Les rapports hommes-femmes au regard de la sélection naturelle

Rarement on aura bousculé les idées reçues sur les rapports hommes-femmes avec tant d’intelligence ! Se présentant comme « évoféministe », c’est-à-dire féministe darwinienne, Peggy Sastre réfute le discours usuel selon lequel un sexe dominerait l’autre et explique que nous avons à faire en fait à deux stratégies reproductives distinctes. Non sans humour, elle s’excuse par avance « de ne prendre en compte que l’énorme tas de millénaires dénués de PMA qui ont fait notre histoire et modelé nos organismes ». Puisant de nombreux exemples dans le monde animal avant d’en revenir, toujours, à l’humain, elle aborde des sujets aussi délicats que l’infidélité, la jalousie, le harcèlement sexuel, le viol ou la violence conjugale. Rappelant que la biologie, tout comme l’histoire, est écrite par les vainqueurs, elle explique que les stéréotypes liés aux sexes, loin d’être des carcans arbitraires aliénant les individus, trouvent au contraire leur valeur dans le fait qu’ils ont toujours été les plus profitables à celles et ceux qui les ont adoptés que ce soit en terme de survie, d’investissement reproductif ou d’accès aux ressources énergétiques ou sexuelles.


Le livre passe en revue les survivances et les perpétuations dans la vie moderne de nos instincts les plus ancestraux, dans des contextes aussi surprenants que le paiement d’une pension alimentaire après un divorce, la drague de rue ou les rapports de séduction au bureau. A l’inverse de la version féministe classique selon laquelle les agressions des hommes à l’encontre des femmes ont pour but l’exercice d’un pouvoir, le sexe n’étant au mieux qu’un moyen, la version darwinienne place le coït comme but ultime de ces agressions, les rapports de domination n’étant qu’un moyen possible parmi beaucoup d’autres. Par ailleurs, « au cours de l’histoire humaine, les hommes ont toujours utilisé le pouvoir comme moyen de parvenir au sexe, parce que les femmes voyaient dans ce pouvoir un indice particulièrement manifeste de leur propre succès reproductif ». Mêlant dans sa prose la précision du vocabulaire scientifique et le ton badin et un peu provocateur de la critique sociétale, Peggy Sastre appelle ses lecteurs à « ne pas se laisser aveugler par des considérations idéologiques qui font du réel le début d’une insulte même si elles ont l’air de nous placer d’office dans le camp du bien ». Resituer les débats de société de ces dernières décennies dans la perspective plurimillénaire de l’histoire de l’humanité s’avère salutaire.

David_L_Epée
8
Écrit par

Le 3 août 2016

10 j'aime

La Domination masculine n'existe pas
David_L_Epée
8

Les rapports hommes-femmes au regard de la sélection naturelle

Rarement on aura bousculé les idées reçues sur les rapports hommes-femmes avec tant d’intelligence ! Se présentant comme « évoféministe », c’est-à-dire féministe darwinienne, Peggy Sastre réfute le...

il y a 6 ans

10 j'aime

La Domination masculine n'existe pas
LilianSG
9

un regard non consensuel sur la "domination masculine

Contre les tartes à la crème de patriarcat, ou de domination masculine qui n'ont que peu de fondements autres qu'idéologiques, Peggy Sastre offre une vision darwinienne de la situation. Pourquoi...

il y a 2 ans

4 j'aime

La Domination masculine n'existe pas
Andika
8

Un peu de science ne fait pas de mal

La Domination Masculine n’existe pas de Peggy Sastre est un livre indispensable pour penser un peu à contre-courant en ce début de XXIème siècle. Ecrit en 2015, bien avant la vague #metoo, ce livre...

il y a 1 an

1 j'aime

La Chambre interdite
David_L_Epée
9

Du film rêvé au rêve filmé

Dans un récent ouvrage (Les théories du cinéma depuis 1945, Armand Colin, 2015), Francesco Casetti expliquait qu’un film, en soi, était une création très proche d’un rêve : même caractère visuel,...

il y a 7 ans

32 j'aime

Les Filles au Moyen Âge
David_L_Epée
8

Au temps des saintes, des princesses et des sorcières

Le deuxième long métrage d’Hubert Viel apparaît à la croisée de tant de chemins différents qu’il en devient tout bonnement inclassable. Et pourtant, la richesse et l’éclectisme des influences...

il y a 7 ans

18 j'aime

1

I Am a Ghost
David_L_Epée
7
I Am a Ghost

La mort est un éternel recommencement

Cela faisait longtemps qu’on attendait une révolution dans le cinéma de maisons hantées et elle semble arrivée avec cet étrange objet filmique qu’est "I Am a Ghost". Emily est une jeune fille dont il...

il y a 8 ans

14 j'aime

2