne sont pas révolutionnaires. On les a tous déjà vus quelque part d'autre en mieux fait. De plus, même si c'était sans doute de bonne qualité pour 1998, le film a beaucoup vieilli visuellement. J'ai surtout été rebutée par le design des personnages qui n'est vraiment pas beau à regarder (on ne distingue même pas les mâles des femelles). Cela dit, j'aime beaucoup comment le film gère l'échelle. On sent clairement que tout est bien travaillé pour nous faire comprendre ce que tel objet ou telle créature représente pour une fourmi.
    Pas forcément un de mes DreamWorks préférés, mais un film très intéressant et assez osé sur certains points.
  • Bande-annonce

    Boyhood (2014)

    2 h 46 min. Sortie : . Drame.

    Film de Richard Linklater avec Ellar Coltrane, Patricia Arquette, Lorelei Linklater

    Film proposé par le p'tit Romis pour le grand challenge.

    J'avoue ne pas avoir accroché à fond, mais ce ne fut pas complètement inintéressant à regarder.
    Ce qui permet à ce film d'être une expérience assez unique, c'est son tournage, qui a quand même duré plus d'onze ans. On voit alors le héros Mason grandir petit à petit, de l'âge de 6 ans jusqu'à l'entrée à la fac, sans que l'acteur ne change, c'est fascinant à voir. Le film s'écoule d'ailleurs bien comme il faut. Malgré les nombreuses ellipses qui ont lieu, on n'a jamais l'impression de rater des pans vraiment importants de la vie des personnages. Mais après, j'ai eu du mal à m'intéresser à tout ce que le film racontait. Suivre toute la jeunesse d'un personnage, ça n'a rien d'inintéressant en soit, mais dans la façon dont c'est exécuté dans ce film, je ne suis jamais parvenue à trouver ça exceptionnel. Ca n'est absolument pas mal fait, ça fait bien le job, mais j'avais du mal à voir ce que ça avait de plus que dans d'autres films où j'ai vu ça. Je pense que ce qui m'empêche principalement d'avoir été davantage prise par le film, ce sont les personnages. A l'exception du père que je trouve très sympa, j'ai eu du mal à m'attacher aux personnages. Mason n'a pas énormément de personnalité même si son regard tragique sur le monde a du charme, la mère m'a paru un peu trop froide (même si ça fait partie du personnage)... et j'ai vraiment détesté Sam, qui fait vraiment stéréotype de petite pimbêche. Les personnages sont en fait parfois un peu trop caricaturaux. La réalisation ne propose rien d'extraordinaire mais fait bien le job.
    C'est donc un film intéressant, mais principalement pour la façon dont il s'y est pris pour montrer le temps qui passe, sans trucage. Le reste ne m'a pas énormément transportée. Même si je suis contente de l'avoir vu.

    Ce film est par contre à regarder en VO de toute urgence. Que ce soit pour les voix affreuses et ridicules (notamment tous ces enfants dont tu sais parfaitement qu'ils ne sont pas doublés par des enfants), le ton absolument pas crédible, le mixage mal fichu et la synchro très moyenne, c'est clairement une des pires VF que j'ai jamais entendues.

    EDIT: Avec le recul, je pense avoir été trop sévère avec ce film. Je pensais surtout ce que j'ai dit durant mon visionnage, avant de savoir que le film avait été tournée en 12 ans. Cela le rend vraiment spécial, je passe de 6 à 7.
  • Bande-annonce

    Le Prince d'Égypte (1998)

    The Prince of Egypt

    1 h 39 min. Sortie : . Animation, aventure, drame, historique et comédie musicale.

    Long-métrage d'animation de Steve Hickner, Simon Wells et Brenda Chapman avec Val Kilmer, Ralph Fiennes, Sandra Bullock

    Un film magnifique, que je trouve bien trop sous-estimé!
    On suit une histoire très intéressante, très mature, épique et osée. Malgré son statut de film d'animation, Le Prince d'Egypte ne se force jamais à adopter un ton enfantin, il n'hésite pas à représenter le plus dur et tragique de l'histoire des Dix Commandements. Les personnages sont tous très intéressants à suivre, que ce soit Moïse, Ramsès (qui paraît égoïste mais dont la crainte d'être un mauvais Pharaon le fait demeurer attachant) ou Miriam dont j'adore l'optimisme. J'ai quand même toujours un peu souhaité que l'on s'attarde plus sur certaines relations entre personnages, notamment l'amour naissant entre Moïse et Tsippora que j'aurais bien aimé voir se développer plus lentement... mais ce n'est que du chipotage. La plus grande force de ce long-métrage est très certainement sa bande-originale. La musique de Hans Zimmer est superbe, donne des frissons et s'accorde parfaitement avec l'Egypte. Les chansons sont (quasiment) toutes très belles à l'oreille et apportent beaucoup d'intensité à l'histoire. L'animation est également sublime. La mise en scène est très bien pensée, les incrustations 3D se mêlent bien et donnent de la grandeur aux décors, les décors égyptiens sont très majestueux.
    Très certainement un des meilleurs DreamWorks, et un des films les plus osés, épiques et envoûtants que le studio ne fera jamais!
  • Joseph, le roi des rêves (2000)

    Joseph : King of Dreams

    1 h 15 min. Sortie : . Animation, aventure, biopic, drame et historique.

