Walt Disney Studios en 2018

Avatar Walter-Mouse Liste de

12 films

par Walter-Mouse

Regroupement de tous les films sous le giron de Walt Disney Studios durant l'année 2018.
Avec comme toujours des commentaires plus ou moins longs pour exprimer mon avis personnel sur ces productions.

La structure des Walt Disney Studios comprend les sociétés de production suivantes:
- Walt Disney Animation Studios
- Pixar Animation Studios
- Walt Disney Pictures
- DisneyToon Studios
- Disneynature
- Lucasfilm
- Marvel Studios
- Touchstone Pictures

Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • Bande-annonce

    Black Panther (2018)

    2 h 14 min. Sortie : . Action, aventure et science-fiction.

    Film de Ryan Coogler avec Chadwick Boseman, Michael B. Jordan, Lupita Nyong'o

    Sorti le 16 Février 2018 aux États-Unis.
    Production : Marvel Studios.
    Budget : 200 000 000 $.
    Box-office mondial : 1 347 000 000 $.

    AVIS:

    À la différence de Captain America : Civil War qui amorçait plein de pistes de réflexions pour totalement passer sous silence ses répercussions, Black Panther choisit un chemin plus tranquille en optant pour le message simpliste de l'entre-deux, évitant ainsi de trop se casser la tête mais aussi d'avoir affaire à un autre danger filmique comme le fût le navet imbécile des Frères Russo. S'il comporte nombre de reproches et de fautes de goût récurrents dans l'écurie Marvel, le nouveau blockbuster de Kevin Feige en met plein les mirettes et propose un dépaysement puissant, pas si loin du Iron Man de Jon Favreau. Ryan Coogler a beau suivre à la lettre le schéma classique d'un film de super-héros, il y insuffle une émotion qui faisait cruellement défaut aux précédents opus du MCU par les responsabilités de son roi-guerrier, plus fragile que n'importe quel Avengers par son statut, et surtout embellit enfin sa conception graphique grâce à l'univers fictif du Wakanda, nation africaine éclatante de couleurs et de richesses qui, sous la caméra du réalisateur de Creed, émerveille le spectateur. Travaillant avec soin ses personnages et réintégrant de manière convaincante les figures connues de la saga (Ulysses Klaue, Everett Ross), Black Panther est fait avec sérieux, application et délivre un grand spectacle à la hauteur des attentes.

    8,5/10
  • Bande-annonce

    Un raccourci dans le temps (2018)

    A Wrinkle in Time

    1 h 49 min. Sortie : . Aventure, fantastique et science-fiction.

    Film de Ava DuVernay avec Oprah Winfrey, Reese Witherspoon, Mindy Kaling

    Sorti le 9 Mars 2018 aux États-Unis.
    Production : Walt Disney Pictures.
    Budget : 103 000 000 $.
    Box-office mondial : 132 700 000 $.

    AVIS:

    Projet alléchant car voyant le retour de Disney à la science-fiction, 3 ans après le sous-estimé Tomorrowland, Un Raccourci dans le Temps est d'ores et déjà l'une des plus grosses déceptions de l'année 2018, toutes ses idées prometteuses n'étant jamais traitées de la bonne façon et son scénario, pourtant écrit par Jennifer Lee, ne parvenant jamais à dégager la moindre émotion. Entre une esthétique hésitante qui fait souvent piquer les yeux, des messages de diversité grossièrement amenés, des dialogues ridicules et des personnages mal développés, Ava DuVernay livre une adaptation chaotique et mal découpée qui ne sait jamais sur quel pied danser. La réalisatrice de Selma essaie tant bien que mal de se créer un style visuel identifiable (avec parfois quelques fulgurances notables) et de contourner les codes de films d'aventures fantastiques pour enfants (pas vraiment d'action, un combat entre le Bien et le Mal plus métaphorique) mais n'a pas assez de matière pour que l'histoire puisse décoller. N'en résulte qu'un gros pétard mouillé qui avait le potentiel d'être dans la lignée du dernier Brad Bird.

    4/10
  • Bande-annonce

    Blue (2018)

    Dolphin Reef

    1 h 18 min. Sortie : . Animalier et nature.

    Documentaire de Alastair Fothergill et Keith Scholey avec Cécile de France et Natalie Portman

    Sorti le 28 Mars 2018 en France.
    Production : Disneynature.
    Budget : Inconnu.
    Box-office mondial : En cours d'exploitation.

