Livre de Curzio Malaparte · 1946 (France)

Genre : Roman

Traductrice :

Juliette Bertrand
Toutes les informations

«Le lac était comme une immense plaque de marbre blanc sur laquelle étaient posées des centaines et des centaines de têtes de chevaux. Les têtes semblaient coupées net au couperet. Seules, elles émergeaient de la croûte de glace. Toutes les têtes étaient tournées vers le rivage. Dans les yeux dilatés on voyait encore briller la terreur comme une flamme blanche. Près du rivage, un enchevêtrement de chevaux férocement cabrés émergeait de la prison de glace... Les soldats du colonel Merikallio... Voir plus

nico94

nico94

Le premier des deux chefs-d'oeuvre de Curzio Malaparte, le second étant La Peau

il y a 3 ans

MarianneL
9
MarianneL

Critique positive la plus appréciée

Point ultime de la guerre et de la barbarie, dans un récit d’une sublime et délétère beauté.

Dans une courte préface, Curzio Malaparte (1898 – 1957) raconte l’histoire du manuscrit de «Kaputt», écrit sur le front de l’Est entre 1941 et 1943, dissimulé et transporté en plusieurs parties...

il y a 10 ans

SophieChalandre
8
Soph CH

Extrait

À la table voisine de la mienne, des soldats allemands étaient assis les yeux écarquillés et ne changeaient pas de visage. Au milieu de leur œil fixe, je voyais la pupille se dilater et se rétrécir...

il y a 5 mois

Curzio_Majorczy
9

Critique de par Curzio Majorczyk

L’Italien Curzio Malaparte est un roi de l’affabulation, il exerce son art avec Kaputt. Ecrit durant la Seconde guerre mondiale, conflit que Malaparte a couvert en tant que reporter, le livre se...

il y a 9 ans

anarion21
9
anarion21

Critique de par anarion21

Après avoir purgé une peine de prison, Malaparte devient correspondant de guerre au cours de la Seconde Guerre Mondiale. Kaputt est cela, les carnets de voyage de Malaparte, présent sur tous les...

il y a 8 ans

Mr_Kir
6
Mr_Kir

Critique de par Mr_Kir

CRITIQUE EN CONSTRUCTION C'est comme un arbre aux boules de Noel brillantes: au début on est émerveillé, on y plonge son regard. Et ensuite les yeux se plissent et on commence à s'en lasser. Ainsi...

il y a 9 ans