Couverture Confession d'un masque

Confession d'un masque

(1949) (traduction Renée Villoteau)

Kamen no Kokuhaku

12345678910
Quand ?
7.7
  1. 1
  2. 0
  3. 4
  4. 4
  5. 18
  6. 56
  7. 191
  8. 252
  9. 103
  10. 56
  • 685
  • 90
  • 670
  • 12

Raconté à la première personne, le roman est indéniablement d'inspiration autobiographique. Le jeune garçon qui s'y livre souffre de se sentir différent des autres. Chétif, il est en outre issu d'un milieu moins favorisé que ses condisciples. Plus tard, fasciné par les représentations morbides et...

Match des critiques
les meilleurs avis
Confession d'un masque
VS
Déjà le très grand potentiel d'un écrivain majeur et fascinant !!!

Un des premiers romans de Yukio Mishima et celui qui lui apportera la gloire littéraire. "Confession d'un masque" écrit par l'auteur, alors âgé de 24 ans, n'a pas encore trouvé la plénitude dans le style, qu'on retrouvera bien plus tard dans son oeuvre somme "La Mer de la fertilité", certaines métaphores ou comparaisons manquant sérieusement de naturel. Mais dans cette oeuvre très autobiographique (d'ailleurs ce n'est pas un hasard si le prénom du protagoniste et narrateur n'est jamais donné !...

12 9
Froid et sans vie

Suite au magnifique film de Paul Schrader sur Mishima j'ai eu envie de découvrir son œuvre littéraire et je me lance dans Confession d'un masque et là déception car j'ai trouvé ce roman qui semble en partie autobiographique d'une écriture sans aucune chaleur, on éprouve aucune émotion et on ne s'attache pas du tout au jeune personnage dont le sort nous désintéresse. Pour moi... Lire la critique de Confession d'un masque

2 4
Critiques : avis d'internautes (16)
Confession d'un masque
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Critique de Confession d'un masque par Mr_Kir

Confession d'un masque est un de ces livres qui laissent derrière eux une impression trouble. Quelque chose qui reste encore après la dernière page et flotte en nous comme les légères effluves d'un parfum. Quelque chose d'impossible à toucher, que l'on sent à peine mais qui est bel et bien là. Cette sensibilité diffuse, c'est celle que Mishima a réussi à faire passer à travers son histoire. Une... Lire la critique de Confession d'un masque

9
Avatar Mr_Kir
8
Mr_Kir ·
Inversion.

Confession d'un masque est le premier grand roman de Yukio Mishima, publié aux lendemains de la guerre en 1949 alors qu'il n'a encore que vingt-quatre ans. Dans ce court roman, reprenant beaucoup à sa vie mais bénéficiant par contre d'une composition très contrôlée, Mishima met en scène la lente acceptation de son « anormalité » par un narrateur homosexuel incapable de trouver sa... Lire la critique de Confession d'un masque

1
Avatar S_Gauthier
9
S_Gauthier ·
Découverte
Critique de Confession d'un masque par retardeness

Yukio Mishima a écrit ce livre à 24 ans. Juste cette info est incroyable. J'imagine qu'il a du flamber tous ces journaux intimes avant de se donner la mort, et quelle perte ! Même si Confession d'un masque n'est pas strictement une autobiographie, comment aurait-il pu écrire un livre si nuancé et complexe sur la psyché angoissé d'un jeune homosexuel, sans puiser dans sa propre histoire ? Les... Lire l'avis à propos de Confession d'un masque

3
Avatar retardeness
8
retardeness ·
Critique de Confession d'un masque par E. Capocci

Quel beauté que ce texte! Une véritable plume classique qui m'a rappelé celle de Stefan Zweig. La valeur du livre repose sur ce fameux masque: la dissimulation, vouloir se cacher. Le petit garçon sent bien qu'il est attiré par la beauté masculine. Il se place en esthète, regarde les couvertures de ses albums préférés et imagine des aventures souvent tragiques. Car la mort et la beauté sont... Lire l'avis à propos de Confession d'un masque

3
Avatar E. Capocci
8
E. Capocci ·
Critique de Confession d'un masque par Queenie

Histoire autobiographique (ou comme si) d'un garçon qui s'éveille à la sexualité, au désir, à son corps, et aux autres. Avec ce décalage parce qu'il a des attirances homosexuelles qu'il doit dissimuler. Moitié du livre. Je n'accroche décidément pas. Style très froid, chirurgical. A tourner une même phrase de 2-3 façons différentes, certainement pour apporter à chaque fois un élément différent,... Lire la critique de Confession d'un masque

4 6
Avatar Queenie
3
Queenie ·
Toutes les critiques du livre Confession d'un masque (16)