Séries regardées en 2018

Avatar chtimixeur Liste de

66 séries

par chtimixeur

Testées et vite abandonnées : 100 Code, A Discovery of Witches, A Million Little Things, Alex Inc, Alone Together, Altered Carbon, Black Earth Rising, Bliss, Burden of Truth, Butterfly, Camping, Caught, Chilling Adventures of Sabrina, Collateral, Counterpart, Dead Lucky, Deadly Class, Death and Nightingales, Deep State, Derry Girls, Everything Sucks, Forever, Good Girls, Grown-ish, Hang Ups, Hard Sun, Harrow, Here and Now, High and Dry, Hold the Sunset, Home From Home, How to Stay Married, I Feel Bad, Innocent, Insatiable, Instinct, Into the Dark, Keeping Faith, Joe All Alone, Kidding, Killing Eve, King Gary, Kiss Me First, LA to Vegas, Let's Get Physical, Little Dog, Liza on Demand, Lost in Space, Maniac, Manifest, Mosaic, Mrs. Wilson, Mystery Road, Next of Kin, Nightflyers, Patrick Melrose, Pine Gap, Press, Requiem, Save Me, Sick of it, Sorry for your Loss, Strangers, Street Smart, Superwog, Sweetbitter, Tell Me a Story, The ABC Murders, The Alienist, The Cool Kids, The Crossing, The Cry, The Good Cop, The Innocents, The Kids Are Alright, The Looming Tower, The Oath, The Purge, The Reluctant Landlord, The Rookie, The Truth about the Harry Quebert Affair, The Young Offenders, Trust, Ultraviolet, Wellington Paranormal

2012 : https://www.senscritique.com/top/Les_meilleures_series_de_2012/166160
2013 : https://www.senscritique.com/liste/Series_regardees_en_2013/310573
2014 : https://www.senscritique.com/liste/Series_regardees_en_2014/376636
2015 : https://www.senscritique.com/liste/Series_regardees_en_2015/749582
2016 : https://www.senscritique.com/liste/Series_regardees_en_2016/1155782
2017 : https://www.senscritique.com/liste/Series_regardees_en_2017/1559531
2019 : https://www.senscritique.com/liste/Series_regardees_en_2019/2303584
2020 : https://www.senscritique.com/liste/Series_regardees_en_2020/2576151

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    Atlanta (2016)

    25 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie et drame.

    Série de Donald Glover avec Donald Glover, Brian Tyree Henry, Lakeith Stanfield

    Saison 2 : 8/10
    Une saison à l'inventivité folle. L'épisode 2x06 est incroyable.
  • Life and Death Row, the Mass Execution (2018)

    1 h. Première diffusion : . Documentaire.

    Série

    Un formidable documentaire de la BBC qui s'intéresse aux 8 exécutions programmées en 10 jours en Arkansas au mois d'avril 2017, car le produit anesthésiant arrivait à sa date de péremption.
    Chacun des 4 épisodes s'intéresse à 2 cas, et les réalisateurs nous proposent des interviews des condamnés à mort, des victimes, de leurs familles respectives, des opposants à la peine de mort, et du gouverneur.
    Tous les points de vue sont traités de manière équitable, et le résultat final est passionnant.
    Petit conseil : ne vous renseignez pas sur les exécutions au préalable, car toutes n'ont pas eu lieu, et le suspense est haletant durant chaque épisode.
  • Bande-annonce

    Escape at Dannemora (2018)

    1 h. Première diffusion : . 1 saison. Drame et mini-série.

    Série de Brett Johnson et Michael Tolkin avec Benicio Del Toro, Patricia Arquette, Paul Dano

    Une très bonne série de prison aux allures de long film, avec un quatuor d'acteurs formidable (mention spéciale à l'acteur qui joue Lyle Mitchell, avec son regard idiot et ses dents tordues). Dommage que la bande son soit si catastrophique.
  • Louis Theroux: Altered States (2018)

    1 h. Première diffusion : . Mini-série et documentaire.