    AVIS:

    Les productions de Disneynature ont appris au cours du temps comment faire évoluer leurs récits de vie en s'adressant à la fois aux enfants et aux adultes sans travestir la réalité (entendons par là qu'il est arrivé que certains de leurs premiers-nés infantilisent ou simplifient le propos en échange du divertissement), en trouvant le moyen de mêler éducation et agrément et en sortant des carcans de la télévision dans lesquels trop de gens enferment les documentaires. Blue franchit un nouveau cap, étant sûrement le plus cinématographique d'entre tous avec Nés en Chine. Alastair Fothergill et Keith Scholey, réalisateurs de Félins et de Grizzlis, ont du bagage et le prouvent avec cette plongée dans le grand bleu munie d'appareils sophistiqués pour ne plus se heurter à des contraintes. Techniquement abouti, riche dans son imagerie et fluide dans sa narration, le film se visionne avec beaucoup de plaisir, nous faisant redécouvrir sa faune et sa flore que nous pensions connaître par cœur grâce à la connexion établie entre les espèces, un système soumis aux lois de la Nature et ordonné où chacun a un rôle à jouer dans le cycle de la vie. Ce qui nous amène à un défaut de Blue, son hésitation entre rester du point de vue des dauphins ou partir vers d'autres races. La fin tente de les relier mais les parties avec la baleine à bosse semble trop se détacher, là où d'autres curiosités comme la squille multicolore (caractérielle et bien utilisée) se mélangent bien mieux. Blue est tout de même un beau documentaire, plus engagé que ses prédécesseurs sur la protection environnementale et recelant des passages magnifiques.

    7,5/10
  • Bande-annonce

    Avengers : Infinity War (2018)

    2 h 29 min. Sortie : . Action, aventure, fantasy et science-fiction.

    Film de Anthony Russo et Joe Russo avec Robert Downey Jr., Chris Hemsworth, Chris Evans

    Sorti le 27 Avril 2018 aux États-Unis.
    Production : Marvel Studios.
    Budget : 480 000 000 $.
    Box-office mondial : En cours d'exploitation.

    AVIS:

    Deux mois après le triomphe en salles de Black Panther, Marvel Studios sortent la grosse artillerie avec leur nouveau mastodonte, Infinity War, troisième réunion sur grand écran des super-héros de la maison des idées et sûrement à ce jour leur rassemblement le plus puissant. J'en suis le premier surpris au vu des deux macaques derrière la caméra mais le blockbuster tant attendu a été suffisamment étudié pour corriger pas mal de ratés qui gâchaient les précédents opus du Marvel Cinematic Universe (pas tous non plus, la partie comique est déplaisante, le découpage n'est pas glorieux et les frangins loupent toujours leurs cours du soir). Thanos en est la plus grosse réussite, imposant par sa stature et intriguant dans sa moralité qui en font l'ennemi le plus implacable et le plus intimidant des Avengers. Les batailles profitent du potentiel laissé par les pouvoirs ou aptitudes de tous les super-héros pour offrir des affrontements tout bonnement énormes, l'ampleur des combats et les effets spéciaux parviennent à compenser la fainéantise de la mise en scène, les passages dramatiques, et ils sont en définitive nombreux, donnent enfin du poids à cette guerre longtemps annoncée et délivrent un acte final poignant et intense. Film pré-apocalyptique du MCU, Avengers : Infinity War est un divertissement spectaculaire et, quand il le veut, émouvant.

    7,5/10
  • Bande-annonce

    Solo : A Star Wars Story (2018)

    2 h 15 min. Sortie : . Action, aventure et science-fiction.

    Film de Ron Howard avec Alden Ehrenreich, Woody Harrelson, Emilia Clarke

    Sorti le 25 Mai 2018 aux États-Unis.
    Production : Lucasfilm.
    Budget : 250 000 000 $.
    Box-office mondial : En cours d'exploitation.

