Le Yin et le sang

Avis sur La résurrection du dragon

Avatar Igguk
Critique publiée par le

Johnny Kwan en a pris plein la poire dans son combat contre les 81 frères, il profite de petites vacances bien méritées pour rafistoler ses blessures, mais il va bien falloir reprendre son activité d’exorciste à un moment.

Trop de glandouille, c’est jamais bon. La résurrection du dragon nous fait replonger la tête la première dans les enquêtes surnaturelles du fat-si au cœur de Hong-Kong.

Ce second tome des chroniques de l’étrange nous fait replonger dans la vie mouvementée de Johnny qui reprend le boulot tout doucement, il commence par accepter quelques missions de routine en mode multi-tâche pour pas perdre la main. Mais évidemment, le passé ne mettra pas longtemps à le rattraper : En enquêtant sur le meurtre rituel de courtisanes femmes-serpents, nous retombons sur un visage connu, un ennemi mortel qui va amener notre héros dans un complot encore plus explosif que ce qu’il a connu. Et cet œuf de jade qui a été dérobé à la triade alors que Johnny en avait la responsabilité, les coupables laissant des indices troublants sur leur chemin, les coïncidences s’empilent, et ressemblent de moins en moins à des coïncidences…

A travers les péripéties de l’exorciste le plus cool de Hong-Kong, il y a toujours cette dimension que j’ai énormément apprécié dans le livre précédent : Le dépaysement. Romain d’Huissier nous fait visiter différents quartiers en détaillant les ambiances, la population, l’histoire. Et par-dessus le tourisme, il nous fait découvrir toute cette mythologie passionnante, un underworld spirituel au panthéon uber-cool avec ses dieux bad-ass, ses monstres dégueu et ses héros virevoltants.

Au début du récit, on pense que l’histoire va nous amener vers une nouvelle enquête qu’on reprendra de zéro, avec un nouveau méchant et de nouveaux enjeux. Mais petit à petit, l’auteur crée des ponts pour rejoindre la trame du premier tome, joue sur les zones d’ombres de ce dernier pour créer un fil rouge cohérent et rudement solide. Avec ce second tome, la série prend donc une autre dimension, change notre perspective et crée la surprise avec des twists parfaitement mis en place, et parfois cruels.

Notre héros Johnny Kwan est encore une fois très convainquant. C’est un exorciste très compétent mais qui connait ses limites et ses défauts, il va affronter des ennemis beaucoup plus forts que lui et devra être malin pour les vaincre. La force brute ne suffit pas. Le livre regorge de scènes de combats dignes des plus grands films de Hong-Kong, mais c’est souvent grâce à sa réflexion que Johnny s’en sort. Il lui arrive de faire des conneries aussi, et pas des petites, c’est ce qui rend ce personnage si attachant et fort. Mais surtout, son atout principal, ce qui lui permet de surmonter ces épreuves, ce sont ses alliés.

Ce héros n’est rien sans cet entourage qu’il se crée à travers le réseau underground des fat-si ou plus simplement dans ses connaissances personnelles. Les personnages secondaires qui vont graviter autour de Johnny Kwan sont parfaitement mis en place et créent une vraie dynamique de groupe. Les deux principaux alliés sont Ann et Mike, respectivement une moine combattante et un magicien bienveillant, et le lecteur s’attachera vraiment à ces deux-là.

Globalement, ce second tome des Chroniques de l’étrange garde toutes les qualités du premier roman : Un héros convainquant, de l’action explosive et intelligente (oui, ça existe, non mais…), et une mythologie dépaysante. Mais Romain d’Huissier a encore monté le niveau d’un cran en poussant le rythme au niveau supérieur et en poursuivant la construction générale de son univers, y apportant plus d’ampleur et de complexité. J’attends avec impatience la suite des aventures de Johnny Kwan, ce dernier tome s’annonce vraiment explosif.

http://ours-inculte.fr/la-resurrection-du-dragon/

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 20 fois
2 apprécient

Autres actions de Igguk La résurrection du dragon