    Série de Louis Theroux

  • Bande-annonce

    Baron Noir (2016)

    55 min. Première diffusion : . 3 saisons. Drame et thriller.

    Série de Eric Benzekri et Jean-Baptiste Delafon avec Kad Merad, Anna Mouglalis, Niels Arestrup

    Saison 2 : 8/10
    Le départ de Niels Arestup fait un bien fou à la série, qui devient par conséquent plus moderne, moins caricaturale et surtout plus ancrée dans le réel. Le scénario est riche et requiert une attention de tous les instants, et on nous bassine moins avec des histoires de famille ou de couple. Les seconds rôles sont au top (mention spéciale à François Morel dans le rôle de Mélenchon), et les décors sont incroyables : je ne sais pas s'ils ont tourné ou non à l’Élysée, mais par rapport à la saison 1, cela rend les scènes beaucoup plus crédibles. Kad Merad a aussi fait des progrès, mais je note qu'il a encore parfois tendance à scander son texte de manière monocorde et désincarnée.
    Mon plus gros souci concerne le timbre de voix et l'accent parisien d'Anna Mouglalis. On ne comprend rien à ce qu'elle raconte, et sa manie de transformer les "é" en "a" est pénible à la longue. A cause d'elle, j'ai dû ressortir mon casque pour être sûr de comprendre les dialogues, chose que je ne fais jamais avec les séries anglophones !
  • Prison (2018)

    1 h. Première diffusion : . Policier et drame.

    Série de Paddy Wivell

    Une plongée dans les prisons anglaises assez fascinante. A ma grande surprise, ce système carcéral est bien différent de celui des États-Unis : il y a beaucoup moins de moyens, les matons sont plus humains, et les prisonniers sont moins dans la posture. Dans le premier épisode, le réalisateur nous parle de l'épidémie de Spice (la drogue zombie) qui fait des ravages parmi les prisonniers.
    Dans le deuxième, il s'intéresse aux maladies mentales dont souffrent les deux tiers d'entre eux.
    Le troisième, consacré à la violence carcérale, a été diffusé en janvier 2019.
  • Bande-annonce

    Get Shorty (2017)

    55 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie et policier.

    Série de Davey Holmes avec Chris O'Dowd, Ray Romano, Sean Bridgers

    Saison 2 : 7.5/10
    Le début de saison était un peu mou du genou, mais vers la fin, les choses se sont emballées, et les scénaristes sont sortis de leur petite routine. Le casting est toujours génial (qui invente ces personnages loufoques ?), et je regrette juste que Lulu soit moins drôle qu'en saison 1.
  • Bande-annonce

    Billions (2016)

    1 h. Première diffusion : . 5 saisons. Drame.

    Série de David Levien, Brian Koppelman et Andrew Ross Sorkin avec Damian Lewis, Paul Giamatti, Maggie Siff

    Saison 3 : 7.5/10
    J'ai trouvé ça assez osé que les scénaristes achèvent l'arc qui opposait les deux personnages principaux dès l'épisode 3x07. Il y a ensuite eu un petit coup de mou, mais l'arrivée de John Malkovich a montré que cette série avait encore de l'avenir, et suffisamment d'éléments ont été posés pour que j'ai déjà hâte de voir la saison 4.
    A part ça, Taylor est toujours un personnage fascinant, et la gouaille texane de l'Attorney General est un plaisir de tous les instants.
    Autre point de satisfaction : Malin Akerman est quasiment absente de cette saison, et c'est tant mieux tant son personnage ne servait à rien.
  • Bande-annonce

    Better Call Saul (2015)

    47 min. Première diffusion : . 5 saisons. Judiciaire, policier et drame.

    Série de Vince Gilligan et Peter Gould avec Bob Odenkirk, Jonathan Banks, Rhea Seehorn

    Saison 4 : 7.5/10
    Toujours plaisant à regarder, mais il se passe toujours aussi peu de choses.
  • Bande-annonce

    Informer (2018)

    1 h. Première diffusion : . 1 saison. Drame et thriller.