    Long-métrage d'animation de Rob LaDuca et Robert C. Ramirez avec Ben Affleck, Mark Hamill, Richard Herd

    Pour un DTV, ça passe assez bien, même si ce n'est pas révolutionnaire.
    L'histoire n'est pas inintéressante à suivre et respecte plutôt bien l'esprit de Le Prince d'Egypte. On a toujours des messages sur la foi et le film conserve un ton sérieux respectant bien le film de DreamWorks. Le principal souci avec l'histoire, c'est que tout passe beaucoup trop vite. C'est surtout au niveau de la relation avec certains personnages que cela s'avère gênant, comme celle qu'entretient Joseph avec son maître, ou avec sa love interest. Les événements ont trop tendance à s'écouler sans chercher à faire ressortir de vraies émotions (exceptée la conclusion, qui est plutôt jolie). Je n'ai pas trouvé les personnages très intéressants. Joseph est un peu trop lisse, ses frères exagérément cruels, ses parents sont un peu gavants à autant le chouchouter, et Asenath n'a vraiment que le rôle de love interest pour se constituer une personnalité. Au niveau visuel, ça reste correct pour du DVT. Il y a même parfois de bonnes idées qui rappellent Le Prince d'Egypte et les décors sont toujours jolis à voir. Après, il y a quand même des problèmes, comme les frères de Joseph qui ont tous la même tête, sans compter que les personnages semblent ne jamais vieillir malgré les décennies qui s'écoulent. Sinon, les chansons sont malheureusement très oubliables.
    Malgré ses nombreux défauts, je donne quand même un certain mérite à ce film, qui parvient à rester adulte tout du long, ce que je trouve encore plus exceptionnel quand on sait qu'il n'était pas prévu pour le cinéma.
  • Bande-annonce

    La Route d'Eldorado (2000)

    The Road to El Dorado

    1 h 29 min. Sortie : . Animation, aventure, comédie et romance.

    Long-métrage d'animation de Éric Bergeron et Will Finn avec Kevin Kline, Kenneth Branagh, Rosie Perez

    Et bien j'ai trouvé ça très sympa!
    Pour moi qui aime bien tout ce qui a rapport avec les grandes conquêtes, j'ai trouvé l'histoire bien plaisante à suivre. Le récit est bien dynamique, on ne s'ennuie pas. Je trouve la comédie de ce film vraiment très réussie. Le film va toujours bien à fond dans tous ses délires, j'ai beaucoup ri devant. Après, ça n'excuse pas les quelques absurdités du scénario (les deux héros qui arrivent facilement à dialoguer avec les habitants d'Eldorado qui pourtant ne parlent sans doute pas espagnol, ou la facilité parfois exagérée qu'ont Tulio et Miguel à passer pour des dieux). Je trouve que Tulio et Miguel sont des héros vraiment amusants et attachants, qui se complètent bien. Il y a un truc qui m'a particulièrement plu dans ce film, ce sont les expressions faciales, surtout celles de Miguel. Les personnages font tous des têtes vraiment marrantes, qui les rendent très vivants. Dans l'ensemble, l'animation est bien travaillée et colorée. Sinon, la musique de Hans Zimmer et John Powell est plutôt jolie, mais je n'ai pas trouvé les chansons d'Elton John et Tim Rice bien renversantes, c'est dommage.
    C'est donc au final une très agréable comédie!
  • Bande-annonce

    Dans un recoin de ce monde (2016)

    Kono Sekai no Katasumi ni

    2 h 08 min. Sortie : . Animation, drame, historique et guerre.

    Long-métrage d'animation de Sunao Katabuchi avec Yoshimasa Hosoya, Daisuke Ono, Mayumi Shintani

    Film conseillé par le cookieteux Cocot Man.

    Et quel magnifique film!
    C'est pile le genre d'histoires que j'aime. Déjà, comme j'aime bien tout ce qui a trait à la famille, cela m'a plu de suivre une jeune fille apprenant à vivre avec sa belle-famille. Et j'ai toujours un faible pour les histoires se passant durant la Seconde Guerre Mondiale. Comme je m'y attendais, j'ai adoré l'héroïne. Suzu ne mène pas une vie facile et doit s'adapter à des événements qu'elle ne choisit pas, mais elle continue de se battre et de rester positive. En plus, elle est distraite et rêveuse, je me suis reconnue en elle. Dans l'ensemble, les personnages sont attachants. Même quand on en découvre un sans être sûr qu'il soit sympa (Keiko est le meilleur exemple), par la suite on souhaite qu'il s'en sorte. J'ai bien aimé la relation entre Suzu et son mari, c'est une relation crédible pour un couple qui s'aime mais dont les choses ont été un peu forcées. L'animation est plutôt mignonne, c'est simple mais ça reste bien dessinée. J'ai surtout aimé lorsqu'on voit les scènes peintes par Suzu, on a vraiment l'impression d'être dans sa tête, dans ces moments-là. Après, je trouve que le film manque d'ambiance sonore. Il y a très peu de musique, peu de bruits en arrière-fond, et je ne sais pas si c'est juste la VF, mais les personnages n'ont pas forcément un parler très dynamique. Je trouve que cela faisait perdre un peu de vie aux scènes, par moments. Mais à part ça, j'adore l'ambiance de ce long-métrage. C'est très mignon et poétique, et en même temps, cela représente la guerre de la façon la plus dure et cruelle qui soit.
    Donc au final, un très beau film pour représenter le dur combat incessant de la vie!
  • Bande-annonce

    Frankenstein (1994)

    Mary Shelley's Frankenstein

    1 h 58 min. Sortie : . Drame, Épouvante-horreur, romance et science-fiction.

    Film de Kenneth Branagh avec Robert De Niro, Kenneth Branagh, Tom Hulce

    Devant présenter un oral sur l'histoire de Frankenstein, j'ai regardé ce film. C'est pas mal, mais j'en attendais un peu mieux.
    Dans l'ensemble, l'histoire se suit bien et est toute intéressante à suivre que dans le roman original. Plusieurs libertés sont prises par rapport au roman, mais je ne les trouve pas dérangeantes, je trouve que c'était souvent les meilleurs choix à faire pour une version film. C'est toujours un plaisir de suivre ces personnages, notamment Elizabeth que je trouve plus intéressante que dans l'oeuvre de base. Le personnage éponyme n'est pas aussi fascinant que dans le roman, sa folie se ressent moins bien, mais il est cependant plus attachant. J'ai vraiment beaucoup aimé la romance entre Viktor et Elizabeth, leur passion et leur amour sont si palpables, je trouve ça encore plus fort que dans le roman. Cependant, à l'exception de Carter qui joue toujours très bien, je trouve que les acteurs font beaucoup de surjeu, Branagh le premier. Et de manière générale, c'est mon plus gros problème avec ce film: il en fait des caisses. Le long-métrage ne sait quasiment jamais être subtil, tout est trop théâtral à mon goût. Après, le film sait comment s'y prendre pour provoquer la peur. La réalisation est très bonne, les plans font toujours ressortir de façon juste les sentiments des protagonistes. Et la musique est plutôt jolie, même si elle ne se retient pas après coup.
    C'est un film imparfait, mais ça reste quand même intéressant à voir, pour mieux connaître le mythe de la créature rapiécée.
  • Un homme d'exception (2001)

    A Beautiful Mind

    2 h 15 min. Sortie : . Biopic et drame.

