Tournage bien ordonné commence par le début...

Avatar Tonto Liste de

19 films

par Tonto

Il est assez rare qu’un film soit tourné dans l’ordre chronologique dans son scénario. Les différentes scènes sont en général tournées selon la disponibilité des lieux ou des acteurs, toutes les scènes se déroulant en un même endroit ou comportant un acteur en commun étant tournées les unes à la suite des autres, afin de faciliter la logistique et/ou de diminuer le budget du film. Toutefois, il existe certains films où le réalisateur a fait le choix de tourner toutes les scènes de son film dans l’ordre chronologique de leur déroulement dans le récit, c’est-à-dire de commencer le tournage par la première scène du film et de le terminer par la dernière, avec toutes les contraintes que cela implique.
Retour sur ces films, avec les commentaires de membres de l’équipe du film, quand cela est possible.

Toute proposition est la bienvenue, afin de compléter la liste (avec une référence en plus, ce serait super).

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    La Corde (1948)

    Rope

    1 h 20 min. Sortie : . Policier, drame et thriller.

    Film de Alfred Hitchcock avec James Stewart, John Dall, Farley Granger

    «La pièce se déroulait dans le même temps que l’action. C’était continu, du lever de rideau jusqu’au rideau baissé. Je me suis alors demandé : comment est-ce que je peux filmer cela dans une démarche similaire ? La réponse, c’était évidemment que la technique du film serait également continue et que l’on ne ferait aucune interruption à l’intérieur d’une histoire qui commence à 19h30 et se termine à 21h15. Alors j’ai conçu cette idée un peu folle de tourner un film qui ne constituerait qu’un seul plan. A présent, quand j’y réfléchis, je me rends compte que c’était complètement idiot parce que je rompais avec toutes mes traditions et je reniais mes théories sur le morcellement du film et des possibilités du montage pour raconter visuellement une histoire. Cependant, j’ai tourné ce film à la façon dont il était monté d’avance : les mouvements de la caméra et ceux des acteurs reconstituaient exactement ma façon habituelle de découper, c’est-à-dire que je maintenais le principe du changement de proportion des images par rapport à l’importance émotionnelle des moments donnés.»

    (Interview d’Alfred Hitchcock par François Truffaut, in "Hitchcock/Truffaut", François Truffaut, 1966)
  • Bande-annonce

    Marie-Octobre (1959)

    1 h 30 min. Sortie : . Drame et thriller.

    Film de Julien Duvivier avec Danielle Darrieux, Bernard Blier, Robert Dalban

    - Merci à Housecoat -

    Pas de références précises trouvées.
  • Bande-annonce

    Cléo de 5 à 7 (1962)

    1 h 27 min. Sortie : . Comédie musicale et comédie dramatique.

    Film de Agnès Varda avec Corinne Marchand, Antoine Bourseiller, Dominique Davray

    «Dans la plupart des films de fiction ou des documentaires, il y a un plan de travail qui est assez intelligent. Toutes les scènes qui se passent dans tel appartement sont groupées parce qu’on loue l’appartement pour quinze jours. C’est la logique du tournage bien préparé. Pour "Cléo de 5 à 7", je ne l’ai pas fait, car je trouvais le film fragile et difficile à interpréter.
    Exceptionnellement, on a tourné exactement dans l’ordre du scénario, quitte à revenir dans des endroits où on était déjà venus, parce que pour Corinne Marchand, qui est une formidable actrice, c’était un rôle très difficile. Elle était dans tous les plans et on suivait ses pas : c’est un temps réel, mais c’est aussi une géographie réelle. Je lui avais dit : "C’est un personnage qui va aller vers une certaine spiritualité en fin de film, par rapport à la futilité du début." On a tourné sept semaines et elle a perdu sept kilos ! Cela se voit à peine, car c’est une très grande femme, très belle, mais à la fin du film, elle a une fragilité qui est plus visible, et c’est aussi parce qu’on a tourné dans l’ordre chronologique. Toutefois, ce n’est pas très pratique : les assistants savent organiser un plan de travail intelligent et rationnel.»

    (Interview d’Agnès Varda, in "Documentaire et fiction : Allers-retours", José Moure, Nguyen Trong Binh, coord., 2015)
  • Last Chants for a Slow Dance (1977)

    1 h 30 min. Sortie : 1977. Thriller.

