👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Entre farce et chef d'oeuvre, une série en dents de scie.

Ca avait commencé par une bonne blague : un trailer avec un pitch SF intéressant et ambitieux mais un épisode pilote ahurissant, d'extrême mauvais goût, carrément le plus gros foutage de gueule de l'histoire de l'humanité. Au point de salir un "Radioactive" d'Imagine Dragons pour le retour sur terre accompagné d'un "WE'RE BACK BITCHES" à vous laisser pantois le reste de la journée.

Si c'est pour revoir un Lost mixé avec l'île de la tentation, on passera notre chemin. L'incompréhension est totale. Le pilote doit toujours donner le ton pour le reste de la série, peu de gens ne laissant une seconde chance en cas d'échec. C'est pourquoi 80% des séries fonctionnent avec une intrigue surdéveloppée dans le premier et dernier épisode d'une saison.

C'est vous dire qu'il en fallait du courage pour se lancer dans l'épisode suivant. Un épisode deux toujours aussi abominable et on commence à se demander si CW ne devrait pas arrêter les frais immédiatement avant de perdre le peu de crédit qu'il lui restait.

Mais c'est alors que l'étincelle apparut de nulle part. Un épisode trois qui twist et d'un coup la curiosité revient. Un coup de chance? Non. L'épisode quatre vient confirmer de plus belle le nouveau tournant pris, une intrigue sortie de nulle part part. On a remplacé le singe de Krusty et Maggie Simpson par le fantôme de Stanley Kubrick.

La suite de la saison est du même acabit : haletante, passionnante, surprenante, émouvante, jouissive par moment, ultra rythmée et surtout, le graal des graals pour tout ce qui touche à la SF, cohérente.

Avec un final en apothéose et des audiences constamment au dessus des 1,7 millions de téléspectateurs, CW ne s'est pas privée de promptement renouveler son nouveau petit bijou. Au plaisir et MAY WE MEET AGAIN.

(Saison 3)

Loin du ridicule des premiers épisodes, mais peut-être tout aussi loin des qualités indéniables de la saison 2, cette dernière saison a vu trop grand trop vite. Si la saison 2 était la meilleure, c'est aussi parce que c'est celle qui se reposait le moins sur la CGI. Et le budget de The 100 n'étant pas celui d'un The Expanse sur SyFypar exemple, difficile de suivre niveau qualité.

L'introduction de la cité de la lumière intriguait depuis longtemps. Son dénouement nous laissera un peu sur notre faim, à l'image de ce dernier épisode où virtualité et réalité sont assez grossièrement reliés.

Reste que The 100 a su continuer à jouer sur ses qualités : les dilemmes moraux lourds de conséquences, des personnages attachants et un rythme soutenu. Une saison 3 en dents de scie, mais depuis longtemps renouvelée. Par contre, pour savoir vers où on se dirige, niveau qualité et scénario, je vous laisse à vos boules de cristal.

Peaky
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 8 ans

53 j'aime

14 commentaires

Les 100
Vivienn
6
Les 100

Maybe there are no good guys.

Saison 1 The CW c'est pas loin d'être la chaîne poubelle de la télévision américaine. Bon, de temps en temps, on a le droit à une bonne surprise (Arrow, les premiers pas de Vampire Diaries ou encore...

Lire la critique

il y a 7 ans

115 j'aime

24

Les 100
Chro
1
Les 100

0 pointé pour The 100.

Par Nicolas Laquerrière La plupart du temps, le propre de la CW en matière de séries est d'avoir un pitch prometteur qu'elle sabote dans les grandes largeurs car cette chaîne ne sait pas faire...

Lire la critique

il y a 8 ans

66 j'aime

25

Les 100
Peaky
8
Les 100

Entre farce et chef d'oeuvre, une série en dents de scie.

Ca avait commencé par une bonne blague : un trailer avec un pitch SF intéressant et ambitieux mais un épisode pilote ahurissant, d'extrême mauvais goût, carrément le plus gros foutage de gueule de...

Lire la critique

il y a 8 ans

53 j'aime

14

Annihilation
Peaky
9
Annihilation

L'expérience traumatisante d'une merveille de Science Fiction

J’ai le cœur qui bat à 100 à l’heure, mes mains tremblent, j’encaisse. J’encaisse ce qu’il vient de se passer, ce qu’il vient de se dérouler sous mes yeux. L’expérience est traumatisante et laissera...

Lire la critique

il y a 4 ans

112 j'aime

16

The Revenant
Peaky
9
The Revenant

Immersion totale.

Passé l’exercice de style, accompli avec un brio rafraîchissant et sans précédent, de Birdman, Inarritu revient avec une œuvre, toute aussi maîtrisée, mais plus complète. Dès l’une des premières...

Lire la critique

il y a 6 ans

112 j'aime

18

Brimstone
Peaky
8
Brimstone

Le hollandais malfaisant

On le savait déjà, les réalisateurs hollandais n'ont pas froid aux yeux. Et pour dire les choses comme elles le sont, ce film est insoutenable. Que ce soit le glauque vif, l'absence de morale, les...

Lire la critique

il y a 5 ans

89 j'aime

7