Les Furtifs
7.2
Les Furtifs

livre de Alain Damasio (2019)

Échapper à la Trace, trouver refuge dans la lecture

Critique écrite en cours de lecture.


Alain Damasio poursuit son œuvre avec brio.
Après La zone du dehors, où il esquisse les limites d'une société démocratique et sa rationalité par la notation de l'individu (comme le fait actuellement la Chine depuis peu), puis la Horde du Contrevent, sur l'idée de trouver sa meute et se mettre en mouvement contre les vents contraires, envers et contre tous, Les Furtifs pose en premier lieu la notion d'une société où tout est enregistré, tous les faits et gestes des individus sont cernés, criblés par les capteurs en tout genre, leur proposant ensuite de la pré-pub et de la post-pub, affinant algorithmes.
On est dans un épisode de Black Mirror.
On retrouve une description détaillée d'une ville et d'une société comme dans son premier roman et son style d'écriture multi-narrateur où chaque personnage a son langage, des signes ponctuatifs distingués. La sonorité encore, la poésie qui s'en dégage disent plus sur les personnages que tout autre élément. C'est fluide, par moment exercice de style et de haute voltige grammaticale. Les néologismes fourmillent sans pour autant alourdir tant les concepts sont clairs à comprendre.


Les furtifs sont une espèce d'animaux invisibles aux yeux et aux capteurs dont une équipe militaire tente d'en capturer un vivant car comme leur nom l'indique, ils sont furtifs aux techno humaines et dans une société de l'hyper-contrôle, du capteur et de la data à gogo, ils constituent un champ de recherche inédit.
Derrière, on y retrouve l'idée de se mettre en marge de cette boulimie de données (data) données, livrées aux multinationales qui dirigent en 2040 les villes (Orange détenue par Orange, Paris-LVMH, Lille-Auchan), où la rébellion s'installe, donnant des formes de lutte multiformes, innovantes, renouant d'humanité et de spiritualité. Y transparaissent toutes les idées d'Alain Damasio, du collectif Zanzibar et autres mouvements dont il fait parti.


Pavé de plus de 600 pages, on y plonge allègrement et simplement. Mise en page claire, jeu de ponctuation qui fait évoluer l'usage du langage écrit et lu, album audio "offert" avec le livre : on a ici un objet complet de littérature étendue.
Quinze ans d'attente après la Horde du Contrevent sont bien peu pour achever une telle œuvre, où l'auteur ne déçoit pas son lectorat de fans !

essylU
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à sa liste Les meilleurs livres de 2019

Créée

le 8 mai 2019

Critique lue 787 fois

5 j'aime

1 commentaire

essylU

Écrit par

Critique lue 787 fois

5
1

D'autres avis sur Les Furtifs

Les Furtifs
Gilraen
6

Anticiper le présent pour ne pas regretter l'avenir

Récit fictif ou manifeste politique ? Cette question, vous vous la poserez plus d’une fois lors de votre lecture des Furtifs. Et pour cause, il faut bien admettre que la frontière entre les deux est...

le 17 juil. 2019

76 j'aime

19

Les Furtifs
Susscrofa
3

Il ne faudrait pas écrire après avoir eu des enfants

Autant le dire d'emblée: je suis là pour casser la fête. Ce roman est un grand raté, il faut tout de suite arrêter l'emballement autour de ses ventes. Je suis très heureux qu'Alain Damasio l'ait...

le 26 mai 2019

44 j'aime

8

Les Furtifs
Tanaziof
4

Je suis mi-homme, mi-chien. Je suis mon meilleur ami

Attendu de pied ferme, le nouveau Damasio, et c’est rien de le dire. Après une Horde virtuose, haletante, marquante à tous points de vue, comment ne pas piétiner d’impatience ? Le livre est...

le 20 juin 2019

34 j'aime

15

Du même critique

Les Furtifs
essylU
9

Échapper à la Trace, trouver refuge dans la lecture

Critique écrite en cours de lecture. Alain Damasio poursuit son œuvre avec brio. Après La zone du dehors, où il esquisse les limites d'une société démocratique et sa rationalité par la notation de...

le 8 mai 2019

5 j'aime

1

Fargo
essylU
9

Grandilocante éloge à la médiocrité

Il y a des moments où on sait que les décisions prises ne sont pas les bonnes. C'est une intuition qui trompe rarement. Vous savez, vous l'avez sûrement déjà vécu pendant une réunion de travail, où...

le 2 mars 2018

5 j'aime

Black Panther
essylU
7

Le pouvoir aux femmes

Ce film fait plaisir. Pour plusieurs raisons : Un casting assez "frais" pour une superproduction de ce genre, le tout assez brillamment interprété. Un casting d'ailleurs très majoritairement de...

le 23 févr. 2018

4 j'aime