    Film de Jon Jost avec Tom Blair, Wayne Crouse, Jessica st. John

    Pas de références précises trouvées.
  • Bande-annonce

    E.T. l'Extra-terrestre (1982)

    E.T. The Extra-Terrestrial

    1 h 55 min. Sortie : . Fantastique, aventure et science-fiction.

    Film de Steven Spielberg avec Henry Thomas, Drew Barrymore, Dee Wallace

    Pas de références précises trouvées.
  • Bande-annonce

    L'Arche russe (2002)

    Russkiy kovcheg

    1 h 39 min. Sortie : . Fantastique et historique.

    Film de Alexandre Sokourov avec Sergey Dreyden, Mariya Kuznetsova, Leonid Mozgovoy

    Bon, pas besoin d’explications : comme pour "La Corde", les raisons techniques semblent assez évidentes... :)
  • Bande-annonce

    Hellboy (2004)

    2 h 02 min. Sortie : . Action, aventure et fantastique.

    Film de Guillermo del Toro avec Ron Perlman, John Hurt, Selma Blair

    Pas de références précises trouvées.
  • Le Cou de la girafe (2004)

    1 h 28 min. Sortie : . Comédie dramatique.

    Film de Safy Nebbou avec Maurice Chevit, Monique Mélinand, Marie Mergey

    «Pour respecter la progression dramaturgique, nous avons tourné dans la chronologie du scénario. Cela permet de mieux gérer l’évolution émotionnelle, autant pour les acteurs que pour moi. Nous parlons toujours d’une étape de la partition qu’ils ont déjà interprétée. Par exemple, nous avons tourné la dernière scène du film le dernier jour de tournage. Sandrine et Louisa avaient «vécu», si je puis dire, les différents moments clefs de leur histoire et elles pouvaient aller puiser dans leur mémoire affective.»

    (Interview presse de Safy Nebbou)
  • Bande-annonce

    Donne-moi la main (2006)

    1 h 20 min. Sortie : . Drame et romance.

    Film de Pascal-Alex Vincent avec Alexandre Carril, Victor Carril, Anaïs Demoustier

    «[Le but était] que ce qui circule naturellement entre les deux frères soit le "carburant" du projet. L’équipe a donc fait le périple Nord-Sud, au rythme du scénario, jusqu’au Pays Basque espagnol.»

    (interview presse de Pascal-Alex Vincent)
  • Bande-annonce

    Moscow Belgium (2008)

    Aanrijding in Moscou

    1 h 42 min. Sortie : . Comédie, drame et romance.

    Film de Christophe Van Rompaey avec Barbara Sarafian, Jurgen Delnaet, Johan Heldenbergh

    Pas de références précises trouvées.
  • Bande-annonce

    Les Combattants (2014)

    1 h 38 min. Sortie : . Romance et comédie romantique.

    Film de Thomas Cailley avec Adèle Haenel, Kevin Azaïs, Antoine Laurent

    «C’est le résultat de ce postulat théorique qu’on avait au départ, de faire jouer un acteur non professionnel et une actrice professionnelle : ça ne marche que si on tourne dans l’ordre chronologique. Kevin avait quand même assez peu joué, et on a essayé de respecter l’ordre au maximum. Il y a beaucoup de choses qu’on a pu faire grâce à ça : le fait de ne pas avoir à se demander où ils en sont dans leur relation, de laisser les choses arriver par collision, d’être surpris et de les voir surpris par ce qui arrivait. Et puis l’épuisement aussi, parce qu’ils traversent des choses. Même pour des questions de physionomie, c’était important. Ils n’étaient pas les mêmes à la fin qu’au début. Le tournage chronologique et la multiplicité des décors ont fait qu’au final nous étions toujours en mouvement, à la manière d’une troupe de théâtre ambulant. J’aime bien ce sentiment de monde en soi, en dehors du monde. C’était particulièrement vrai pour ce film car nos lieux de tournages étaient eux-mêmes très isolés. Là encore, c’est un peu à l’image du parcours d’Arnaud et Madeleine : on laisse la société derrière nous et on invente nos codes, notre langage, on se construit un territoire, géographique et imaginaire.»

    (Interview presse de Thomas Cailley)
  • Bande-annonce

    Mes séances de lutte (2013)

    1 h 39 min. Sortie : . Drame.