    Film de Ron Howard avec Russell Crowe, Ed Harris, Jennifer Connelly

    Conseillé, depuis son pays tout plat, par Fyro.

    Quel excellent biopic, j'ai adoré!
    L'idée de l'histoire est vraiment intéressante, et sait comment s'y prendre pour être prenante. La schizophrénie étant une maladie que je trouve plutôt fascinante, ça ne m'a pas déplu de suivre une histoire traitant là-dessus. Plus le film avance, et plus on est pris dans la tourmente du personnage principal. On est complètement dans sa tête et on se sent concernés par ce qu'il lui arrive, le drame est bien réussi. Les retournements de situation qui ont lieu sont très efficaces et bien amenés. John Nash est un héros plutôt fascinant, il est très intelligent mais paraît tout perdu et perturbé en présence d'autrui, ça le rend mignon et fragile. Russell Crowe l'interprète parfaitement, en lui rendant bien toute sa profondeur. Les personnages sont attachants, même certains dont on ne devrait pas s'attacher au risque de se faire du mal. La réalisation est bonne, c'est toujours bien éclairé, les plans sont agréables à regarder. Et la musique de James Horner est plutôt jolie, particulièrement lorsque surviennent de jolis choeurs.
    Donc au final, un long-métrage très prenant et émouvant!
  • Bande-annonce

    Goodbye Christopher Robin (2017)

    1 h 47 min. Sortie : . Biopic et historique.

    Film de Simon Curtis avec Vicki Pepperdine, Margot Robbie, Domhnall Gleeson

    Pour moi qui aime beaucoup l'univers de Winnie l'Ourson, ça a été un vrai plaisir de visionner ce biopic!
    C'est très plaisant de découvrir petit à petit ce qui a amené Milne à créer Winnie, ses amis et tout ce qui rend cet univers si unique (même si on se doute que c'est un peu romancé). Ayant toujours un faible pour les histoires familiales, la relation entre Milne et Billy Moon m'a beaucoup plue. Ils ont toujours eu une relation un peu distante, mais ça n'empêche pas leur lien père-fils d'être très touchant et sincère. Les personnages sont intéressants, particulièrement Milne, dont Domhnall Gleeson retranscrit parfaitement cet esprit traumatisé par la guerre. Quant à son épouse, elle est insupportable bien comme il faut. La réalisation est bonne, les décors sont très jolis et bien mis en valeur. Je trouve cependant le montage beaucoup trop exagéré découpé. A cause de cela, le film tient un rythme qui aurait mérité d'être un peu moins effréné. Mais cela n'empêche pas le film de savoir nous offrir de très beaux moments d'émotion.
    Donc au final, un film très charmant que moi et ma peluche Tigrou, sommes très contentes d'avoir vu!
  • Bande-annonce

    Chicken Run (2000)

    1 h 24 min. Sortie : . Animation, aventure, comédie et drame.

    Long-métrage d'animation de Peter Lord et Nick Park avec Phil Daniels, Lynn Ferguson, Mel Gibson

    J'aime décidément vraiment beaucoup ce film, j'ai même encore plus réalisé ses qualités!
    La cause animale étant importante, je trouve ça bien de traiter de ce genre d'élevage abusif. Surtout que ce n'est pas fait en nous martelant la tête, à coup d'insultes envers les consommateurs. Et cela reste plutôt fun, tout en sachant bien mettre en valeur la puissance de l'enjeu. Les poules de la basse-cour sont bien attachantes, on se crée un lien avec cette petite communauté. Et Ginger est une héroïne bien appréciable, avec un bon tempérament. Sa romance avec Rocky est assez simple, mais mignonne. Ils sont d'ailleurs très bien doublés par Valérie Lemercier et Gérard Depardieu. L'animation en stop-motion est, comme toujours chez Aardman, très réussie! On ne voit jamais les supercheries, on est complètement plongés dans cet univers, c'est parfait! La musique de John Powell et Harry Gregson-Williams est également très sympa, en parfaite adéquation avec le ton du long-métrage.
    La toute première collaboration ayant eu lieu entre DreamWorks et Aardman se solde donc sur une réussite!
  • Bande-annonce

    Happy Birthdead (2017)

    Happy Death Day

    1 h 36 min. Sortie : . Comédie, thriller et Épouvante-horreur.

    Film de Christopher Landon avec Jessica Rothe, Israel Broussard, Ruby Modine

    (J'en ai marre de mettre tout le temps les mêmes notes...)

    J'en n'attendais rien de spécial, et ce fut une bonne surprise!
    Le concept est plutôt sympa, c'est effectivement intéressant de se demander comment on réagirait si on avait à chaque fois la possibilité de découvrir qui nous tue, même si on doit passer par la mort à chaque fois. Le film arrive bien à nous mener en bateau. Alors que je prenais vraiment la peine de réfléchir, le film m'a eu plusieurs fois. Après, là où le film se montre plus prévisible, c'est dans sa façon de représenter l'état d'esprit de l'héroïne à chaque nouvelle journée. On sait parfaitement par exemple, que vers la fin du deuxième tiers, elle fera tout pour rendre la journée parfaite. Ce qui me fait surtout apprécier Happy Birthdead, c'est que ce n'est pas juste un film d'horreur. Avec son héroïne qui prend peu à peu conscience de la beauté de la vie, le film cherche aussi à être touchant. Même si elle est présentée avec peu de subtilité, en appuyant un peu trop le stéréotype de la peste, l'héroïne est marrante et intéressante à suivre. Et sa romance avec Carter est amusante à suivre. Après, il n'y a rien de spécial à dire sur la réalisation. Et la musique est très oubliable.
    Mais ça n'empêche pas que je trouve ce film vraiment bien sympa et efficace, dans ce qu'il cherche à faire.
  • Bande-annonce

    Horton (2008)

    Dr Seuss' Horton Hears a Who !

