Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Côté cinéma français, on ne s'en sort pas mal en ce début d'année. La preuve avec cette réussite dont j'avais réussis à éviter jusqu'à la moindre image avant de le voir...


Le dernier tome de la trilogie Dedalus d'Oscar Brach va sortir. Le monde l'attend de pied ferme. L'éditeur décide de faire une sortie simultané mondiale. Mais pour cela, il faut le traduire et éviter toute fuite. Il engage donc 9 traducteurs, et les enferme dans une espéce de bunker transformé en hôtel. Ils devront bosser 11 heures par jour. Quelques jours plus tard, les 10 premiéres pages du roman fuitent. Qui est le coupable ?


La premiére chose qui fait plaisir à voir, c'est le casting. Multinational pour les traducteurs, on y trouve donc Alex Lawther (The end of the f***ing world), Olga Kurylenko, Ricardo Scamarcio (Dalida, John Wick 2), Sidse Babett Knudsen (Inferno, La fille de Brest), Eduardo Noriega (Le dernier rempart, La belle et la bête), Frederic Chau (Made in China), Patrick Bauchau (2012, La secrétaire), Sara Giraudeau (Les bêtises) et bien sûr Lambert Wilson ! Alors globalement ça parle français mais avec des accents venus de partout. Ce qui ne pose aucun probléme de compréhension d'une intrigue bien ficelée.


Alors certes, on peut en deviner certains détours et quelques éléments. Mais globalement, on se laisse prendre par ce film dont la BO, tout comme la mise en scéne, semble avoir de nombreuses références, mais qui n’empiète pas sur son désir de rendre hommage à la littérature en tant qu'art. Car ce sera bien le coeur du film. Le moment où un auteur est dépossédé de son oeure, où il se sent frustré par son exploitation. Et au final, je suis sorti comblé de la salle !

DavidRumeaux
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Salles & Canapé 2020

Créée

le 29 janv. 2020

Critique lue 6.8K fois

22 j'aime

1 commentaire

David Rumeaux

Écrit par

Critique lue 6.8K fois

22
1

D'autres avis sur Les Traducteurs

Les Traducteurs
Behind_the_Mask
7

Des livres et vous

Il suffit que Behind écrive, dans son billet causant de A Couteaux Tirés, que le genre whodunit était passé de mode... Pour que Régis Roinsard s'en empare rapidement à son tour avec Les...

le 29 janv. 2020

33 j'aime

13

Les Traducteurs
Bastral
2

Lost in Translation

Les Traducteurs (2020) est un whodunit qui allie sur le papier un concept classique, le mystère en chambre close, à un contexte original : il ne s’agit point d’élucider un meurtre, mais de trouver un...

le 3 févr. 2020

27 j'aime

5

Les Traducteurs
archibal
4

Erreurs de traduction

Une production française rare dans le paysage hexagonal qui tente de lorgner vers les standards du thriller hollywoodien. Hélas le résultat s'avère trop peu convaincant et assez décevant au vu de ce...

le 28 juin 2020

23 j'aime

5

Du même critique

Police
DavidRumeaux
3

Police !

Alors là. Autant j’apprécie la carrière éclectique d’Anne Fontaine, autant il me sera tout simplement impossible de défendre ce film d’une quelconque maniére ! Virginie, Erik et Aristide (si si,...

le 3 sept. 2020

22 j'aime

Les Traducteurs
DavidRumeaux
7

Les traducteurs !

Côté cinéma français, on ne s'en sort pas mal en ce début d'année. La preuve avec cette réussite dont j'avais réussis à éviter jusqu'à la moindre image avant de le voir... Le dernier tome de la...

le 29 janv. 2020

22 j'aime

1

Nos futurs
DavidRumeaux
8

Derriére le rire...

Parfois, un film, son affiche, ne laisse pas forcément présager la surprise qu’il va procurer. Nos Futurs est de ceux-là. Pourtant, sa promo était plutôt bien orchestré et le visionnage d’autant...

le 27 juil. 2015

21 j'aime

2