    AVIS:

    Accueilli froidement et déclaré mort par tout le monde depuis un an, Solo : A Star Wars Story se défend dans ses deux premiers tiers. Les aléas de sa production chaotique ont abîmé son rythme et son esthétique (spatialisation, découpage et photographie à la ramasse) mais le principe de s'enfoncer dans les bas-fonds de l'univers de George Lucas offre une perspective inédite de cette saga, plus dangereuse, poussiéreuse et petite. Il y a une énergie indéniable (l'attaque du train est très réussie), un Alden Ehrenreich qui reprend honorablement la veste du célèbre voyou, une excellente BO de John Powell et quelques séquences qui rendent honneur aux mythes de la Trilogie Originale (la rencontre avec Chewbacca). Puis de l'autre côté, les plans larges se comptent sur les doigts de la main, le troisième acte raccroché à un cliffhanger honteux est bien raté, beaucoup de scènes souffrent du tournage en urgence (le premier décollage du Faucon, les mines de Kessel), les rôles secondaires sont sous-utilisés (Thandie Newton, Paul Bettany) et le résultat ressemble plus à un pilote de série TV qu'à un spin-off. Et tous ces sacrifices pour quoi, respecter le calendrier des sorties et rendre canonique l'Univers Étendu Officiel. Ron Howard a fait ce qu'il a pu pour sauver le navire, on lui concédera au moins que ça se regarde sans déplaisir.

    5,5/10
  • Bao (2018)

    8 min. Sortie : . Animation.

    Court-métrage d'animation de Domee Shi avec Sindy Lau et Daniel Kailin

    Sorti le 15 Juin 2018 aux États-Unis (avant Les Indestructibles 2).
    Production : Pixar Animation Studios.

    AVIS:

    Recrue toute fraîche chez Pixar, Domee Shi s'inspire de sa vie personnelle pour sa première réalisation, Bao, où une mère chinoise adopte un petit pain farci comme son nouvel enfant. Sur le papier, chaque ligne colle à ce dont les cartoons du studio nous ont habitué : Un élément décoratif prenant vie, une absence de dialogues, une musique couvrant les bruitages, un style graphique plus prononcé que pour les longs-métrages, une leçon de vie etc... Mais le dénouement est déstabilisant, le parti pris métaphorique va si loin qu'il provoque une confusion involontaire où on ne sait comment réagir face à des designs aussi grossiers et un choix narratif aussi particulier. Le court-métrage reste malgré tout très joli et contient un beau message.

    7,5/10
  • Bande-annonce

    Les Indestructibles 2 (2018)

    Incredibles 2

    1 h 58 min. Sortie : . Animation, action, aventure et fantastique.

    Long-métrage d'animation de Brad Bird avec Craig T. Nelson, Holly Hunter, Samuel L. Jackson

    Sorti le 15 Juin 2018 aux États-Unis.
    Production : Pixar Animation Studios.
    Budget : Inconnu.
    Box-office mondial : En cours d'exploitation.

    AVIS:

    À trop en attendre, on pouvait craindre une éventuelle (et première) déception de la part de Brad Bird, l'idée d'une suite aux Indestructibles ayant procuré des fantasmes aux fans pendant 14 années mais le réalisateur du Géant de Fer n'a rien perdu de sa maîtrise. S'il n'égale pas son aîné à cause de rebondissements prévisibles, d'une absence de drame et d'une structure un peu plus calibrée, Les Indestructibles 2 est un pur moment de détente qui rafraîchit. S'inscrivant directement dans la continuité de son grand frère, reprenant là où l'action s'était arrêtée, la nouvelle production Pixar remet à jour ses commentaires communautaires en inversant intelligemment les rôles de son couple (la position d'Elastigirl pouvant être mise en parallèle avec des faits socio-politiques contemporains, celle de son mari permettant de garder les relations intimes qui nous font tant apprécier cette famille super-héroïque), délivre comme promis des éléments humoristique géniaux (Jack-Jack devient une usine à gags pour notre plus grand bonheur) tout en possédant une vraie exigence dans la mise en scène (chaque séquence d'action est truffée d'idées que peu de films d'animation ont de nos jours). Un excellent prolongement.

    8/10
  • Bande-annonce

    Ant-Man et la Guêpe (2018)

    Ant-Man and the Wasp

    1 h 58 min. Sortie : . Action, aventure, comédie et science-fiction.

    Film de Peyton Reed avec Paul Rudd, Evangeline Lilly, Michael Douglas

    Sorti le 6 Juillet 2018 aux États-Unis.
    Production : Marvel Studios.
    Budget : 162 000 000 $.
    Box-office mondial : En cours d'exploitation.