    Série de Sohrab Noshirvani et Rory Haines avec Paddy Considine, Nabhaan Rizwan, Bel Powley

    Saison 1 : 7.5/10
    Une vraie bonne série de la BBC sur un jeune homme sans histoires que l'on pousse à devenir informateur. Le casting est très bon, et je prédis un bel avenir à Nabhaan Rizwan. Bel Powley m'a quant à elle hypnotisé avec son visage poupon et son regard azur.
    Je regrette toutefois que certains personnages secondaires soient un brin caricaturaux (Dadir, le patron du gymnase, le flic infiltré qui boîte), et l'écriture aurait pu être meilleure. J'ai ainsi deviné qui avait commis la tuerie du café 2 ou 3 épisodes avant la fin, et toute ce qui concerne l'enquête se révèle au final assez vain et superficiel.
  • Bande-annonce

    Succession (2018)

    59 min. Première diffusion : . 3 saisons. Drame.

    Série de Jesse Armstrong avec Brian Cox, Jeremy Strong, Kieran Culkin

    Saison 1 : 7/10
    La bonne surprise de l'année. Le casting est très bon, et la manière qu'on les scénaristes de systématiquement tourner les grands enfants en ridicule à la fin des épisodes est assez jouissive. J'ai aussi adoré la bande son, avec son thème principal réarrangé et réorchestré dans toutes sortes de styles musicaux.
  • Bande-annonce

    Mr Inbetween (2018)

    25 min. Première diffusion : . Drame.

    Série de Scott Ryan avec Scott Ryan, Damon Herriman, Justin Rosniak

    Saison 1 : 7/10
    La bonne petite surprise australienne de l'année. L'acteur principal a une vraie gueule, et chaque épisode m'a laissé un goût de trop peu. Généralement, c'est plutôt bon signe...
  • Bande-annonce

    Hidden (2018)

    1 h. Première diffusion : . Policier et thriller.

    Série de Mark Andrew et Ed Talfan avec Rhodri Meilir, Gwyneth Keyworth, Sian Reese-Williams

    La petite sœur galloise d'Happy Valley. Durant ses 8 épisodes, cette série nous parle d'un homme brimé par sa mère qui enlève des jeunes femmes de 17 ans et les enferme au milieu des bois dans une cabane sombre et insalubre, "pour leur bien". Avec sa coupe de cheveux improbable et sa posture voutée, Rhodri Meilir possède la tête de l'emploi, et si cette première saison est réussie, c'est en grande partie grâce à lui. Sian Reese-Williams m'a quant à elle beaucoup fait penser à Sarah Lancashire (Happy Valley), et j'aurais aimé que les scénaristes nous montrent davantage encore sa vie privée qui a l'air si déprimante plutôt que de consacrer tant de temps à la famille d'une ancienne victime ainsi qu'à la romance naissante entre le flic barbu et une de ses collègues. Je regrette aussi que la résolution de l'enquête se soit faite sur un coup de bol : au final, tout le travail des deux détectives n'a pas servi à grand chose, et il y a quelques facilités d'écriture dans le septième épisode qui m'ont laissé sur ma faim.
    Enfin, sachez qu'il s'agit à la base d'une série en gallois, et qu'environ la moitié des scènes ont été aussi tournées en anglais pour sa diffusion sur la BBC. Cette langue aux consonnes chuintantes est assez étrange à entendre, et elle m'a fait penser à un croisement entre le flamand et le suédois. Une chose est sûre en tout cas, ça dépayse !
  • Bande-annonce

    The Haunting of Hill House (2018)

    56 min. Première diffusion : . 1 saison. Épouvante-horreur, anthologique, thriller et drame.

