Fahrenheit 451 ou le chemin des ordalies

Avis sur Fahrenheit 451

Avatar Leopold Dedalus
Critique publiée par le

Un livre incontournable et reconnu comme un classique de la littérature de science-fiction mais qui est vraisemblablement d'une actualité récalcitrante.
FAHRENHEIT 451, un roman d'anticipation écrit par l'écrivain américain Ray Bradbury en 1953.
Nous sommes dans une société "future" qui prohibe l'acte de lecture ou la possession des livres. Pour éviter toute prise de conscience que les livres peuvent véhiculer, le gouvernement, à l'image de l'inquisition de l'époque médiévale, a décidé de mettre au feu tous les livres en organisant au dire de Voltaire un "bel auto-dafé".
Les pompiers, au lieu d'éteindre le feu comme l'exige l'éthique de leur métier, sont chargés par la loi de brûler les maisons qui contiennent des livres et quiconque ose défier cette loi en lisant un bouquin bien qu'il soit en cachette subira le même sort infernal que les papiers.
Mantag, un pompier, frappé par l'humanisme d'une jeune fille Clarisse qui lit nonobstant la loi interdisant cet exercice de vie, prend conscience de la barbarie et l'injustice du gouvernement qui se comporte mal à l'égard des livres et décide non sans risque d'arrêter de brûler ces "êtres vivants" qui sont bien entendu les livres.
Voici un extrait de ce roman où Beatty, le chef des pompiers, conscient de son rôle de boute-en-train, émet un discours qui touche au fond de l'abysse :

"On ne peut pas construire une maison sans planches ni clous .Si vous ne voulez pas que la maison soit construite ,cachez les clous et le bois . Si vous ne voulez pas qu'un homme se pose des problèmes d'ordre politique,ne lui donnez pas deux solutions à choisir ; ne lui en donnez qu'une .Mieux ne lui en donnez pas du tout .Qu'il oublie jusqu'à l'existence de la guerre . Si le gouvernement est inefficace ,tyrannique ,vous écrase d'impôts ,peu importe tant que les gens n'en savent rien .La paix ,Montag ,Montag. Gavez les hommes de données inoffensives ,incombustibles ,qu'ils se sentent bourrés " de faits " à éclater , renseignés sur tout .ensuite ,ils s'imagineront qu'ils pensent, ils auront le sentiment du mouvement ,tout en piétinant .Et ils seront heureux ,parceque les connaissances de ce genre sont immuables . Ne les engagez pas sur des terrains glissants comme la philosophie ou la sociologie à quoi confronter leur expérience .C'est la source de tous les tourments .Tout homme capable de démonter un écran mural de télévision et de le remonter et ,de nos jours ils le sont à peu prés tous ,est bien plus heureux que celui qui essaie de mesurer ,d'étalonner ,de mettre en équations l'univers ,ce qui ne peut se faire sans que l'homme prenne conscience de son infériorité et de sa solitude .Je le sais."

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 390 fois
2 apprécient

Autres actions de Leopold Dedalus Fahrenheit 451