    AVIS:

    Entre deux Avengers, Ant-Man et la Guêpe nous offre un petit moment récréatif bienvenu car s'intercalant entre les dernières pierres de la Phase 3, juste de quoi reprendre notre souffle avant la contre-attaque prévue l'année prochaine. Ces nouvelles aventures de l'homme-fourmi se rapprochent de ce que James Gunn avait fait avec Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2, une suite qui vise moins gros, qui se resserre sur le groupe et cherche à être plus intime. La démarche est appropriée, Scott Lang étant le super-héros le plus anonyme de l'équipe et l'enjeu principal (pour ne pas dire le seul) suivant ce qui avait été amorcé dans le premier Ant-Man, la recherche de la femme de Hank Pym castée en la personne de Michelle Pfeiffer. Si la mise en scène est à nouveau faiblarde (Les travaux d'Edgar Wright ne peuvent plus sauver Peyton Reed) et qu'il manque un vrai climax (chaque scène d'action a les mêmes objectifs et les mêmes obstacles), on retrouve avec joie ces acteurs si sympathiques et équitablement exploités (Paul Rudd, Evangeline Lilly, Michael Douglas) ainsi que de bonnes surprises (la relation mignonne avec la fille de Scott, la méchante Ghost) et une utilisation maligne des insectes ou des pouvoirs de rétrécissement et d'agrandissement. Fun et plaisant.

    6,5/10
  • Bande-annonce

    Jean-Christophe & Winnie (2018)

    Christopher Robin

    1 h 43 min. Sortie : . Aventure, comédie, drame et comédie musicale.

    Film de Marc Forster avec Ewan McGregor, Hayley Atwell, Bronte Carmichael

    Sorti le 3 Août 2018 aux États-Unis.
    Production : Walt Disney Pictures.
    Budget : 75 000 000 $.
    Box-office mondial : En cours d'exploitation.

    AVIS:

    Dans le processus d'actualisation des Classiques animés planifié par Disney, Jean-Christophe & Winnie s'égare de ses semblables en étant à la fois une réadaptation et une suite des Aventures de Winnie l'Ourson. Réadaptation car la Forêt des Rêves Bleus devient un endroit physique, tangible et que ses habitants le sont tout autant, suite car le petit garçon rêveur a grandi et a laissé son imagination derrière lui. Si le synopsis n'est pas sans faire rappeler Hook, Marc Forster ré-applique ce qu'il avait fait avec Neverland, laisser les émotions parler en premier dans un film centré sur l'enfance et la famille. Il y parvient grâce à un casting plein de charme (Ewan McGregor, Hayley Atwell, Bronte Carmichael) dont l'alchimie fonctionne très bien, un respect et une compréhension du caractère de nos animaux en peluche préférés (Winnie et Bourriquet sont au top de leur forme), une approche poétique qui ne cherche pas l'explication rationnelle à tout prix et une simplicité très agréable dans les enjeux et les discussions. Il y a bien quelques tâches au tableau (Mark Gatiss ridicule, une fin mièvre, revoir l'ourson avant les retrouvailles sur le banc) mais on y prête à peine attention tant c'est avec plaisir que nous nous replongeons dans l'univers toujours aussi magique de Winnie l'Ourson.

    7,5/10
  • Bande-annonce

    Casse-Noisette et les Quatre Royaumes (2018)

    The Nutcracker and the Four Realms

    1 h 39 min. Sortie : . Fantastique et musique.

    Film de Lasse Hallström et Joe Johnston avec Mackenzie Foy, Keira Knightley, Morgan Freeman

    Sorti le 2 Novembre 2018 aux États-Unis.
    Production : Walt Disney Pictures.
    Budget : 130 000 000 $.
    Box-office mondial : En cours d'exploitation.

    AVIS:

    La plus grosse frustration à retenir de Casse-Noisette et les Quatre Royaumes, outre sa tentative à peine dissimulée de lancer une alternative à Alice au Pays des Merveilles, est la mauvaise impression d'un film rushé qui suit la route du "Vite consommé, vite oublié". Le ballet et le conte à qui il veut rendre hommage ne donnent signe de vie que lors de quelques clins d’œil, une histoire vue et revue leur ayant été préférée. Lasse Hallström et Joe Johnston ont bien des difficultés à donner une identité et une âme à cette production tous publics contenant tout ce qui a créé la lassitude des spectateurs pour les évasions dans les univers fantaisistes. Le script compte sur un twist si usé et usant pour "moderniser" le combat entre le Bien et le Mal qu'il en est encore plus paresseux, la direction artistique s'en sort majoritairement bien mais rate le contraste entre le réel et le surréel, n'a jamais assez de temps pour montrer la grandeur de cet univers et cède à quelques design burtoniens hors-sujet, les acteurs font ce qu'ils peuvent mais ont chacun des rôles émotionnellement très limités et le rythme n'est pas du tout maîtrisé (parmi les erreurs de montage marquantes, ce cut sec doublé d'une ellipse sur une foule galvanisée alors qu'on a tout juste entendu les premiers applaudissements). Générique et éculé, Casse-Noisette et les Quatre Royaumes ne laisse aucun souvenir à la fin du visionnage.

