La Quiche fatale
6.3
La Quiche fatale

livre de M. C. Beaton (1992)

J'ai souhaité découvrir la saga des "Agatha Raisin" sur le conseil d'une amie, car je ne connaissais pas encore le genre du cosy mystery. Ce roman ne portant pas, à mes yeux, de réflexions profondes que le monde qui nous entoure, je me contenterai d'en donner mon avis sans chercher à l'analyser.

Je n'ai globalement pas été convaincue par cette lecture.

Certes, l'héroïne a le mérite de nous changer des types de personnages féminins habituellement représentés en littérature : elle a la cinquantaine, fume, boit et son franc-parler lui donne cet aspect de brute qu'il me semble intéressant à exploiter et qui contraste avec l'univers cocooning de la campagne anglaise où elle s'installe dans ce 1er tome.
Le livre se lit d'une traite (je l'ai fini en 3 jours), les chapitres s'enchaînant globalement bien, comme dans tout bon policier qui se respecte.
On peut aussi lui accorder quelques touches d'humour qui m'ont fait sourire ici ou là.

Mais divers points m'ont plutôt déplu.
Tout d'abord, l'univers trop anglais me rebute. Je pense que la traduction n'aurait pas dû laisser les "Mr." et "Mrs.", en les traduisant plutôt par "M." et "Mme", car cela m'a gênée pendant ma lecture. Si je veux lire en anglais, je le fais. Sinon, je préfère rester dans un univers francophone, mais non cet entre-deux un peu déroutant.
De plus, la campagne anglaise est trop présente dans les descriptions. Si elle s'avère nécessaire pour poser le cadre et mieux comprendre le comportement de certains personnages du roman, elle m'a malheureusement souvent parue rajouter des pages inutilement à l'ensemble. Quand je lis un policier, c'est pour le plaisir de dénicher le coupable, pas pour voyager dans d'autres contrées.
J'ai également trouvé les personnages plutôt fades. Agatha est intéressante mais, parce qu'elle n'a ni famille, ni véritable ami, je ne parviens pas à m'identifier à elle, ce qui gâche quelque peu ma lecture, m'empêchant de sentir totalement absorbée par ce livre. J'ai d'ailleurs trouvé que les autres personnages étaient plutôt clichés (Roy l'efféminé aux dents longues, Mrs. Bloxby la bonne-samaritaine, Bill Wong le héros du quotidien, etc.) et pas vraiment approfondis.
Enfin, la découverte du coupable ne m'a pas spécialement surprise. Non que je m'y attendais, mais je n'ai pas ressenti ce "twist" final qu'on a souvent dans les romans policiers.

CONCLUSION

Je repose donc ce récit sans regret et ne poursuivrai pas la saga, ne m'étant pas spécialement attachée au personnage et n'étant pas une grande fan de la campagne anglaise comme environnement de lecture.

jl2152672249
5
Écrit par

Créée

le 3 nov. 2021

Critique lue 211 fois

2 j'aime

jl2152672249

Écrit par

Critique lue 211 fois

2

D'autres avis sur La Quiche fatale

La Quiche fatale
zemoko
6

Sacrée Agatha !

Agatha Raisin est dynamique mais, à 52 ans, elle décide de revendre sa boite de comm’ londonienne pour réaliser un rêve d’enfance et prendre une retraite anticipée à Carsely, un petit village des...

le 21 avr. 2017

4 j'aime

La Quiche fatale
jl2152672249
5

Cosy mystery gentillet.

J'ai souhaité découvrir la saga des "Agatha Raisin" sur le conseil d'une amie, car je ne connaissais pas encore le genre du cosy mystery. Ce roman ne portant pas, à mes yeux, de réflexions profondes...

le 3 nov. 2021

2 j'aime

La Quiche fatale
Gwen21
6

Critique de La Quiche fatale par Gwen21

A mon tour de découvrir le personnage d'Agatha Raisin qui fait tant parler de lui en librairie ces dernières années. Lisant régulièrement les romans d'Agatha Christie, je m'attendais un peu à trouver...

le 28 mars 2024

1 j'aime

Du même critique

La Maison de la rue en pente
jl2152672249
9

Le désespoir maternel.

Quelle claque que cette série, quand on est soi-même une jeune mère ! L'intrigue se passe certes dans la société japonaise mais elle est étrangement ressemblante à la nôtre, occidentale et...

le 23 nov. 2021

2 j'aime

La Quiche fatale
jl2152672249
5

Cosy mystery gentillet.

J'ai souhaité découvrir la saga des "Agatha Raisin" sur le conseil d'une amie, car je ne connaissais pas encore le genre du cosy mystery. Ce roman ne portant pas, à mes yeux, de réflexions profondes...

le 3 nov. 2021

2 j'aime

Mon mari
jl2152672249
2

Lourdeur oppressante.

I). J'ai apprécié :Franchement, pas grand chose. Le concept me semblait accrocheur mais je me suis ennuyée dès le cap des 100 premières pages passé. Certes, certains passages sont originaux et...

le 19 févr. 2022

1 j'aime