👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Par Nicolas Laquerrière

La plupart du temps, le propre de la CW en matière de séries est d'avoir un pitch prometteur qu'elle sabote dans les grandes largeurs car cette chaîne ne sait pas faire autrement. Prenez le postulat de départ de The 100: la Terre a été rendue inhabitable par un holocauste nucléaire, les survivants se sont réfugiés dans une station spatiale géante qui vient à bout de ses ressources et le dernier espoir de l'humanité est d'envoyer un groupe d'une centaine de repris de justice parmi les plus dangereux qui soient sur la planète bleue histoire de vérifier si elle est de nouveau habitable. On se prend à rêver d'une galerie de personnages badass à la Riddick, ou n'importe quel héros de John Carpenter, balancés dans un univers SF post-apocalyptique pour un programme au confluent de La Route et d’Oz. Il n'en sera malheureusement rien, l'ensemble faisant plutôt penser à After Earth - mais sans la famille Smith, c'est déjà ça.

CW oblige, les personnages principaux sont une bande d'ados très propres sur eux - très blonds, très beaux, très blancs - dont le pire acte de malveillance a dû être d'écrire leur nom sur leur bureau en CE2 ou le déclenchement d'une alarme incendie pendant un interclasse particulièrement agité. De ce simple fait, la série perd en crédibilité et se transforme dès ses premières minutes en un teen show bas de gamme et inintéressant au possible. Le salut de l'humanité repose entre les mains d'une poignée de postulants à un job chez Abercrombie qui déambulent dans une forêt rappelant les grandes heures de Stargate SG1 et draguent vaguement les filles en les appelant « princesse » pendant que des hordes de figurants errent sans but en arrière plan, l'air de se demander ce qu'ils font là... Mais très vite, des dissensions se forment et la révolte gronde car il semblerait que dans l'espace, des gens soient plus privilégiés que d'autres... Nous n'en saurons pas plus vu que le worldbuilding de la série se fait en trente secondes au début du pilote. Pour le reste, à nous de raccrocher les wagons. (...)

Lire la suite sur : http://www.chronicart.com/series/the-100/
Chro
1
Écrit par

il y a 8 ans

66 j'aime

25 commentaires

Les 100
Vivienn
6
Les 100

Maybe there are no good guys.

Saison 1 The CW c'est pas loin d'être la chaîne poubelle de la télévision américaine. Bon, de temps en temps, on a le droit à une bonne surprise (Arrow, les premiers pas de Vampire Diaries ou encore...

Lire la critique

il y a 7 ans

115 j'aime

24

Les 100
Chro
1
Les 100

0 pointé pour The 100.

Par Nicolas Laquerrière La plupart du temps, le propre de la CW en matière de séries est d'avoir un pitch prometteur qu'elle sabote dans les grandes largeurs car cette chaîne ne sait pas faire...

Lire la critique

il y a 8 ans

66 j'aime

25

Les 100
Peaky
8
Les 100

Entre farce et chef d'oeuvre, une série en dents de scie.

Ca avait commencé par une bonne blague : un trailer avec un pitch SF intéressant et ambitieux mais un épisode pilote ahurissant, d'extrême mauvais goût, carrément le plus gros foutage de gueule de...

Lire la critique

il y a 8 ans

53 j'aime

14

Les Sims 4
Chro
4
Les Sims 4

Triste régression

Par Yann François « Sacrifice » (« sacrilège » diraient certains) pourrait qualifier la première impression devant ces Sims 4. Après un troisième épisode gouverné par le fantasme du monde ouvert et...

Lire la critique

il y a 8 ans

42 j'aime

8

Il est de retour
Chro
5

Hitler découvre la modernité.

Par Ludovic Barbiéri A l’unanimité, le jury du grand prix de la meilleure couverture, composé de designers chevronnés, d’une poignée de lecteurs imaginaires et de l’auteur de ces lignes, décerne sa...

Lire la critique

il y a 8 ans

37 j'aime

Broad City
Chro
10
Broad City

Girls sous crack.

Par Nicolas Laquerrière Girls sous crack. Voilà la meilleure façon de décrire Broad City, dernière née de Comedy Central (l'historique South Park, l'excellente Workaholics, etc), relatant les...

Lire la critique

il y a 8 ans

30 j'aime

1