    1 h 26 min. Sortie : . Animation, aventure et comédie.

    Long-métrage d'animation de Jimmy Hayward et Steve Martino avec Carol Burnett, Will Arnett, Seth Rogen

    J'ai eu envie d'avoir une meilleure idée de ce film, que je me souvenais ne pas avoir du tout aimé quand j'étais petite (alors que j'aimais tout et n'importe quoi). Et je n'ai pas changé d'avis, ça n'est effectivement pas délirant.
    L'histoire n'est pas du tout fascinante à suivre. Suivre un éléphant qui doit juste bien replacer un grain de poussière, ça n'est pas très exaltant... Du côté de Zooville ça l'est déjà un peu plus, le maire devant se battre pour le bien de sa ville et de sa réputation. L'histoire ne fait rien d'horrible, mais on la suit en se demandant constamment si ça vaut vraiment le coup. Le personnage éponyme n'est pas intéressant et n'a aucune histoire (et Dany Boon ne le double pas très bien, par-dessus le marché). Les habitants de la jungle sont tous incroyablement unidimensionnels, la palme revenant à l'antagoniste, une maman kangourou aussi cruelle que pas crédible. Encore une fois, c'est plus du côté de Zooville que les personnages ont un semblant d'intérêt et de sincérité dans leur écriture, même si ce n'est pas extraordinaire. Quand on sait que les studios en étaient à leurs débuts, l'animation est plutôt bonne. On retiendra la partie imitant les animes japonais, qui est bien sympa. J'aime bien le fait que le narrateur s'exprime en rimes, mais il demeure un peu trop envahissant, découvrant des choses que l'on comprend parfaitement. Le film en fait tout le temps des tonnes en nous montrant sans subtilité ces deux héros que personne ne prend au sérieux. On pourrait peut-être avoir un message sur le fait qu'il faut savoir dire ce que l'on pense, mais le film souhaite au final que l'on retienne juste que l'on reste une personne, peu importe notre taille. Ce qui n'est pas nul, mais nettement moins profond...
    Le film croit bien en ce qu'il raconte mais il ne sait pas du tout s'y prendre pour être intéressant, voilà ce qu'il faut en retenir.
  • Bande-annonce

    Shrek (2001)

    1 h 30 min. Sortie : . Animation, aventure, comédie et fantasy.

    Long-métrage d'animation de Andrew Adamson et Vicky Jenson avec Mike Myers, Eddie Murphy, Cameron Diaz

    Ce cycle est décidément une si bonne idée! Ca me donne une bonne raison de voir des films que je connais bien, mais que je n'ai jamais regardés sous un oeil de cinéphile!
    L'idée de base de ce film, à savoir parodier les contes de notre enfance, est excellente. Shrek exploite complètement son concept et nous sert un tas de bons gags avec (même si certaines blagues sont parfois un peu crades). Et même en reprenant ces personnages et ces histoires que nous connaissons, ce long-métrage parvient à avoir sa propre identité, à raconter sa propre histoire. De plus, ce film ne se révèle pas être juste une comédie, et sait offrir des moments plutôt touchants. Après, si on le compare à ses séquelles, l'histoire de ce premier opus peut paraître assez simple, mais ce n'est pas extrêmement dérangeant. L'action est également vraiment sympa à suivre. Nos personnages ont tout pour être casse-pieds, mais ils parviennent à être attachants. Nos protagonistes forment un très agréable trio. La romance Shrek/Fiona passe un peu rapidement mais est écrite d'une façon sincère et originale. L'animation est bien réussie pour l'époque. Et si le film en fait parfois un peu trop dans ses chansons de djeun's, la musique de Harry Gregson-Williams et John Powell est toujours très jolie et féérique.
    Une grande réussite, pour les débuts de cette saga culte!
  • Tarzan 2 : L'Enfance d'un héros (2005)

    1 h 12 min. Sortie : 2005. Animation, aventure et comédie.

    Film de Brian Smith avec Harrison Chad, George Carlin, Brad Garrett

    C'est un paraquel de chez DisneyToon, on s'attend à du mauvais, et on a encore raison.
    L'idée de base est d'une profonde inutilité. Le Classique de base nous donnait déjà suffisamment d'informations sur ce à quoi a ressemblé toute la vie de Tarzan, on n'a pas besoin de passer une heure de plus sur son enfance. Surtout que cette "suite" est obligée de se montrer incohérente en donnant l'impression à la fin que Tarzan sait qui il est, parce qu'il faut bien que ce film ait une résolution, alors qu'il n'aura jamais vraiment la réponse avant l'âge adulte. L'intrigue n'est vraiment pas palpitante et se croit contrainte de recourir à pleins de remplissages ennuyeux. L'histoire fait quand même ce qu'elle peut pour avoir une âme, dans la façon dont sont présentés les liens avec les personnages (notamment celui entre Tarzan et Zougor). Ca n'a rien d'extraordinaire, on n'est pas extrêmement touchés par ce qu'il se passe, mais on va dire que ça essaie. Nos antagonistes sont par contre complètement ridicules au possible. Ils sont tellement idiots que tu ne sais même pas pourquoi Tarzan 2 veut te les vendre comme LA grande menace de l'aventure. L'animation n'est pas affreuse, mais reste moyenne, avec des contours bien visibles. Quant aux chansons, elles ne sont pas ultra-mémorables, le chanteur n'a pas autant de charisme que Phil Collins... mais bon, ça s'écoute quand même. J'ai limite plus de mal avec la façon dont on réutilise ce dernier dans une version un peu remixée d'Enfant de l'Homme, au début...
    C'est pas non plus le genre de suite qui me fait ressentir une haine intense, ça s'oublie vite, mais... c'est aussi ça le problème, on va dire.
  • Bande-annonce

    Spirit, l'étalon des plaines (2002)

    Spirit: Stallion of the Cimarron

    1 h 23 min. Sortie : . Animation, aventure, comédie, romance et western.