    Série de Mike Flanagan avec Michiel Huisman, Carla Gugino, Henry Thomas

    Saison 1 : 7/10
    Les 3 ou 4 premiers épisodes sont corrects, sans plus, et ils ne servent qu'à donner de l'épaisseur aux personnages. Dès le 5ème, on passe un niveau au-dessus, et les 1h10 passent toutes seules. Le sommet de la saison est atteint dans l'incroyable épisode 6, qui restera comme un de mes sommets télévisuels de 2018. Hitchcock aurait été fier... Malheureusement, les deux derniers épisodes sont très moyens, et j'ai dû lutter pour ne pas m'endormir dans le dernier.
    Malgré tout, rien que pour son milieu de saison, cette série mérite d'être vue, et dans chaque épisode ou presque, il y a un jumpscare qui vaut le détour (les plus glaçants se situant dans les épisodes 1 et 8).
  • Bande-annonce

    McMafia (2018)

    55 min. Première diffusion : . 1 saison. Thriller, policier et drame.

    Série de Hossein Amini et James Watkins avec James Norton, David Strathairn, Faye Marsay

    Une série sur la mafia internationale moderne, où les parrains sont plus souvent derrière des ordinateurs et dans des réceptions mondaines que sur le terrain.
    L'action se situe dans divers pays (Angleterre, Israël, France, République tchèque, Russie), et les décors en extérieur nous rappellent sans cesse que nous sommes dans une série à gros budget de la BBC quasiment du même calibre que The Night Manager.
    James Norton est très convaincant dans le rôle de ce banquier bien élevé et toujours souriant sorti de Harvard, et on a du mal à croire que c'est le même acteur qui incarnait le pervers de Happy Valley.
    Par contre, tout ce qui concerne les états d'âme et les aventures sexuelles du père russe est assez ennuyeux. Idem pour ce qui concerne la jeune femme russe prostituée de force et le garde du corps au grand cœur. Sans tout cet aspect soap, la série aurait été encore meilleure.
  • Bande-annonce

    Ozark (2017)

    1 h. Première diffusion : . 1 saison. Policier, drame et thriller.

    Série de Mark Williams et Bill Dubuque avec Jason Bateman, Laura Linney, Sofia Hublitz

    Saison 2 : 7/10
    Une deuxième saison meilleure que la première. Les épisodes sont longs (57 minutes de moyenne, avec un pic à 1h03) et denses, et on sent que les scénaristes ont trouvé leur rythme.
    J'ai toutefois quelques reproches :
    - le filtre bleu/gris est trop prononcé
    - Jason Bateman a un jeu trop monolithique, et alors qu'il est censé être le personnage principal de cette série, il n'est pas assez présent à l'écran
    - Laura Linney est trop présente à l'écran. Même si elle est moins catastrophique qu'Anna Gunn, je trouve son personnage trop superficiel.




    SPOILERS :
    - Charlotte est un boulet. Et puis qui est assez stupide pour croire qu'elle a 15 ans ? L'actrice qui l'interprète a 4 ans de plus que son personnage !
    - il y a trop de morts gratuites dans la seconde moitié de saison.
    - je terminerai enfin par mon plus gros reproche : la réaction de Wendy dans l'épisode 2x10 est aussi aberrante que celle de June à la fin de la saison 2 de The Handmaid's Tale. Cela va à l'encontre du bon sens, et ne semble être qu'un mauvais prétexte pour justifier une troisième saison située dans les Ozarks.
  • Bande-annonce

    Corporate (2018)

    25 min. Première diffusion : . Comédie et drame.

    Série de Jake Weisman, Pat Bishop et Matt Ingebretson avec Lance Reddick, Matt Ingebretson, Jake Weisman

    Saison 1 : 7/10
    Une comédie de bureau complètement déjantée.
  • Bande-annonce

    Sharp Objects (2018)

    52 min. Première diffusion : . 1 saison. Mini-série, drame et thriller.

