👉 On vous partage notre 1er bilan de la nouvelle version de SensCritique.
Continuez à suivre l'avancée du site sur journal de bord.

Lire Ian McDonald n'est décidément pas une sinécure. Après m'être frotté au "fleuve des dieux" il y a quelques mois, et ce fut jouissif malgré l'effort requis, ce nouveau voyage exotique avec ce diable d'anglais fut lui aussi difficile mais fort plaisant.

Car McDonald ne nous facilite pas les choses. Son récit fourmille cette fois encore de termes couleur locale (après l'Inde, la Turquie !) : les noms des personnages ne sont pas Jack, Mary ou Travis, mais Necdet, Ayse ou autre Adnan (je renonce à retenir les noms de famille), on ne se ballade pas dans Madison Avenue mais dans Necatibey Cadessi, et on ne dit pas maison de thé mais çayhane. Ça dépayse et demande un effort conséquent, c'est sûr (quoi que moins important que dans "le fleuve des dieux") ; mais il faut avouer que cela donne énormément de crédibilité, de réalisme au récit. McDonald fait confiance à son lecteur malgré ce qu'il exige de lui, et on a envie de lui prouver qu'il a bien raison de nous honorer ainsi.

Le choix d'Istanbul comme décor pour son roman est intelligent. Cité millénaire, porte de l'Europe, carrefour entre l'orient et l'occident, elle fut bien souvent actrice majeur dans l'écriture de l'Histoire européenne du temps des Constantinople et Bizance. Imaginer qu'elle puisse à nouveau tenir un tel rôle à l'heure où la Turquie intègrerait l'UE est plutôt bien vu.

On pourrait être tenté de voir dans "la maison des derviches" un simple remake du "fleuve des dieux". J'ai plutôt envie de voir en McDonald un écrivain à "périodes". Après un détour sur les traces poético-futuristes de Bradbury ("Desolation road"), après une incursion dans les légendes irlandaises ("roi du matin reine du jour"), il étudie un futur probable ultratechnologique dans sa trilogie postcyberpunk des cités non-occidentales ("le fleuve des dieux", "Brasyl" - qu'il faut que je lise d'urgence - et "la maison des derviches").

Le résultat est une oeuvre puissante, aux facettes complémentaires, sans doute incontournable, de ce début de XXIe. La critique ne s'y est pas trompée d'ailleurs : fait rare pour un même auteur, les 3 romans ont obtenu le prestigieux Prix British Science Fiction (2004, 2007 et 2010), la principale distinction britannique en science-fiction, dont sont aussi lauréats Priest, Banks, Robinson, Simmons et Mieville, pour ne citer que ceux-là.

Que nous réserve McDonald pour la suite ? J'avoue que je ne serais pas surpris qu'il emprunte une autre voie, poursuivant son exploration de différents univers de l'imaginaire. L'avenir nous le dira, mais cela vaudra sans doute le détour : McDonald est incontestablement un auteur de talent.
nm-reader
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Lus en 2013 et Challenge ABC 13-14 : liste par auteurs

il y a 8 ans

4 j'aime

La Maison des derviches
rmd
5

Critique de La Maison des derviches par rmd

Bon ben raté. Ce roman ressemble à une pâle photocopie du fleuve des dieux. Abandon après 200 pages.

Lire la critique

il y a 9 ans

1 j'aime

2

La Maison des derviches
TiggerLilly
5

Critique de La Maison des derviches par TiggerLilly

La maison des derviches est le point de départ d'une histoire aux multiples facettes, mettant en scène différents personnages qui n'ont, au début de l'histoire, rien d'autre à voir les uns avec les...

Lire la critique

il y a 7 ans

1 j'aime

La Maison des derviches
Noah_Lyn
6

Critique de La Maison des derviches par Noah_Lyn

Points positifs : - Des personnages attachants et inattendus, et quelques scènes vraiment marquantes. Et pour moi, ces scènes-là se situent plutôt dans les interstices, les rencontres entre les...

Lire la critique

il y a 6 ans

1 j'aime

Into the Wild
nm-reader
8

Nos vies, si chères

On se trompe beaucoup sur "Into the wild". On le prend souvent pour un beau film sur la nature, les grands espaces, le rejet du capitalisme. Ces ingrédients sont très présents, évidemment, et...

Lire la critique

il y a 8 ans

124 j'aime

3

Même pas mort  (Rois du monde, 1)
nm-reader
9

Les celtes à l'honneur

Jaworski avait fait une entrée fracassante en fantasy en 2007 et 2009 avec ses récits du vieux royaume, tous ceux qui ont eu le bonheur de les lire ne sauraient me contredire sur ce point. L'accueil...

Lire la critique

il y a 8 ans

54 j'aime

17

Ravage
nm-reader
8
Ravage

Utopie ou Dystopie ?

Ce roman divise, ce n'est pas peu dire. Il suffit pour cela de lire les nombreuses critiques présentes ici pour s'en apercevoir ! J'ai l'impression que la question à se poser sur ce roman est :...

Lire la critique

il y a 8 ans

48 j'aime

4