    Long-métrage d'animation de Kelly Asbury et Lorna Cook avec Matt Damon, James Cromwell, Daniel Studi

    Mini-Erizu avait raison d'adorer ce film! Je le trouve toujours aussi excellent!
    L'intrigue peut sembler assez simple, d'autant qu'elle est racontée plutôt rapidement, mais le film sait parfaitement la narrer de façon sincère et efficace. Le désir de liberté de Spirit est si bien retranscrit, qu'on en devient totalement imprégnés par les enjeux, on tient absolument à le voir s'en sortir. Les scènes de poursuite, plus particulièrement la toute finale, sont impressionnantes à vivre. L'idée de représenter un cheval qui ne sait pas parler (bon normal, vous me direz... mais on est dans un film d'animation!) est très audacieuse. Le film y parvient pourtant parfaitement. On sait parfaitement ce que pense notre protagoniste, qui a d'ailleurs une personnalité très forte (bon on triche en lui donnant une voix-off et des sourcils... mais le film sait faire parler les images). Les autres personnages sont tous intéressants. Et les relations que construit Spirit, que ce soit avec Rivière ou avec Petit Nuage, sont très profondes et touchantes. L'animation traditionnelle est tout bonnement magnifique. Les incrustations 3D ont un peu vieilli mais donnent toujours une grande majesté au Far West. Quant à la bande-originale, elle est aux petits oignons! La musique de Hans Zimmer prend aux tripes, et les chansons de Bryan Adams sont également excellentes et donnent beaucoup d'identité au film.
    Une petite pépite, qui mériterait d'être mieux connue!
  • La Légende de Tarzan et Jane (2002)

    Tarzan & Jane

    1 h 13 min. Sortie : . Animation.

    Film de Victor Cook et Steve Loter avec Jim Cummings, Alexis Denisof, Kevin Michael Richardson

    Comme je m'y attendais, ça ne vaut vraiment pas grand-chose. Je trouve même ça encore moins bon que Tarzan 2.
    On suit trois petites histoires en flash-back, reliées par une histoire principale. Mais aucune n'est vraiment intéressante à suivre. Ca passe dans une série, mais quel est l'intérêt de compiler tout ça en film? L'action est présente mais ça n'a un minimum de qualité que quand on se dit que c'est une série. Pour un film, ça n'a rien de grandiose, on s'ennuie. Au moins, on n'a pas de personnage particulièrement horripilant comme dans Tarzan 2, mais ça n'empêche pas qu'aucun ne se démarque, pas même ceux qui sont habituellement attachants. Tarzan n'a plus aucune personnalité et paraît totalement limité intellectuellement. Quant à Jane, on retrouve son enthousiasme, mais à part ça je n'ai pas eu l'impression de retrouver Jane. Dans ce DTV, elle est beaucoup plus niaise, moins excentrique. Et quand elle discute avec ses vieilles amies, on dirait qu'elle n'assume pas autant son statut de femme de la jungle, notre Jane est devenue une hypocrite. L'animation n'est vraiment pas géniale, ça fait très bâclé. Et aucun travail n'est fait sur la musique (on a droit au début à une chanson de Phil Collins... qui est restée en anglais, alors que la version française existe dans le Classique, je comprends pas).
    Donc bref, un travail bien bâclé. Ca ne propose rien de vachement insultant dans le récit, mais à part ça, c'est à oublier.
  • Bande-annonce

    Sinbad : La Légende des sept mers (2003)

    Sinbad: Legend of the Seven Seas

    1 h 25 min. Sortie : . Animation, aventure et fantasy.

    Long-métrage d'animation de Patrick Gilmore et Tim Johnson avec Brad Pitt, Catherine Zeta-Jones, Michelle Pfeiffer

    Et encore un retour en enfance qui fait du bien!
    L'aventure que l'on suit est vraiment très chouette. C'est bien mouvementé et dynamique. Tout le long, le film fait preuve d'une grande créativité, notamment dans son utilisation des histoires mythologiques. L'histoire a parfois une façon un peu prévisible et facile de se raconter, mais ça se suit quand même avec plaisir. Les personnages peuvent paraître assez clichés aux premiers abords, mais Sinbad, Marina et Proteus dégagent tous au bout du compte une certaine profondeur. Le doublage est également très bon, Patrick Bruel et Monica Bellucci se révèlent être de bons star-talent. Visuellement, le film est extrêmement créatif. Même pour représenter des êtres que l'on connaît, comme les sirènes, le film en propose sa version unique. L'animation d'Eris est juste dingue, il y a une telle fluidité, une telle richesse dans ses mouvements. Et les différents moyens qu'elle prend pour suivre notre aventure marine, que ce soit dans son verre d'eau ou dans son bain, sont toujours amusants à regarder. Cependant, le film use beaucoup trop de la 3D, et le résultat a aujourd'hui beaucoup trop vieilli, ce n'est franchement pas très beau. A part ça, la musique de Harry Gregson-Williams est très sympa, et s'accorde bien avec le ton aventureux de l'histoire.
    Encore un DreamWorks qui mériterait d'être mieux connu!
  • Bande-annonce

    Avril et le Monde truqué (2015)

    1 h 45 min. Sortie : . Animation, aventure, comédie et thriller.

    Long-métrage d'animation de Christian Desmares et Franck Ekinci avec Marion Cotillard, Marc-André Grondin, Philippe Katerine

    Conseillé par Mick, le garçon qui allait plus souvent au cinéma qu'il ne respirait.