    Film de Jacques Doillon avec Sara Forestier, James Thierrée, Louise Szpindel

    «Si tout à coup quelque chose arrive dans une scène, une humeur, une tristesse ou au contraire une lueur de joie qui n'était pas forcément envisagée à la lecture des dialogues, alors je peux tourner la scène suivante en intégrant ce sur quoi on a mis la main. C'est pas parce que j'ai tous les mots de la scène, les notes de la partition que j'en sais beaucoup plus que ça. J'ai la conviction, toujours, que la scène est à découvrir et qu'on n’en connaît pas toutes les couleurs, ce qui fait l'excitation, le plaisir, et les enchantements du tournage.»

    (Interview presse de Jacques Doillon)
  • Bande-annonce

    Victoria (2015)

    2 h 08 min. Sortie : . Thriller et drame.

    Film de Sebastian Schipper avec Laia Costa, Frederick Lau, Franz Rogowski

    - Merci à Albiche -

    Le film est constitué d'un unique plan-séquence. Pas de références précises trouvées.
  • Bande-annonce

    The Visit (2015)

    1 h 34 min. Sortie : . Épouvante-Horreur, comédie et thriller.

    Film de M. Night Shyamalan avec Kathryn Hahn, Olivia DeJonge, Ed Oxenbould

    «Nous avons parlé des avantages d'un petit budget, qui permet une plus grande liberté artistique et une forte collaboration. Shyamalan est un homme ouvert d'esprit avec une vision précise, alors il l'a accepté. Dans cette optique, nous avons tourné le film chronologiquement, ce qui n'est pas habituel.»

    (Interview presse du producteur Mark Bienstock)
  • Bande-annonce

    The Revenant (2015)

    2 h 36 min. Sortie : . Aventure et drame.

    Film de Alejandro González Inárritu avec Leonardo DiCaprio, Tom Hardy, Will Poulter

    «C'est la seule manière qui me permette de comprendre l'histoire et ses personnages, et c'est une manière de voir comment l'histoire grandit elle-même, quitte à effectuer des changements imprévus. En tant que cinéaste, quelquefois tu es un dieu, et quelquefois tu es une créature dépassée par les événements. Dans un sens, tu dois rester humble pour écouter ce qu'il se passe et regarder la transformation... même si ça coûte plus cher. Je n'investis pas dans des effets spéciaux, mais dans des effets émotionnels, et je pense que les acteurs comprennent mieux les émotions à transmettre quand c'est chronologique.»

    (Interview d’Alejandro González Inárritu)
  • Bande-annonce

    The Neon Demon (2016)

    1 h 58 min. Sortie : . Thriller, drame et Épouvante-horreur.

    Film de Nicolas Winding Refn avec Elle Fanning, Jena Malone, Bella Heathcote

    «Je cherchais toujours à comprendre qui était Jesse, mon personnage, et jusqu’où elle m’emmènerait à la fin. On a filmé dans un ordre chronologique, donc sa transformation, je l’ai vécue. Je pense qu’il en a émergé un aspect plus ténébreux que ce qu’on en attendait au départ. C’était comme si Jesse me disait quoi faire… Jusqu’où je devais l’amener.»

    (Interview presse de Elle Fanning)
  • Bande-annonce

    120 battements par minute (2017)

    2 h 23 min. Sortie : . Drame.

    Film de Robin Campillo avec Nahuel Pérez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel

    «Avec Arnaud (Valois), on s’est tout de suite bien entendu, comme des frères, et le fait de tourner dans l’ordre chronologique nous a aidé. On développait notre relation assez naturellement avec le film.»

    (Interview presse de Nahuel Perez Biscayart)
  • Bande-annonce

    Mon garçon (2017)

    1 h 30 min. Sortie : . Drame.

    Film de Christian Carion avec Guillaume Canet, Mélanie Laurent, Olivier de Benoist

    «On a tourné le film dans l'ordre chronologique, en six jours, et j'étais comme dans un jeu de rôles. Christian Carion m'a donné rendez-vous un jour à Gare de Lyon, je suis arrivé avec ma petite valise, et là, le film démarrait. Il était déjà en train de me filmer. Ils m'ont donné un portable, et là j'étais parti dans l'histoire. Je me suis retrouvé à devoir réagir à des situations totalement folles, toute la journée, sans interruption, sans couper. Il n'y avait qu'une seule prise par scène. On se retrouve dans une liberté folle, car on ne joue plus, on vit»

    (Interview presse de Guillaume Canet)
  • Bande-annonce

    Utøya, 22 Juillet (2018)

    Utøya 22. juli

    1 h 33 min. Sortie : 2018. Drame et thriller.

    Film de Erik Poppe avec Andrea Berntzen, Aleksander Holmen, Brede Fristad

    Encore un film en un seul plan-séquence.