Avis sur

Le Rêve du Celte par madamedub

Avatar madamedub
Critique publiée par le

Qui est Roger Casement? Né à Dublin en 1864, Roger Casement est une figure mystérieuse de l'histoire de l' Irlande et de la Grande Bretagne. Mario Vargas Llosa, l'auteur péruvien couronné en 2010 du Prix Nobel, s'attarde dans son nouveau livre sur la vie de ce diplomate, aventurier et révolutionnaire controversé.

Orphelin avant sa dixième année, Roger Casement deviendra diplomate pour la Couronne. Dépêché par la Foreign Office il part en Afrique pour une enquête sur le traitement des indigènes dans les compagnies qui exploitent du caoutchouc dans le Congo Belge avant de faire de même en Amazonie, au Pérou.

Toute sa vie, Roger Casement luttera pour trouver un juste équilibre entre utopie et combat. L'engagement, il le connaîtra dans les forêts du Congo. Là, lui qui avait grandit bercé, comme la majorité de l'Europe, dans le rêve de cette civilisation que les pays plus cultivés apportaient aux pays sauvages et barbares, se retrouve face à une réalité qui dépasse toutes ses conceptions de la barbarie. Mais la sauvagerie n'est pas le fait de ceux qu'il avait escompté.

En effet, si l'esclavage n'est plus de mise, les hommes triment sous la crainte du fouet, les familles sont séparés, les fuyards torturés. A mesure que les européens saignent les arbres pour leur précieux liquide, les indigènes tombent sous les coups et la cruauté de ceux qui sont finalement leurs maîtres, nullement leur employeur, et encore moins les porteurs de la lumière de la civilisation.

Dégoûté par ce qu'il estimera être réellement un « enfer » digne de celui dépeint par Dante, il rédigera un rapport qui créera un certain scandale sur le traitement des hommes au Congo. Fort de ce premier combat, Casement partira pour l'Amazonie, au Putumayo, où il découvrira une situation similaire.

Face à ces atrocités, au mépris de la liberté des hommes par d'autres hommes, Casement prendra pleinement conscience de sa nationalité irlandaise et de la situation de mise sous tutelle de son propre pays.

Mario Vargas Llosa narre donc les multiples existences de cet homme incroyable, aventurier honoré (il sera anoblit par le roi), homosexuel en secret, solitaire de toujours, qui sacrifiera tout à sa tâche et à ses convictions. S'il connaît une fin aussi dramatique que son envolé fut foudroyante, son parcours laisse néanmoins à réfléchir. Si c'est face aux atrocités des dérives du colonialisme qu'il prit conscience de son désir – de son besoin- d'indépendance pour son pays, il est notable que c'est suite à la guerre et à la menace de l'invasion germanique que la notion d' empires et de colonies qui prévalaient en Europe commencèrent à s'effriter. Comme s'il avait fallu un affrontement radical entre plusieurs conceptions du monde, entre deux altérités, pour prendre finalement conscience de son propre soi.

Mario Vargas Llosa suit donc la vie de Roger Casement, de sa mission au Congo à sa perte en Grande Bretagne. La vie de l'aventurier irlandais est celle d'un homme intègre, intransigeant et travailleur. Celle d'un homme, néanmoins. Loin des portraits des héros ou des saints, Casement était un homme solitaire et qui distribuait surtout mal sa confiance. Mais un homme capable de faire bouger l'opinion publique, de ceux qui tirent – pathologiquement ou pas- un trait sur leurs vie privée pour un intérêt plus grand.

Il est intéressant que l'écrivain au prix Nobel ait déterré sa mémoire et surtout son souvenir. Mort dans la polémique, on doit sa résurrection littéraire à la lecture par son auteur du récit de voyage au Congo de Joseph Conrad, où le romancier relate comment un certain irlandais lui aurait ouvert les yeux sur les méfaits du colonialisme...

Une lecture intéressante à tout point de vue.

Emma Breton

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 236 fois
3 apprécient

Autres actions de madamedub Le Rêve du Celte