Une bro story comme on n'en voit que trop peu

Avis sur Fullmetal Alchemist : Brotherhood

Avatar Gaël_Pow
Critique publiée par le

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Introduction
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
8 ans plus tard, je croise les frères Elric, que j'ai un peu laissés de côté comme ma boîte de Pandore pendant des années, et des années... et des années, par peur d'une déception similaire à la première série. Et bien...
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Scénario ~ ★★★★★
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Synopsis : Les frères Elric, Alphonse et Edward, alchimistes depuis leur jeune enfance, cherchent la pierre philosophale à travers le monde afin de réparer la pire des erreurs qu'ils aient pu faire: réaliser une transmutation humaine. Mais des enjeux bien plus grands se jouent et leur quête les mènera dans les affaires les plus sombres et critiques du pays.

J'avais regardé la première série, et même pas jusqu'au bout. Ça ne m'est pas beaucoup arrivé, mais les raisons étaient multiples. Je m'y suis mis trop tard, les graphismes étaient vraiment pas facile à encaisser, l'histoire était captivante mais avec des petits spoils par-ci, par-là, j'avais ouïe dire que la fin de la série sentait pas bon, plus quelques écueils, bref, les pressions visuelles et sociales étaient trop fortes. De ce fait, j'appréhendais oui et non ce Brotherhood, car j'en attendais sûrement trop, tel un messie qui me donnerait ce que j'aurais voulu pour l'ancienne série, et je l'ai, finalement, eu. Ce scénario... ce scénario putain! Quand bien même l'epicness des 30 derniers épisodes est insupportable (positivement) pour le commun des mortels, le fer de lance de la série, cette bro story à la vie à la mort, nous emporte loin, tellement loin, et surtout émotionnellement. Combien de fois ai-je rencontré des rapports entre frères aussi forts? Je n'en n'ai même plus souvenir, mais les frères Elric, eux, auront un souvenir incontestablement ancré dans ma mémoire. Le scénar' est fort, les personnages sont très présents dans l'histoire et sont au coeur des différentes affaires dans le pays. Malgré de très rares épisodes insipides ci et là , il n'y a plus aucun temps mort passé la moitié de l'animé. Et les derniers épisodes finaux sont également au rendez-vous (ma manière de contenir mon trépignement avec classe). C'est le genre d'anime, et il y en a peu, pour lequel j'ai retardé le visionnage, pour ne pas en voir la fin, et subir le terrible contrecoup du ''Je vivrai plus jamais ça'', car, et c'est une certitude, Brotherhood est une expérience scénaristique et émotionnelle à part entière.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Personnages ~ ★★★★★
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Sublimes. Les personnages sont tous traités avec finesse et brio, la relation entre Al et Ed est quasiment parfaitement traitée durant la cinquantaine d'épisodes et on s'attache autant aux personnages principaux que secondaires, qui servent grandement à l'implication du spectateur dans les différents pans de l'histoire. Même les Homonculus sont attachants, alors que je me rappelle les avoir pas mal dénigré dans la précédente série. Mais là n'est pas la question. La participation des personnages à la réussite que fut cet animé est incontestable.

Il manquait juste le bisous :(

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Graphismes ~ ★★★★★
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Encore aujourd'hui, ça n'a pas vieilli. Je n'avais aucune appréhension, encore moins de doute, sur la qualité de l'animation. Pourtant ce n'est pas tant la qualité graphique qui y fait, mais le chara design, le réalisme que porte les images et toute la sincérité de l'histoire sont selon moi transposés comme il faut à l'image, et le rendu est beau et puissant. Rien que ça.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Musique ~ ★★★★★★!
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Ai-je vraiment la nécessité de m'exprimer? Je crois que ça fait 5 ans, sans même avoir vu les FMAB, que j'ai les musiques sur mon téléphone. Malgré l'absence de Brothers, qui m'était cher, la bande son tout comme les openings (incroyables) en font une bande son mémorable.

¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Intérêt ~ ★★★★★ !
¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯
Encore aujourd'hui, je ne sais pas trop m'expliquer sur le pourquoi j'ai tant attendu pour le regarder. J'ai quelques animes, comme celui-ci, de la dernière décennie, qui miroite de temps à autre, et me rappelle que mon derrière mériterait un bon coup de pied. Celui-ci en est une preuve flagrante. Si j'avais découvert Brotherhood il y a 8 ans, je m'en serais jamais remis tant la claque est énorme. Des animés de 50 épisodes, aussi forts et bourrés de qualités à tous les plans, ne sont plus que des raretés rares owo (même si je suis médisant, ces deux trois dernières années ont vu quelques pépites).

Tout ça pour dire, encore une fois, le plaisir que j'ai pu avoir à regarder cette oeuvre fantastique et magistrale, soignée et attachante, heureuse et déchirante qui mérite de manière indélébile sa place dans les sommets de l'animation. Ce fut une belle claque, et une tristesse infinie que d'en voir le bout, mais j'y retournerai dans une dizaine d'années, et je suis persuadé de ne pas en être déçu une seule seconde, tant l'expérience fut prenante et vivifiante.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 949 fois
9 apprécient

Autres actions de Gaël_Pow Fullmetal Alchemist : Brotherhood