Dante en slip de bain

Avis sur L'Enfer

Avatar Mohammed_Dupondt
Critique publiée par le

L’été, les livres prennent moins le métro. Si on est vendeur de tickets de métro, évidemment, c’est pas terrible. Mais tout le monde n’est pas vendeur de ticket de métro, faut pas non plus exagérer. Alors c'est l’été, on arrête avec les nuits debout et les républiques en marche, les révoltes chuchotent, on opte pour la position immobile, horizontale et on dit oui à la baignade le matin, oui au rosé bien frais, oui à la douceur qui se lève en fin de journée, on s'appelle Oui-Oui, on dit oui aux livres qui se mettent des grains de sable ou des gouttes de glace au citron dans la tranche, oui à la graisse de chipolata sur Zola et même oui à l’orage qu’a pété sur Dante qui n’avait vraiment pas besoin de ça, le pauvre.
Quand vous constatez dans quel état pourri l’orage d'été a laissé votre Dante, livre de poche, vous ne pouvez pas tellement dire à Emma autre chose que :
- Tu pouvais pas rentrer mon Dante ?
Et Emma ne peut pas tellement vous répondre autre chose que :
- T’as quel âge ? J’suis pas ta mère, je m’occupe pas de tes Dante.

Perso, quand il a fallu choisir mes livres de l’été, ma sélection vacances, je me suis dit : « faut prendre un seul livre qui fait tout : attaque, défense, défaites, victoires et frappe de bâtard ». C’est donc tout naturellement que j’ai pensé à l’Enfer de Dante.
- Tu sais où est passée la crème solaire ?, me demande Emma.
Mais non, désolé, j'en sais rien. Sur la plage ensoleillée, je suis parti avec l’Enfer, GF Flammarion, traduction de Jacqueline Risset. Primo, on parle d’un bouquin à 9,80 euros à l’état neuf. Deuzio, la quatrième de couv parle d’un livre qui nous plonge dans « l’inimaginable horreur » et nous balade « dans le réceptacle de tout le mal de l’univers, comme une sorte de sac où viennent s’engouffrer tous les atomes de mal épars sur la planète ». Comment ne pas se laisser tenter ?

Là pleurs, soupirs et hautes plaintes
résonnaient dans l’air sans étoiles,
ce qui me fit pleurer pour commencer.

Quivi sospiri, pianti e alti guai
risonavan per l’aere sanza stelle,
per ch’io al cominciar ne lagrimai.

L’Enfer est un bon bouquin, personne n'a dit le contraire. Seulement le pire ennemi de la lecture, c’est des vacances sympas. On s’amuse, on s’amuse et c’est l’Enfer qui trinque. Au bout d’un mois à me cramer les pieds sur du sable chauffé à blanc, à procéder à des extrêmes onctions à base de crème solaire indice 50 achetée à la pharmacie de la gare, je n’ai trouvé le temps de lire que les huit premiers chants… Y’en a 34… Je suis mal.

Là pleurs, soupirs et hautes plaintes
résonnaient dans l’air sans étoiles,
ce qui me fit pleurer pour commencer.

Quivi sospiri, pianti e alti guai
risonavan per l’aere sanza stelle,
per ch’io al cominciar ne lagrimai.

Je me méfie, météorologiquement parlant, des livres de vacances qui veulent m’emmener dans le Grand Nord avec Croc-blanc quand je suis en slip de bain et que ça sent le melon. Et dès le chant III, je me suis dit « c’est bien joli tout ça, mais ça ne collera jamais avec le bruit du beach soccer et le fessier aux formes avantageuses de la joueuse de beach ».

Nous allâmes ainsi jusqu’à la lumière
en causant de choses qu’il est beau de taire,
comme il était beau d’en parler alors.

Cosí andammo infino a la lumera,
parlando cose che ‘l tacere è bello,
sí com’ era ‘l parlar colà dov’ era.

Et puis, à force, j’ai compris qu’on ne comprenait pas toujours très bien de quoi parlaient les mecs – du transfert de Neymar ? – et que ça n’était pas l’enfer du tout, que c’était assez agréable même :
- Je finis le chant 4, et je vais me baigner.
Manière discretos de dire « dans dix minutes, je vais à l’eau ».

Ainsi nous traversâmes l’affreux mélange
de pluie et d’ombres, en marchant à pas lents,
et causant un peu de la vie future ;

Sí trapassammo per sozza mistura
de l’ombre e de la pioggia, a passi lenti,
toccando un poco la vita futura ;

En conclusion, quand on a lu les huit premiers chants de l'Enfer, on constate qu’il y a trois choses importantes qui se dégagent :
1. C’est un peu plus difficile à avaler qu’une chips à l’ancienne.
2. C’est beaucoup plus difficile à digérer qu’une chips à l’ancienne.
3. C’est très au-dessus d’une chips à l’ancienne, sauf peut-être en termes de croustillance.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 504 fois
16 apprécient · 2 n'apprécient pas

Autres actions de Mohammed_Dupondt L'Enfer