    Et bien c'est vraiment très intéressant! Il est regrettable que l'animation ne se permette pas plus souvent des oeuvres comme celle-ci.
    L'idée de base est vraiment très intéressante. En effet, cela se passe en France... mais pas dans celle que nous connaissons, puisque le film nous en propose une version uchronique, imaginant comment serait la France des années 40, si la lignée impériale de Napoléon n'avait pas été renversée. Le film utilise vraiment bien son concept, cet univers steampunk que l'on suit est vraiment fascinant et bien conçu. L'autre grande force du film est son ambiance. Le ton du film est bien sérieux. On a de l'humour de temps en temps, mais le métrage ne se force pas à en mettre. Son ton est également posé. Même lors des scènes d'action, le rythme n'est pas aussi effréné que dans la plupart des films animés. Après, c'est aussi un peu sa faiblesse. Avril et le Monde Truqué peut parfois un peu manquer de vie, même si ce n'est pas alarmant. Le film prend le temps de nous faire éprouver de la crainte pour les protagonistes. Ces derniers sont d'ailleurs intéressants. Leurs relations ne sont pas toutes simples (notamment celle des parents d'Avril) et sont très intéressantes à voir évoluer. Il y a juste le chat Darwin qui m'a un peu saoulée avec ses remarques (j'en ai ras le bol des personnages qui font remarquer à voix hautes que deux personnes sont amoureuses). Le doublage français manque un peu trop de vie, c'est dommage. Mais à part ça, on a l'animation en 2D qui est superbe, et contribue à rendre le ton assez sombre.
    C'est vraiment un film à découvrir! Un film qui prend son histoire au sérieux et qui a sa propre personnalité.
  • Bande-annonce

    Le Petit Spirou (2017)

    1 h 26 min. Sortie : . Comédie.

    Film de Nicolas Bary avec Sacha Pinault, Lila Poulet, Mahé Laridan

    C'est peut-être parce que je n'ai jamais lu la BD d'origine que je suis restée plutôt tolérante face à cette adaptation. Mais quoi qu'il en soit, j'ai trouvé que ça passait.
    Au niveau de l'histoire, ça casse pas des briques. Ca représente des bêtises de gosses comme on en voit dans tous les films du genre, le long-métrage ne tente jamais rien de très original. Les personnages correspondent tous à des clichés qu'on a vu ailleurs, mais heureusement, ils ne sont jamais très désagréables. Le jeu d'acteur des enfants n'est pas révolutionnaire, mais ça passe, compte tenu de leur âge. Les relations entre les protagonistes auraient mérité d'être tout de même plus approfondies, notamment celle entre Spirou et son Grand Papy. On sent que le film compte un peu trop sur la connaissance de ceux ayant lu la BD, pour se créer une consistance. Au niveau de la réalisation, à part quelques plans trop rapprochés, je trouve ça plutôt bon. Il y a pleins de jolis couleurs, qui rendent le film bien vivant. C'est une comédie, donc on se demande ce que vaut l'humour, et... je n'ai pas souvent ri effectivement. Mais ce n'est pas non plus un humour mauvais, juste qu'on rigole pas. Sinon, l'ambiance est tout de même mignonne et (relativement) innocente, j'ai bien aimé.
    Donc non, ce n'est pas le genre de film qui va révolutionner les adaptations de BD franco-belges. Mais je trouve que ce genre de film n'a rien de désagréable, je n'en ressens pas d'agacement.
  • Bande-annonce

    La Belle et la Bête 2 : Le Noël enchanté (1997)

    Beauty and the Beast : The Enchanted Christmas

    1 h 12 min. Sortie : . Animation.

    Film de Andy Knight avec Paige O'Hara, Robby Benson, Jerry Orbach

    J'ai enfin pu voir cette midquelle, qui par sa réputation de nullité, me faisait de l'oeil (chuis vraiment une maso, en fait).
    Bon déjà, l'idée de base est délicieusement ridicule. On sait que Belle n'a pas pu passer beaucoup de temps au château, donc comment est-ce que les scénaristes se sont dits qu'on pourrait glisser cette histoire là-dedans? Surtout que l'histoire n'a pour seule niaise ambition, que de nous faire voir nos héros fêter Nowel. C'est un joli thème, mais ça n'a rien à apporter à l'histoire de nos deux tourtereaux. Et ça n'est certainement pas assez intéressant pour y consacrer tout un long-métrage, on s'ennuie. Sans compter que les incohérences sont fatalement présentes, en plaçant cette histoire en plein milieu du premier film. Nos héros ne sont plus que leur propre cliché, DisneyToon oblige. On a quelques nouveaux personnages, qui n'ont même pas la décence d'être appréciables ou de servir à quelque chose. Maestro Forte est un antagoniste qui me déroute un peu. Ses "ambitions" sont assez originales et marquent parce qu'elles ne paraissent pas complètement méchantes. Mais c'est traité tellement n'importe comment, comme n'importe quel méchant, que ça devient très contradictoire. Sinon, l'animation c'est pas le pire du studio, même si c'est pas non plus ultra-joli. L'animation en CGi de Forte se remarque trop, ça fait tache, même si l'initiative pour le rendre imposant est louable. J'aime bien les dessins de l'histoire qu'écrit Belle, j'apprécie ce genre de fantaisie. Quant aux chansons, on en a certaines qui sont vraiment mauvaises, mais je trouve qu'une certaine passion se ressent dans Histoires et Tant qu'il y aura Noël.
    Donc c'est clairement pas glorieux. Voilà.
  • Bande-annonce

    Agora (2009)

    2 h 07 min. Sortie : . Biopic, drame, aventure et historique.

    Film de Alejandro Amenábar avec Rachel Weisz, Max Minghella, Oscar Isaac

    Excellent, un des meilleurs péplum que j'ai vus!
    Le sujet est vraiment très intéressant. C'est fascinant de voir que dès la naissance des religions monothéistes, les conflits de croyance se sont montrés sans merci. Nous voyons pleins de personnages s'affronter entre eux, ou intérieurement, pour des questions de religion. Tout cela amène à tellement de questions intéressantes. Cette lutte n'est jamais montrée avec manichéisme, on retrouve du bon comme du mauvais dans tous les types de confession. De plus, nous avons une héroïne qui se pose des questions sur la philosophie et la science, sur le fonctionnement de l'univers. La voir se poser toutes ces questions, tout en utilisant les connaissances de l'époque, c'est très exaltant à suivre et très intelligent. Et cela change des péplum qui laissent entendre que les romains n'étaient rien d'autre que des barbares. L'époque est fort bien reconstruite, le tout est vraiment très crédible. Les personnages sont tous très intéressants à suivre, très bien traités. La musique est très jolie et apporte beaucoup de force aux scènes, en s'accommodant bien avec l'époque. Le long-métrage sait proposer des moments d'émotion très forts, particulièrement parce qu'il nous fait nous attacher aux protagonistes.
    C'est à montrer à tout passionné de la Rome antique!
  • Le Monde magique de la Belle et la Bête (1998)

    Beauty and the Beast : Belle's Magical World

    1 h 32 min. Sortie : . Animation.