    Série de Marti Noxon avec Amy Adams, Patricia Clarkson, Chris Messina

    Jean-Marc Vallée s'est clairement fait plaisir avec ce film indépendant de huit heures, où le passé et les flashs hallucinatoires se mêlent constamment au présent. Le rythme est lent, très lent, et la forme prend souvent le dessus sur le fond, ce qui pourra rebuter plus d'un téléspectateur. Un gros travail sur le son a été effectué lors de la phase de montage, et cela se ressent particulièrement lors des scènes en voiture. Les trois actrices actrices sont au top (mention spéciale à Patricia Clarkson), et l’ambiance des petites villes du Sud refermées sur elles-mêmes est particulièrement bien retranscrite. Par contre, tout ce qui concerne l'enquête policière et journalistique laisse à désirer, et le réalisateur insiste trop lourdement sur l'alcoolisme des personnages : comme dans un mauvais film hollywoodien, ces derniers ont constamment un verre ou une bouteille à la main, et pour une série qui se veut subtile, je trouve que ça fait tâche. A part ça, le twist final qui intervient lors des ultimes secondes est plutôt bien trouvé, même s'il laisse beaucoup trop de questions en suspens.
  • Bande-annonce

    Marcella (2016)

    45 min. Première diffusion : . Drame.

    Série de Hans Rosenfeldt et Nicola Larder avec Anna Friel, Nicholas Pinnock, Sinéad Cusack

    Saison 2 : 7/10
    Une saison qui m'a semblé plus sombre que la première. Marcella a moins d'absences, mais par contre, les scénaristes nous imposent des séances de régression hypnotique lors desquelles l'héroïne et son fils font revenir à la surface des souvenirs refoulés, et ces scènes tirent vraiment la série vers le bas. C'est dommage, car le reste est bien écrit, et on sent qu'il y a eu du boulot dans la salle d'écriture pour établir des liens entre tous les protagonistes de l'histoire.
  • Bande-annonce

    AMC Visionaries : l'histoire de l'horreur avec Eli Roth (2018)

    Eli Roth’s History of Horror

    45 min. Première diffusion : . 1 saison. Épouvante-horreur et documentaire.

    Émission TV de Eli Roth avec Eli Roth, Quentin Tarantino, Greg Nicotero

  • Bande-annonce

    Mme Maisel, femme fabuleuse (2017)

    The Marvelous Mrs. Maisel

    57 min. Première diffusion : . 3 saisons. Comédie et drame.

    Série de Amy Sherman-Palladino avec Rachel Brosnahan, Alex Borstein, Michael Zegen

    Saison 2 : 6.5/10
    Les épisodes, pour la plupart plus courts que ceux de la saison 1, semblent bizarrement plus longs, et Rachel Brosnahan que j'appréciais tant a commencé à sérieusement me taper sur le système avec ses gesticulations permanentes et son cheveu sur la langue exagéré. Les premiers épisodes à Paris ne sont que du remplissage, et cette saison semble davantage s'intéresser à la vie sentimentale de l'héroïne qu'à sa carrière (il faut dire aussi que les sketches sur scène sont moins drôles, ceci explique peut-être cela). A ce rythme là, on peut se taper encore quelques saisons sans grand intérêt, et je doute que les scénaristes ne vont pas pouvoir nous refaire le coup du camp Steiner chaque année pour remplir 3 épisodes... Heureusement que Tony Schaloub et Alex Borstein sont toujours là pour nous faire sourire, et encore, je les trouvais beaucoup plus drôles lors de la première saison...
  • Bande-annonce

    Santa Clarita Diet (2017)

    30 min. Première diffusion : . 3 saisons. Comédie et Épouvante-horreur.

    Série de Victor Fresco avec Drew Barrymore, Timothy Olyphant, Liv Hewson

    Saison 2 : 6.5/10
    Une saison 2 très rythmée qui n'a rien à envier à la première. Le père et le jeune nerd sont toujours aussi drôles, le cheveu sur la langue de Drew Barrymore est moins prononcé, et la fille rousse a les cheveux moins gras. La tête enterrée vivante m'a beaucoup fait rire, et les seconds rôles sont savoureux (ex : le gentil Andy Richter dans un rôle d'un patron insupportable). Par contre, en terme d'histoire, l'intérêt retombe légèrement dans les derniers épisodes.
  • Friday Night Dinner (2011)

    24 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie.

