Manque de consistance

Avis sur Roadmaster

Avatar David Rumeaux
Critique publiée par le

3 ans aprés l’accident qui a failli lui coûter la vie, Stephen King sort Roadmaster, un livre qu’il avait déjà en grande partie écrit avant l’accident…

Curt Wilcox est flic en Pennsylvanie. Et il a été renversé par un chauffard ivre. Mort sur le coup… Quelques années plus tard, son fils Ned donne un coup de main au commissariat qui l’a accueilli pour des petits boulots. Et il jette un coup d’oeil dans le Hangar B. Celui qui abrite une Buick Roadmaster. Alors ses colldégues lui raconte l’histoire de cette voiture qui obsédait tellement son pére. Et elle commence bien des années auparavant lorsque la voiture s’est arrêtée à une station essence, que son conducteur en est descendu pour aller aux toilettes et n’est jamais revenu. Depuis, elle est stocké là, et semble vivante. Et surtout, elle leur améne régulièrement d’étrange créatures qui meurent presque aussitôt…

Le probléme quand on cherche à résumer Roadmaster, c’est qu’on en raconte quasiment tout le contenu. Sur 600 pages, c’est plus ou moins tout ce que raconte le livre. L’inspiration est ici clairement à chercher du côté de Lovecraft et le mystére qui entourait ses oeuvres. Sauf que là où ce dernier bâtissait tout cela autour d’une mythologie complexe, ici il n’y a rien autour et sans la qualité d’écriture de King (capable de faire ressortir de l’émotion avec pas grand chose), ce livre serait surement totalement vide d’intérêt. Ce n’est pas le cas mais on est tout de même loin de la qualité de ses précédents écrits et aprés le Tome 2 du Talisman des Territoires, il amorce clairement une pente descendante. D’autant qu’il peine plus que jamais à boucler cette histoire ci.

Ça a toujours été un de ses défauts et c’est flagrant ici. Car là où Lovecraft pouvait se permettre de terminer ses récits de façon brusque, en nous laissant sans réponse claires, mais beaucoup des sous entendu, Roadmaster se perd complètement dans ses 100 derniéres pages. Malgré ce que j’ai l’air d’en dire, ce n’est pas un mauvais livre, juste un moyen, qui arrive même à être touchant par moment, mais qui manque grandement de consistance…

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 405 fois
4 apprécient

Autres actions de David Rumeaux Roadmaster