Mais où est papa?

Avis sur Les Enfants du Capitaine Grant

Avatar Fatpooper
Critique publiée par le

Dans ce long récit de 871 pages, nous retrouvons l'ami Verne pour le pire et pour le meilleur, c'est-à-dire ses défauts et qualités habituelles.

Ses personnages sont toujours aussi creux, j'en viens même à me demander pourquoi il ne s'arrange pas pour conserver les mêmes noms d'un livre à l'autre. Les personnages féminins surtout ne sont vraiment là que pour servir les aventuriers et amener un zeste de délicatesse en pleine brousse sauvage.

Ses descritpions sont toujours trop longues ; l'écrivain privilégie l'histoire et autres faits scientifiques à sa trame fictionnelle. Il en résulte de bonnes choses parfois, comme cette tempète en Argentine (ou était-ce le Chili?), mais aussi d'interminables dialogues où un personnage profite d'une non action pour déblatérer toute l'histoire d'une contrée et ce d'une manière peu naturelle. En même temps c'est bien, parce que l'Australie est un rare lieu d'expédition pour les aventuriers, alors en apprendre autant sur le pays c'était pas mal... mais ça reste trop approfondi et cela casse le rythme.

Ses péripéties sont tout de même sympas par moment, mais certaines résolutions sont trop faciles. Les coups de théâtre à la fin sont par exemple grotesques de facilité. De même que je m'interroge toujours sur ce genre de trame (propre à verne en plus) d'aller secourir un pauvre homme à l'autre bout de laterre en sacrifiant des seconds rôles moins importants... Disons que ça dépend des circonstances. Mais clairement, se lancer dans une telle expédition était juste du suicide...

Bref, je continue de penser que Verne est plus un historien ou un scientifique qu'un romancier, mais cela ne m'empêche pas de continuer à découvrir ses voyages extraordinaires.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 510 fois
3 apprécient

Autres actions de Fatpooper Les Enfants du Capitaine Grant