Le Mythe de Cthulhu

Avis sur Le Mythe de Cthulhu

Avatar Adagio
Critique publiée par le

Le mythe de Cthulhu regroupe une 20aine de nouvelles et d'essais écrits par Lovecraft au début de 20ème siècle. A travers ce cycle, l'auteur a inspiré une part importante de la culture horrifique de notre époque. Ces histoires sont surtout reliées entre elles par l'influence de dieux anciens exercée sur l'Homme à son insu. En toile de fond, Lovecraft dépeint les conflits qui ont mené à la chute des dieux, mais sans jamais donner trop de précisions. Plus qu'une explication concrète, l'auteur se focalise sur une atmosphère sombre et un style macabre qui participent à créer un fil rouge. Au delà d'éléments récurrents comme la ville imaginaire d'Arkham ou le livre maudit du Necronomicon, un archétype de héros solitaire, intello et conservateur, se dessine au fil des épisodes.

Lovecraft excelle lorsqu'il écrit de courtes nouvelles. Un équilibre s'installe alors entre la narration et le rythme, et l'imagination morbide de l'auteur fait le reste. Dans le conte d'Innsmouth, on suit un homme poursuivi en pleine nuit par une population muette et aliénée. Dans La Couleur Tombée du Ciel, on observe un paysage rural marqué par une lumière violacée, changeant les habitants en morts-vivants. Dans Celui qui Chuchotait dans les Ténèbres, on recherche un vieillard isolé en pleine forêt et harcelé par d'étranges créatures. Chaque fois, le scénario ne va pas très loin, tout est question d'ambiance. Le faible nombre de pages marche mieux à mon sens que dans Les Montagnes hallucinées, ou L'Affaire Charles Dexter Ward, qui tirent un peu en longueur malgré les trésors qui s'y cachent. Les contes qui font moins de 5 pages sont plus anecdotiques.

Une chose me fascine chez l'écrivain, c'est sa faculté à rationaliser tout un patrimoine fantastique pour le mettre au service d'un même projet. Si le mythe de Cthulhu est réussi, c'est dû aux fondations solides qui le soutiennent. Il y a une vraie cohérence d'ensemble, une synthèse entre de multiples inspirations de contes, histoires, légendes. Les vampires de Transylvanie ou les sorcières de Salem servent par exemple de matériau à l'Affaire Charles Dexter Ward, mais le procédé se répète. Lovecraft a su créé un univers unique sur la base de nombreux mythes populaires, et qu'on aime ou non, difficile de faire l'impasse sur l'impact qu'il a eu. Les ramifications de son univers se retrouvent partout. Séries, cinéma, bande dessinée, jeux vidéo, jeux de plateau. L'auteur est devenu incontournable.

Enfin voici quelques mots, tirés de la préface de Francis Lacassin, qui résument assez bien l'idée (pour les curieux, c'est issu du recueil de Lovecraft de l'édition Robert Laffont, en trois volumes) :

« ...Dans les temps historiques, toutes les tentatives pour franchir les vides interdits semblent compliquées par de singulières et terribles alliances avec des êtres et des messages venus d'ailleurs »

En ces quelques lignes - qui tirent un trait sur 20 siècles de christianisme - Lovecraft livre la clé de ce qu'on a appelé le "mythe de Cthulhu", et, en les mettant au service d'une même finalité cosmique, il réalise une synthèse fulgurante des mythes, légendes et superstitions qui hantent l'esprit humain depuis le commencement des temps : de la chute des anges à la chute de l'Atlantide, des abîmes temporels de la philosophie hindoue aux monstres marins, du dieu-serpent des Aztèques au bouc noir du sabbat des sorcières, de la civilisation de Thulé aux djinns orientaux, de l'abominable homme des neiges au vaudou haïtien, des sirènes aux vampires. Tout ce qui a pu charmer ou terroriser les hommes, tout ce qui a fait rêver ou frémir sous quelque forme que ce soit, où que ce soit, et en tout temps, n'est que la manifestation - adaptée aux circonstances locales - d'un fantastique dessein cosmique.

(Décembre 2018)

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 33 fois
2 apprécient

Adagio a ajouté ce livre à 2 listes Le Mythe de Cthulhu

  • Livres
    Cover Lectures

    Lectures

    En couverture, Joseph Mallord William Turner, The Lake, Petworth, Sunset, a Stag Drinking, 1829.

  • Livres
    Cover Fragments

    Fragments

    L'image en couverture est tirée des travaux de John Atkinson Grimshaw, A Wet Moon, Putney Road, 1886.

Autres actions de Adagio Le Mythe de Cthulhu