Cette petite tortue au début, c'est toi tout craché

Je reste là et je ne sais pas quoi dire.
J'ai fini le livre tout à l'heure et je reste là, je ne sais pas quoi dire.
Si j'aime autant Steinbeck c'est peut être parce que son écriture est très humble et très simple, elle arrive directement dans ton coeur et tu ne peux rien faire parce qu'il n'y a aucune barrière, ni historique, ni sociale, rien, il n'y a rien entre la famille Joad, entre Tom, Ma et toi. Et tu es chassé de tes terres, tu es chassé de ta vie, tu as faim et tu ne veux pas voler pour manger, tu veux travailler, il n'y a pas de travail, tu fais des kilomètres, les gamins se battent, l'oncle pleure, les grands-parents s'en vont, ton camion n'a plus d'essence, tu parles avec les gens autour de toi, tu écoutes le prêtre qui n'est plus prêtre, tu arrives en Californie, belle, magnifique, prometteuse Californie, chargée de fruits et de coton qui ne demandent qu'à être cueillis, chargée de couleurs, de levers, de couchers de soleil, tu vois le camp prendre feu sous la peur, tu vois les injustices contre lesquelles personne ne peut rien, tu entends le grondement qui enfle, la colère qui grogne, tu restes près de ta famille qui t'embête, que tu aimes, qui te pèse, à laquelle tu tiens et voilà et voilà ta vie tes combats quotidiens, incessants, tes combats pour survivre, pour vivre aussi, pour avoir le droit de t'amuser, de rire, de danser, tes combats pour être digne, parce qu'il te reste la certitude que tu n'es pas un animal, que tu es un homme et que tu le seras jusqu'au bout. Regarde, tu es cette toute petite tortue du début qui peine sur sa route mais qui s'obstine, qu'on ballote dans une couverture mais qui se bat pour aller au bout de sa petite route, pleine de cailloux gonflés d'aubes nouvelles.
Je suis là et je ne sais pas quoi dire, à chaque fois je ne sais pas quoi dire, il n'y a pas un mot de trop dans ce livre, il n'y a rien à ajouter, tout est dit, tout a été dit - il n'y a plus rien à lire.
JulieToral
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à ses listes Livres (2013) et Les meilleurs livres de John Steinbeck

Le 20 octobre 2013

20 j'aime

4 commentaires

Les Raisins de la colère
Nushku
10

The ghost of Tom Joad

C'est l'histoire du Dust Bowl et de la sécheresse, d'un déracinement et d'espoirs rigoureusement brisés par un système effondré, d'une odyssée imposée dans une mer de poussière et de goudron, de...

Lire la critique

il y a 10 ans

92 j'aime

13

Les Raisins de la colère
Black_Key
10

Highway to Hell

La route. Serpent d'asphalte crevant les immenses étendues désertiques, déchirant le paysage d'un trait sombre. Là, entre les flaques de goudron fondu et les cadavres de coyotes imprudents, des...

Lire la critique

il y a 6 ans

57 j'aime

11

Les Raisins de la colère
EIA
10

"Un monstre pas un homme, une banque"

Avant toute chose, je préfère avertir que ma critique risque d'être bourrée de spoils ( bon à savoir si comme moi vous n'aviez ni lu le livre, ni vu le film...). Cela faisait bien longtemps que je...

Lire la critique

il y a 8 ans

45 j'aime

4

Le Génie lesbien
JulieToral
9

Lesbians rock

Ouuh les fourmis du militantisme quand tu lis ce texte ! Ses défauts d'abord : je trouve que la construction, surtout vers la fin, pêche un peu. Son côté fourre-tout m'a un peu décontenancée et je...

Lire la critique

il y a 2 ans

26 j'aime

3

Les Raisins de la colère
JulieToral
9

Cette petite tortue au début, c'est toi tout craché

Je reste là et je ne sais pas quoi dire. J'ai fini le livre tout à l'heure et je reste là, je ne sais pas quoi dire. Si j'aime autant Steinbeck c'est peut être parce que son écriture est très humble...

Lire la critique

il y a 9 ans

20 j'aime

4

Ravage
JulieToral
6
Ravage

Critique de Ravage par JulieToral

J'aurais aimé mettre une note plus importante pour rendre hommage à deux supers scènes : la première, la descente de l'escalier infernal avec perdition dans le parking immense (et porte ouverte sur...

Lire la critique

il y a 9 ans

18 j'aime

4