Couverture Glamorama

Glamorama

(1998)
12345678910
Quand ?
6.9
  1. 8
  2. 14
  3. 25
  4. 66
  5. 88
  6. 166
  7. 269
  8. 244
  9. 142
  10. 79
  • 1.1K
  • 82
  • 539
  • 32

Après le yuppie sanguinaire d'American Psycho, les ados névrosés de Moins que Zéro et Les Lois de l'attraction, Bret Easton Ellis présente Victor Ward, l'homme qui monte dans les milieux branchés de New York. Jeune mannequin chargé de lancer la nouvelle boîte de nuit à la mode, il côtoie toutes...

Match des critiques
les meilleurs avis
Glamorama
VS
L'immense voyage sur la surface des choses.

J'ai été tout de suite intrigué par la nouvelle maturité stylistique et la facilité avec laquelle Ellis adapte son langage et ses expressions au monde crépusculaire du XXème siècle. Glamorama est un monstre qui happe mais sans crocs ni venin le reste de son œuvre. J'ai très vite eu envie d'engloutir cet immense python. Dans les fameuses cent premières pages, Easton Ellis nous trouble ainsi que son narrateur en instaurant plusieurs petites trames sans réelles gravité mais qui –on connait bien...

11
Un vide mécanique et intersidéral: attention les neurones !

Voilà, je craque... Je n'en peux plus... Je referme rageusement ce livre ! Que dis-je cet entremêlement de pages sans queue ni tête qui n'aura fait que brasser du vide durant plusieurs semaines. Car oui je le referme, mais à la 523ème pages ! Honte à moi ! Mais en même temps je me félicite, car ce fut long et douloureux. Pour moi, Ellis se perd dans ce qu'il dénonce, un vide, un blanc intersidéral qui aura assassiner froidement mes derniers neurones vivants. AAaah (soupir) et pourtant que... Lire l'avis à propos de Glamorama

2 2

Critiques : avis d'internautes (23)

Glamorama
  • Tri :
  • recommandées
  • positives
  • négatives
  • plus récentes
Critique de Glamorama par Robinet

J'ai adoré suivre les péripéties superficielles de Clay dans Less than zero, ses histoires relativement inintéressantes de défonce, de sexe et de MTV froidement narrées, tout comme j'ai trouvé très classe le fait de sponsoriser les moindres faits et gestes de Bateman dans American Psycho. Mais en lisant Glamorama j'ai eu l'impression qu'Ellis avait bêtement repris ces deux concepts parce que ça... Lire la critique de Glamorama

5
Avatar Robinet
4
Robinet ·
Découverte
Critique de Glamorama par J. Z. D.

Après ce livre, j'ai rêvé d'être Victor Ward pendant un temps, le matin je lisais mon script, l'après midi j'écoutais le metteur en scène me dire quoi faire, et la nuit, j'avais tendance à me perdre dans ma tête ou bien dans la réalité, mais je n'étais plus tout à faire sûr. Hélas, j'ai vite compris que je ne serais jamais mannequin, que je ne ferais jamais la couverture de GQ, et que je ne... Lire l'avis à propos de Glamorama

10 2
Avatar J. Z. D.
9
J. Z. D. ·
Sûrement le meilleur Bret Easton Ellis

Laissant de côté la facilité parfois méthodique d'American Psycho, Glamorama est sans aucun doute l'oeuvre la plus aboutie de Bret Easton Ellis. D'une densité, d'un rythme, d'une justesse et d'une clairvoyance sociétale imparable, le livre bénéficie aussi d'une structure qui, derrière une façade de grand foutoir, reste d'une extrême rigueur. Avec Glamorama, Ellis touche du doigt la grandeur d'un... Lire l'avis à propos de Glamorama

9 2
Avatar Sened
10
Sened ·
Insupportable...!

Ca y est, j'ai lu les 106 premières pages de la version poche et... Je n'en peux plus! C'est totalement illisble, des descriptions à n'en plus finir d'élements totalement superficiels, des listes de starlettes sur des pages et des pages, des dialogues totalement incompréhensibles et vides de sens "Baby ceci, baby cela..." Je n'ai eu aucun plaisir de lecture, ça a franchement été un supplice.... Lire la critique de Glamorama

1 3
Avatar Cyker Logo
1
Cyker Logo ·
Critique de Glamorama par Dnvr

Encore un beau gâchis. Ca démarre bien, dans une avalanche de name-dropping comme Ellis l'aime, mais là c'est moins pénible que d'habitude, la lecture est assez fluide et j'ai commencé à vraiment y croire. Et puis au bout de quelques centaines de pages, les péripéties arrivent, et ça devient bien nul. C'est long, pénible à lire, volontairement et vainement décousu, avec toujours les mêmes... Lire la critique de Glamorama

3
Avatar Dnvr
4
Dnvr ·
Toutes les critiques du livre Glamorama (23)