    Série de Robert Popper avec Tamsin Greig, Paul Ritter, Simon Bird

    Saison 5 : 6.5/10
    Une des meilleures saisons depuis la première. Le dernier épisode était étonnamment triste, mais ça n'a pas empêché les scénaristes d'enchaîner rapidement avec une scène à mourir de rire (la croix géante). Je croise les doigts pour qu'il y a encore quelques saisons...
  • Bande-annonce

    Bodyguard (2018)

    1 h. Première diffusion : . 1 saison. Thriller, policier et drame.

    Série de Jed Mercurio avec Richard Madden, Keeley Hawes, Sophie Rundle

    Un bon thriller politique sur les conséquences d'une loi jugée liberticide. L'acteur principal (apparemment connu pour son rôle dans Game of Thrones) est assez limité, et au bout de quelques épisodes, je n'en pouvais plus de l'entendre dire "Ma'am" dans chacune de ses répliques. Je vous avoue ne pas avoir parfaitement compris les motivations exactes des divers grands pontes de la police et du Secret Service, et les aveux candides de deux personnages dans le dernier épisode sont complètement irréalistes (tout le monde se tairait à leur place). Et que dire de ces résumés au début de chaque épisode qui sont les plus longs que j'aie jamais vus ? (on dépasse parfois les 3 minutes !)
    Malgré ces petits défauts, la série reste plaisante à suivre, et je salue le courage des auteurs pour avoir osé faire ce qu'ils ont fait à la fin de l'épisode 3.
  • Bande-annonce

    Condor (2018)

    47 min. Première diffusion : . 2 saisons. Thriller, policier et drame.

    Série de Jason Smilovic, Todd Katzberg et Ken Robinson avec Max Irons, Kristen Hager, Bob Balaban

    Saison 1 : 6.5/10
    Les premiers épisodes sont captivants et requièrent une attention de tous les instants, mais la seconde moitié de saison semble artificiellement étirée, et les scénaristes délaissent de plus en plus le jeune espion (ou devrais-je dire le joggeur, vu qu'il passe son temps à courir avec un sac à dos) pour s'intéresser à deux personnages féminins qui n'ont que très peu d'intérêt. A côté de ça, il y a de nombreuses ellipses dans le dernier épisode, et l'explication finale est moyennement satisfaisante. Bref, malgré le matériau d'origine haut de gamme, l'écriture et le rythme laissent parfois à désirer. Une mini-série de six épisodes aurait probablement été plus judicieuse.
    Notons cependant la belle performance de Brendan Fraser dans le rôle d'un homme de l'ombre peu sûr de lui (ça nous change du Indiana Jones-like de la Momie).
  • Bande-annonce

    Inside No. 9 (2014)

    30 min. Première diffusion : . 5 saisons. Comédie, drame et anthologique.

    Série de Steve Pemberton et Reece Shearsmith avec Steve Pemberton, Reece Shearsmith, Tim Key

    Saison 4 : 6/10
  • The Terror (2018)

    50 min. Première diffusion : . 2 saisons. Aventure, drame, Épouvante-horreur, thriller et anthologique.

    Série de David Kajganich, Alexander Woo et Max Borenstein avec Jared Harris, Tobias Menzies, Ciarán Hinds

