Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Andromaque
7.5
Andromaque

livre de Jean Racine (1667)

Alors voilà : Oreste aime Hermione qui aime Pyrrhus qui aime Andromaque qui aime Hector (qui est mort, tué par Achille, le père de Pyrrhus ; la veuve reporte donc tout son amour sur son fils).
Là où ça se complique un peu, c'est quand on ajoute l'aspect politique : nous sommes après la guerre de Troie, Andromaque et son fils Astyanax sont prisonniers du grec Pyrrhus. Les Grecs ont la trouille au sujet d'Astyanax : il pourrait vouloir se venger et reconstruire Troie. Donc, on envoie Oreste en ambassadeur pour qu'il ramène le gamin en Grèce (où il sera exécuté). Pyrrhus en profite pour exercer un affreux chantage sur Andromaque : "épouse-moi et je protège ton fils ; ne m'épouse pas, et je cède Astyanax aux Grecs".
On assiste alors à un incroyable retournement de situation : celle qui a le statut social le moins enviable (veuve, représentante d'un peuple vaincu, prisonnière à la merci d'un général) tient le destin de tous entre ses mains.

Il faut dire que plusieurs personnages sont prisonniers. Ainsi, Pyrrhus est pris entre son amour pour Andromaque et son devoir envers la Grèce : s'il épouse la veuve et protège Astyanax, il est considéré comme un traître par son propre camp et risque de subir le sort de Troie. A ses côtés, Oreste : s'il réussit en amour, il échoue forcément sa mission politique (et inversement).
Il faut noter ici le formidable emploi que fait Racine de l'alexandrin, utilisant les hémistiches, le rythme binaire et les chiasmes pour montrer l'enfermement des personnages dans une situation forcément inextricable.

On sent donc que ça va mal finir. D'autant plus que la mort est très présente dans le texte. Dès la première scène, on nous présente Oreste comme un suicidaire et Andromaque reste amoureuse d'un mort et ne rêve que de le rejoindre.
Hector est tellement présent dans la pièce qu'on a presque l'impression de voir son fantôme. C'est l'amour d'Hector qui dicte ses décisions à Andromaque. C'est la peur d'Hector qui fait pression sur les Grecs pour qu'ils tuent Astyanax.

Dernier élément dont il faudrait parler : pour une pièce classique, Andromaque fourmille de détails baroques (petit rappel historique : le classicisme s'était bâti en stricte opposition au baroque, qui était un art du mouvement et de l'excès). Il faut lire comment Andromaque raconte la chute de Troie : le sang partout, les morts par milliers, c'est baroque. Il faut parler des constants retournements de situations, des personnages qui changent toujours d'avis : c'est baroque (et c'est aussi un peu lourd parfois ; Hermione, en particulier, mériterait des baffes).
En bref, une grande pièce quand même. Racine a un talent particulier pour présenter des situations très complexe de façon compréhensible. Et il a une maîtrise formidable de l'alexandrin et de l'organisation générale de la pièce.
SanFelice
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à ses listes Livres que j'ai étudiés, Mes écrivains, Retrospective 2012, Les livres qui ont fait votre enfance et Les lectures forcées et finalement adorées

Créée

le 13 juin 2012

Critique lue 4.1K fois

25 j'aime

SanFelice

Écrit par

Critique lue 4.1K fois

25

D'autres avis sur Andromaque

Andromaque
Galadriel
8

Critique de Andromaque par Galadriel

J'offre ma première critique à Andromaque puisque je viens juste de le terminer. Je l'avoue, je ne m'y suis pas mise par simple envie : le bac de français à la fin de l'année m'a fortement motivée...

le 29 nov. 2010

19 j'aime

6

Andromaque
Hunky-Dory
8

La tragédie des enfants

Commençons par une rapide mise au point contextuelle. Éris, seule déesse à ne pas être invitée au mariage du roi Pélée et de la nymphe Thétis, jette par dépit une pomme d'or dans la salle du banquet...

le 29 mai 2011

17 j'aime

3

Andromaque
Mr_Chouette
9

Du Racine et du zèle

Troie est tombée mais de ses cendres vit le jour, Le plus brûlant et le plus cruel des amours. Un jeu fatal où chacun devra bien choisir, S'il écoute son cœur, ou renie ses désirs. Oreste aime...

le 25 juil. 2015

12 j'aime

2

Du même critique

Starship Troopers
SanFelice
7

La mère de toutes les guerres

Quand on voit ce film de nos jours, après le 11 septembre et après les mensonges justifiant l'intervention en Irak, on se dit que Verhoeven a très bien cerné l'idéologie américaine. L'histoire n'a...

le 8 nov. 2012

256 j'aime

50

Gravity
SanFelice
5

L'ultime front tiède

Au moment de noter Gravity, me voilà bien embêté. Il y a dans ce film de fort bons aspects, mais aussi de forts mauvais. Pour faire simple, autant le début est très beau, autant la fin est ridicule...

le 2 janv. 2014

218 j'aime

20

Chernobyl
SanFelice
9

What is the cost of lies ?

Voilà une série HBO qui est sans doute un des événements de l’année, avec son ambiance apocalyptique, ses flammes, ses milliers de morts, ses enjeux politiques, etc. Mais ici, pas de dragons ni de...

le 4 juin 2019

214 j'aime

32