    Film de Mitch Rochon, Burt Medall, Bob Kline

    Et ben ouais, ben c'est nul quoi... Vraiment nul...
    On a à nouveau ce principe ridicule d'insérer ces nouvelles histoires à l'intérieur du premier film, concept qui ne peut absolument pas marcher. On a quatre histoires, et pas une seule ne parvient à être un tantinet intéressante. C'est long, ça n'a aucun rythme, c'est inondé de remplissages assommants, et ça n'a aucune raison d'être raconté. Le film n'apporte strictement rien à la romance entre Belle et la Bête. C'est même l'inverse, il rend leur idylle exécrable et sans aucun sens, en les faisant se disputer pour un oui ou pour un non. Même quand ils sont gentils entre eux, ça n'a rien de naturel. A aucun moment ils ne paraissent amoureux. Les personnages ne sont plus du tout attachants, on finit même par en avoir ras le bol d'eux, tellement ils deviennent creux et ridicules. Même Bénédicte Lecroart ne sauve pas Belle, en livrant une prestation beaucoup plus molle qu'à son accoutumé. L'animation est tellement mauvaise. Rien n'est travaillé, on a des expressions faciales qui ne ressemblent à rien, une absence régulière de fond (parfois, on a juste du rose à l'arrière des personnages), et des décors qu'on ne reconnaît même pas. Et il y a deux chansons dont il n'y a absolument rien à dire en termes d'air ou de paroles, si ce n'est qu'elles sont toujours amenées sans transition...
    Enfin bref, aucun mérite dans ce genre "d'oeuvre".
  • Bande-annonce

    Le Crime de l'Orient-Express (2017)

    Murder on the Orient Express

    1 h 54 min. Sortie : . Policier et drame.

    Film de Kenneth Branagh avec Kenneth Branagh, Johnny Depp, Michelle Pfeiffer

    Et ben j'ai trouvé ça vraiment très bien, je ne m'attendais pas à autant aimer!
    Le genre policier ne m'a jamais fascinée mais là, c'est fait d'une façon qui m'a scotchée. L'intrigue est vraiment très intéressante à suivre, le suspens est bon, on est très tentés de connaître le fin mot de l'histoire. Sans spoiler, la réponse de l'énigme m'a plue, c'est plutôt original et on ne s'en doute pas forcément. J'aime beaucoup l'ambiance de ce film. Ca commence avec un petit humour, comme une comédie policière, puis l'histoire prend une vraie dimension dramatique bien touchante. J'aime bien l'idée que toute l'intrigue ait lieu dans un train en panne, ça donne une impression un peu enfermée dans un choix de lieu assez unique. On a pleins de bons acteurs que j'étais contente de voir. Les personnages sont tous très intéressants, ne serait-ce que pour leur rapport avec la victime. Par contre, je pense que cet Hercule Poirot pourrait être un peu mieux. Ses discours paraissent toujours un peu clichés et exagérément larmoyants. La réalisation de Kenneth Branagh est très bonne, on a de très jolies images.
    Un film très sympa! Ma note est à considérer comme un 8,5.
  • Peter Pan 2 : Retour au pays imaginaire (2002)

    Return to Never Land

    1 h 13 min. Sortie : . Animation.

    Film de Robin Budd avec Harriet Owen, Blayne Weaver, Corey Burton

    Rah mais ce film est tellement rageant...
    L'idée de base et le début sont vraiment sympas, pourtant. Placer l'intrigue durant la guerre, et montrer une héroïne qui n'arrive plus à conserver une âme d'enfant, ça promettait vraiment beaucoup. C'est bien dramatique et c'est totalement dans l'esprit de Peter Pan, tout en proposant pourtant une intrigue différente de celle de Wendy. Mais après, ça vire dans le nawak... Déjà, le film se montre complètement insultant envers son prédécesseur en explicitant totalement l'existence du Pays Imaginaire. Tout le long, on a également droit à tout plein d'incohérences, en rapport avec la non-croyance de Jane pour ce lieu. Cette dernière est d'ailleurs une héroïne intéressante et touchante, mais on n'arrête pas de lui faire des reproches sur des choses totalement normales. Je ne trouve d'ailleurs pas ça juste que le film veuille faire en sorte qu'elle apprenne à croire au Pays Imaginaire... Apprendre aux enfants qu'il est important de garder une âme d'enfant, ok c'est très beau et mignon, mais c'est étrange d'apprendre que c'est bien de croire en un monde qui n'existe même dans le monde réel... Dans l'ensemble, je trouve quand même que les héros sont bien repris, ils sont toujours égaux à eux-mêmes et attachants. Wendy a évolué pile comme il était logique qu'elle évolue. Sinon l'animation n'est évidemment pas de qualité élevée, mais c'est correct pour du DTV. Si ce n'est que les design soient tout le temps repompés sur ceux du premier film. Et pis sinon, on a des chansons pop... et c'est bizarre, mais je les trouve vraiment jolies. Je Crois me touche beaucoup.
    Ce film me fait une impression bizarre. Il se montre assez insultant envers le Classique de 1953, mais je trouve qu'on ressent quand même de la passion, certains moments sont touchants... C'est comme si l'équipe aimait l'histoire de Peter Pan, sans l'avoir comprise, c'est bizarre.
  • Bande-annonce

    The Cloverfield Paradox (2018)

    1 h 42 min. Sortie : . Épouvante-Horreur, science-fiction et thriller.