    5/10
  • Bande-annonce

    Ralph 2.0 (2018)

    Ralph Breaks the Internet

    1 h 53 min. Sortie : . Action, comédie, science-fiction et animation.

    Long-métrage d'animation de Rich Moore et Phil Johnston avec John C. Reilly, Sarah Silverman, Gal Gadot

    Sorti le 21 Novembre 2018 aux États-Unis.
    Production : Walt Disney Animation Studios.
    Budget : 175 000 000 $.
    Box-office mondial : En cours d'exploitation.

    AVIS:

    Six ans après leur aventure dans les jeux d'arcade, Ralph et Vanellope sont de retour dans la première suite de Disney Animation avec une vraie continuité scénaristique depuis Bernard et Bianca au Pays des Kangourous. Et quelle belle récompense après une telle attente! Non seulement Ralph 2.0 renouvelle tous les thèmes et les messages de son aîné avec la découverte d'Internet mais il le surpasse également sur le plan créatif, humoristique et surtout émotionnel. L'exploration du Web permet à Rich Moore et à Phil Johnston de proposer une flopée de seconds rôles très sympathiques (Alan Tudyk en KnowsMore, Gal Gadot en Shank, Taraji P. Henson en Yesss), de signaler les inconvénients du système, grandement liés à ses utilisateurs, de prendre plus de libertés humoristiques et artistiques (la séquence musicale, le caméo des Princesses Disney), de ré-imaginer les éléments du réseau et les internautes connectés qui peuplent le monde informatique, et de recentrer la narration sur ses héros. À nouveau joués par John C. Reilly et Sarah Silverman, parfaits, Ralph et Vanellope confirment qu'ils sont un des plus beaux duos écrits par le studio durant cette décennie. L'évolution de leur amitié, colonne vertébrale de l'histoire, nous mène vers des scènes poignantes et une conclusion mature qui font de Ralph 2.0 un deuxième opus aussi bien nécessaire que supérieur à son modèle.

    9/10
  • Bande-annonce

    Le Retour de Mary Poppins (2018)

    Mary Poppins Returns

    2 h 10 min. Sortie : . Comédie, fantastique et comédie musicale.

    Film de Rob Marshall avec Emily Blunt, Lin‐Manuel Miranda, Ben Whishaw

    Sorti le 19 Décembre 2018 aux États-Unis.
    Production : Walt Disney Pictures.
    Budget : 130 000 000 $.
    Box-office mondial : En cours d'exploitation.

    AVIS:

    Un demi-siècle après Mary Poppins, la féerie se prolonge avec un deuxième film signé Rob Marshall. Entre hommage très appuyé et suite, le Disney de Noël est un gros bol d'air frais capable de revitaliser le plus pessimistes des fans, et je m'y reconnaissais lors de l'annonce du projet. Trop peu de risques pris avec le matériau de base (enchaînement des scènes quasi-identique à celui du premier, une marée de clins d’œil), quelques idées inexploitées (la passion artistique de Michael), d'autres dispensables (le banquier joué par Colin Firth) et un enjeu plus matériel que psychologique l'empêchent d'égaler le bijou de Robert Stevenson mais le réalisateur de Chicago manie plus intelligemment que prévu les liens avec l'histoire d'origine, offrant soit des variantes (la danse des falotiers, la plongée dans la porcelaine), soit des extensions (le contre-la-montre sur le Big Ben, le cauchemar) de ses péripéties, revisitant l'univers londonien de façon moderne et efficace (des enfants plus actifs, les anciens personnages fidèlement repris), rythmant son aventure par de nouvelles chansons immensément entraînantes et des séquences fantaisistes follement excitantes. Ajoutons à cela une Emily Blunt aussi formidable que Julie Andrews dans le rôle-titre et Le Retour de Mary Poppins s'impose comme un spectacle familial euphorisant, nostalgique et magique.

    8,5/10