👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

The 100 ou vas-y viens on va chier des papillons radioactifs main dans la main.

Avant toute chose, ma critique se base sur quatre ou cinq épisodes dont j'ai eu le masochisme de m'infliger, user de l'autoflagellation sur place aurait été plus rapide et il y aurait eu moins de risques de distorsion cognitif pour le coup. Donc cette critique se penchera surtout sur le pourquoi du comment qui a fait -heureusement- qu'après 4 ou 5 épisodes j'ai décidé de brûler mon ordinateur.

Le synopsie laissait entendre en premier lieu un concept vachement bien exploitable, on s'attendait à un joyeux bordel entretenu par des délinquants tous plus barrés les uns que les autres, un anarchisme naissant, mais aussi un côté sociologique très intéressant, sans parler qu'on s'attendait aussi à un autre joyeux bordel dans l'espace hein, parce qu'on nous fait bien comprendre que c'est la merde là-bas.

So...

Le premier épisode débute sur les pensées philosophiques d'une pauvre fille en prison (bon à noter que prison dans cette série ça veut dire que vous avez quand même le droit d'avoir un cailloux pour faire des jolis dessins, parce que c'est une fille donc automatiquement il faut, qu'en plus d'être blonde, jolie, niaise, philosophe, elle sache dessiner c'est super important pour l'intrigue ça.) Bref, on peut passer outre ça, si on commence à se dire que les délinquants ne sont pas vraiment des délinquants juste des adolescents aux hormones en ébullition. Je vais passer la scène qui se voulait émouvante où l'un d'eux (des adolescents hein) décède parce qu'il a voulu faire le con, un moment qui se serait voulu tragique mais qui se voulait totalement pas crédible tant le jeu d'acteur des mannequins appartient à la médiocrité ce que la nullité est à magicarpe.

Parlons du stéréotype des personnages, alors on a la blonde qui se veut intelligente avec le charisme d'une huître, le petit brun rebelle hyperactif qui va pècho la blonde (j'ai eu envie de vomir lorsqu'ils se sont frôlés les mains façon histoire romantique digne d'un film diffusé l'après midi sur M6. Non honnêtement j'ai tellement rigolé que j'en ai eu mal au ventre) on a aussi la brune trop canon qui n'a pas de cervelle qui se veut garce mais qui souffre d'une relation incestueuse avec...son grand-frère super méchant en fait, mais pas trop parce que les méchants ça n'existe pas dans cette série. On a le petit mec solitaire haït parce que c'est le fils du big boss qui essaye de se faire la blonde mais le pauvre on sait très bien que Tarzan finira par réussir avant lui. Bref, je ne vais pas m'attarder là-dessus -petite pensée quand même pour le pauvre type qui voulait pècho la brune et qui termine avec une lance dans la poitrine, mais ouf, parce que tout est beau là-bas il est vivant ! Les méchants masqués ont eu la gentillesse de le soigner, attends faut pas heurter la sensibilité du publique là-.

Hormis les scènes niaises amoureuses qui sont à gerber, moi, ce qui me choque le plus dans cette série (ou du moins dans le peu que j'ai vu) c'est le jeu d'acteur monstrueusement nullissime qui me donne envie de me pendre, parce qu'en plus je l'ai vu en VO, donc qu'on vienne pas me sortir que c'est à cause du doublage. C'était peut-être une question de budget ou quoi, mais là, c'est effrayant de vouloir faire croire aux téléspectateurs que ce sont des acteurs....j'ai eu envie de rire chaque fois que l'un d'eux ouvraient la bouche.

Si je passe sur ce qui se passe dans l'espace, qu'on voit venir à dix mille mètres, un mec assoiffé de pouvoir, une maman trop sympa et le big boss qui a faillit mourir à cause de l'autre assoiffé de pouvoir...il n'y a aucune finesse, rien de machiavélique juste une intrigue qu'on essaye de vous vendre. C'est un peu comme regarder un épisode des feux de l'amour.

Et cette scène horrible où ils arrivent sur terre avec cette musique Radioactive....non sérieusement c'était pas possible....la BO est digne d'un épisode de OTH. Bref pour moi c'est une série pour adolescent, sauf que bon parfois on trouve de bons acteurs dans ce genre de série, là non. Ça me désole que Stargate Universe, qui en soit est une meilleure série SF avec de meilleurs acteurs, de meilleures intrigues n'ait pas eu le succès qu'a cette bouse télévisuelle.

Ma note de un se justifie par mon envie d'arrêter cette série et parce que le cerf était beau et qu'il jouait mieux que les acteurs, hein pourquoi on en parle pas de ce beau cerf ?

Je précise bien que c'est une critique sur le pourquoi je n'ai aucunement eu envie de m'inffliger la suite de cette série. Et pas la série entière. Les mauvais acteurs (troooop beau diront certain(e)s) suffisaient amplement à me crever les yeux et les oreilles.
Hannibal_Judas
1
Écrit par

il y a 8 ans

12 j'aime

4 commentaires

Les 100
Vivienn
6
Les 100

Maybe there are no good guys.

Saison 1 The CW c'est pas loin d'être la chaîne poubelle de la télévision américaine. Bon, de temps en temps, on a le droit à une bonne surprise (Arrow, les premiers pas de Vampire Diaries ou encore...

Lire la critique

il y a 7 ans

115 j'aime

24

Les 100
Chro
1
Les 100

0 pointé pour The 100.

Par Nicolas Laquerrière La plupart du temps, le propre de la CW en matière de séries est d'avoir un pitch prometteur qu'elle sabote dans les grandes largeurs car cette chaîne ne sait pas faire...

Lire la critique

il y a 8 ans

66 j'aime

25

Les 100
Peaky
8
Les 100

Entre farce et chef d'oeuvre, une série en dents de scie.

Ca avait commencé par une bonne blague : un trailer avec un pitch SF intéressant et ambitieux mais un épisode pilote ahurissant, d'extrême mauvais goût, carrément le plus gros foutage de gueule de...

Lire la critique

il y a 8 ans

53 j'aime

14