    Film de Julius Onah avec Gugu Mbatha-Raw, David Oyelowo, Daniel Brühl

    Bon ben, je trouve ça assez moyen au final... J'avais envie d'aimer, pourtant.
    Je trouve la saga Cloverfield intéressante car elle utilise des styles assez originaux et différents, avec des héros changeant à chaque fois, mais vivant tous la même catastrophe dans leur coin (je précise que je n'ai pas encore vu le premier film, mais j'en connais le principe). Mais ce troisième film ne propose rien de très unique, en comparaison des deux premiers opus. Il propose différentes idées qui ne sont pas inintéressantes (l'équipage seul dans l'espace sans lien restant avec la Terre, la deuxième dimension) mais n'en exploite jamais une à fond. Lorsqu'on a vu plusieurs films de ce genre, il n'y a de révolutionnaire à trouver dans celui-ci. Les personnages ne sont pas désagréables mais n'ont pas énormément de personnalité. Ava affiche toujours la même expression inquiète, et celui qui joue son mari ne joue pas très bien à mon goût. Le film parvient à nous inquiéter, à nous faire sourire quand c'est son but, mais jamais de façon intense. La réalisation est assez plate, avec des plans parfois trop tremblants ou trop de travers.
    Je ne trouve pas ce film horrible, mais juste qu'il me donne le sentiment de ne rien tenter véritablement. Sitôt on le voit, sitôt on l'oublie.
  • Bande-annonce

    Suicide Squad (2016)

    2 h 03 min. Sortie : . Action, aventure, fantastique et comédie.

    Film de David Ayer avec Will Smith, Margot Robbie, Jared Leto

    J'ai enfin vu ce film tant conspué... Au début, ça allait, je me disais que j'allais peut-être mieux aimer que la majorité. Mais au final, plus cette oeuvre a continué, et plus je me sentais agacée.
    Déjà, le principe de base n'a aucun sens, surtout dans cet univers. Pourquoi engager des super-vilains pour sauver le monde? Et ce, dans un monde où les gentils super-héros sont nombreux? Au niveau de l'ambiance, ce film n'est pas bon. Que ce soit entre un film psychologique et touchant, ou un film délirant et caille-ra, le long-métrage ne sait pas quoi choisir. L'ambiance n'est pas inintéressante, je ne trouve pas ça impersonnel à 100% mais ça aurait mieux marcher dans un film one-shot. Pour parler de l'humour en lui-même, je dois avouer que je le trouve plutôt bon, j'ai ri plusieurs fois. Le truc, c'est que l'humour ne se prête pas du tout dans cet univers mis en place. Et quand le film se veut touchant, en essayant notamment de nous faire croire que les membres de l'escadron suicide sont super potes alors qu'on ne les voit jamais se rapprocher... et ben ouais, ben c'est raté, quoi. Pour ce qui est des personnages, certains sont oubliables. Et ce qui ne le sont pas, comme Harley ou le Joker, sont sympas... mais ne sont pas dans le bon univers cinématographique. D'ailleurs, nos méchants ne sont même pas de vrais méchants. On pourrait juste en faire des loosers, ça serait la même chose. Le concept n'est donc pas du tout exploité. Les scènes d'action ne sont pas révolutionnaires, quand on voit ce qu'on peut faire aujourd'hui. La réalisation est complètement surdécoupée. A part ça, je ne trouve pas le film mauvais visuellement, mais on se retrouve avec un rythme insupportable. La musique est pas mal, mais les chansons donnent aussi un ton racaille assez gavant.
    Donc j'aime bien cette Harley et ce Joker, mais à part ça, un film qui m'a complètement ennuyée. Marre de ces films de super-héros qui se veulent juste trop classes, sans chercher à être profonds.
  • Bande-annonce

    Cloverfield (2008)

    1 h 30 min. Sortie : . Action, science-fiction, thriller, catastrophe et Épouvante-horreur.

    Film de Matt Reeves avec Lizzy Caplan, Jessica Lucas, T. J. Miller

    Voilà, je l'ai enfin vu, je me suis donc matée toute la trilogie! Et j'ai bien apprécié ce premier volet.
    L'idée de base est intéressante. Représenter une ville se faire détruire par un monstre, sous la forme d'un found-foutage, c'est une bonne façon d'avoir le sentiment oppressant d'assister à une vraie catastrophe. On se retrouve par conséquent avec des défauts typiques de ce genre de film, comme le gars qui filme absolument tout et n'importe quoi, et se retrouve dans des situations où un mec normal aurait forcément lâché sa caméra. Le métrage justifie tout de même cela en partant de l'idée que les gens devront savoir ce qu'il se passe, même si ça reste un peu gros. Le film fiche parfois un peu trop la berlue, c'est assez dérangeant. Mais à part ça, je trouve le tout bien efficace! Sans être révolutionnaires, les personnages ne sont clairement pas désagréables à suivre. L'idée de ne prendre que des acteurs inconnus est une bonne idée, qui donne encore plus l'impression de suivre des gens normaux dans leur périple. Le film sait créer une peur crédible, notamment par tout le manque de compréhension qui entoure l'attaque. L'oeuvre se finit d'ailleurs à un moment idéal pour une conclusion, sans que ça ne fasse trop "climax typique de film".
    Je trouve que ça reste pour l'instant le meilleur de la saga, celui qui tient le mieux le niveau tout du long.
  • Bande-annonce

    Au revoir là-haut (2017)

    1 h 57 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Albert Dupontel avec Nahuel Pérez Biscayart, Albert Dupontel, Laurent Lafitte

    Film conseillé par Maximemaxf, le créateur de notre grand challenge!

    J'ai enfin pu le voir! Et le moins qu'on puisse dire, c'est que c'est cool d'avoir des films français comme celui-ci!
    L'idée de base est intéressante. La période qui a directement suivi la Première Guerre Mondiale ne me semble pas être une époque souvent exploitée dans les oeuvres, ça change donc de s'y plonger. J'aime beaucoup le ton de l'histoire, avec un petit humour noir qui fait effet. On a aussi quelque fois de jolis moments émouvants. Le film aurait peut-être même mérité à un peu plus s'appuyer dessus. Les personnages sont très sympathiques et amusants. J'aurais bien aimé voir Aulnay-Pradelle plus longuement, puisqu'il avait l'air vraiment fascinant dans le roman, mais ce n'est pas non plus très grave. Edouard arrive à être très expressif et touchant alors qu'on ne voit jamais sa bouche, c'est très réussi! Les acteurs interprètent tous très bien leurs rôles. Le film est très bien réalisé, les mouvements de caméra sont toujours bien gérés. Je trouve que visuellement, les masques d'Edouard donnent une certaine excentricité touchante au récit.
    J'ai le sentiment qu'il lui manque un petit quelque chose pour être superbe, mais ça reste un très bon film!