Nacht und Nebel

Avis sur Nuit et brouillard

Avatar Step de Boisse
Critique publiée par le

Je suis au collège et m’évertue à retenir un long et triste poème. Pas moins de 36 alexandrins, une épreuve pour ma mémoire rebelle. La semaine suivante, nous apprenons à le chanter, à l’unisson. Depuis, il ne m’a plus quitté. Une ou deux fois par semaine, je me surprends à reprendre la tragique complainte des déportés.

Ils se croyaient des hommes, n'étaient plus que des nombres
Depuis longtemps leurs dés avaient été jetés
Dès que la main retombe, il ne reste qu'une ombre
Ils ne devaient jamais plus revoir un été

Je ne peux entendre évoquer un camp de la mort, un crime de guerre, une exécution sommaire sans fredonner et me sentir, par mon impuissance, (un peu) complice.

La lune se taisait comme vous vous taisiez
En regardant au loin, en regardant dehors

Remontons le temps. Nous sommes en 1963, la mémoire officielle gaulliste célèbre les résistants déportés, au détriment des autres. Nuit et brouillard dérange et sera interdite de diffusion sur les médias officiels

Mais qui donc est de taille à pouvoir m'arrêter
L'ombre s'est faite humaine, aujourd'hui c'est l'été
Je twisterais les mots s'il fallait les twister
Pour qu'un jour les enfants sachent qui vous étiez

Si la voix est magnifique, le ton est saisissant. Ferrat nous livre son histoire, celle de son père, celle de tous les déportés, résistants ou juifs. Plus tard, le compagnon de route communiste regrettera « de n’avoir pas cité les autres victimes innocentes des nazis, les handicapés, les homosexuels et les Tziganes »,

Certains priaient Jésus, Jéhovah ou Vishnou
D'autres ne priaient pas, mais qu'importe le ciel

Mnacha Tenenbaum, son père, était ouvrier joaillier. Bien qu’astreint au port de l'étoile jaune, ce juif d’origine russe refusa de passer en zone occupée, il se croyait protégé par sa naturalisation française. Il fut déporté et disparut à Auschwitz.

La fuite monotone et sans hâte du temps
Survivre encore un jour, une heure, obstinément
Combien de tours de roues, d'arrêts et de départs
Qui n'en finissent pas de distiller l'espoir

https://www.youtube.com/watch?v=3k8VsijdTwo

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 138 fois
30 apprécient

Step de Boisse a ajouté ce morceau à 2 listes Nuit et brouillard

Autres actions de Step de Boisse Nuit et brouillard