    Saison 1 : 6/10
    Quelle curieuse série... L'ambiance est vraiment particulière, avec ces craquements de bateau incessants, cette musique lancinante en arrière-plan et ce faux rythme permanent. The Terror ne ressemble à rien d'autre à la télé, et cela a de quoi dérouter. J'ai ainsi été étonné par les fins soudaines de certains épisodes, et je ne sais pas ce qui s'est passé, mais j'ai eu un mal de chien à suivre les dialogues (j'ai décroché de l'histoire à des dizaines de reprises). C'est peut-être dû au vieil anglais et au vocabulaire marin que je ne connais pas, mais je n'ai pas le souvenir d'une autre série qui m'ait obligé à me repasser tant de dialogues qui m'étaient complètement passé au-dessus de la tête.
    La gestion du roster de personnages m'a pour le moins surpris : certains matelots apparaissent, puis disparaissent durant quelques épisodes, avant de réapparaitre brièvement dans une scène x ou y. Difficile par conséquent de s'attacher à l'un ou à l'autre... J'ai aussi été vraiment déçu que le protagoniste principal se fasse tuer après 3 épisodes.
    Les décors m'ont également posé problème : la neige n'est pas crédible, je n'ai jamais ressenti le froid, et bon nombre de scènes se déroulant sur la glace me semblent avoir été tournées en studio.
    Mon plus gros souci concerne la grosse bêbête : on voit bien qu'elle est en CGI, et tout comme l'ours polaire de Lost, j'aurais préféré qu'elle n'apparaisse jamais à l'écran. La tension aurait pu être dingue si ce mystérieux animal avait surgi de nulle part pour attraper et manger un marin de temps en temps, mais les scénaristes ont préféré nous montrer 2 ou 3 carnages durant lesquels elle dézingue à tout va en poussant des rugissements aussi ridicules que ceux des dinosaures de Jurassic World...
    Malgré tout, je ne sais pas trop pourquoi, cette série a un truc, et c'est assez surréaliste de voir tous ces mecs polis et affamés continuer à pousser des barques sur le sol, dans un décor quasi lunaire...
  • Bande-annonce

    Waco (2018)

    45 min. Première diffusion : . 1 saison. Mini-série, policier et drame.

    Série de Drew Dowdle et John Erick Dowdle avec Michael Shannon, Taylor Kitsch, Andrea Riseborough

    Taylor Kitsch livre une très belle performance, et preuve qu'il s'agit d'une série ambitieuse, on retrouve 3 acteurs de Boardwalk Empire au générique.
    La vérité concernant ce siège de 51 jours reste toujours aussi mystérieuse 25 ans plus tard, et ce triste évènement constitue à coup sûr l'une des pages les plus sombres de l'Histoire des USA au XXème siècle.
    Il est juste dommage que la réalisation soit si plate. Les choix de montage à renfort de musique sont ainsi particulièrement décevants lors du dernier épisode consacré à l'assaut final.
  • Bande-annonce

    A.P. BIO (2018)

    25 min. Première diffusion : . 2 saisons. Comédie.

    Série de Mike O'Brien avec Glenn Howerton, Patton Oswalt, Jean Villepique

    Saison 1 : 6/10
    Une comédie de network dont le pitch rappelle celui de Bad Education. Glenn Howerton y interprète un personnage pas si éloigné que cela de Dennis (le psychopathe d'Always Sunny in Philadelphia).
    Certains des élèves ont des têtes pas possibles, et leurs interactions avec le professeur glandeur constituent le sel de cette comédie. Par contre, les 3 institutrices de la salle de pause n'ont aucun intérêt, et la série aurait été meilleure sans elles.
  • Bande-annonce

    Harry Bosch (2015)

    Bosch

    45 min. Première diffusion : . 4 saisons. Policier et drame.

    Série de Eric Overmyer et Michael Connelly avec Titus Welliver, Jamie Hector, Amy Aquino

    Saison 4 : 6/10
    Après une bonne saison 3, la série retombe dans ses travers d'antan avec des épisodes plus courts et une mollesse générale qui devrait en décourager plus d'un. Je me souviens avoir adoré le livre "L'envol des anges", mais là, j'ai trouvé que ça n'avançait pas et que tous les personnages étaient amorphes. L'intrigue secondaire est quant à elle vaguement tirée des "Neuf Dragons" (sans le voyage en Asie), et je l'ai trouvée encore moins intéressante que la trame principale. Et puis, même si ce n'est qu'un petit détail, les fans de l'inspecteur Bosch seront déçus d'apprendre qu'il n'y a quasiment plus de jazz dans la bande son....
    Alors je critique, je critique, mais au final, cela reste malgré tout regardable et bien réalisé. Les acteurs sont en outre très professionnels, et ce sont eux qui sauvent cette saison tout sauf remarquable (à l'exception de l'ultime scène, magnifiée par la chanson "Farewell" de Rosie Thomas).