Aucun impact pour cette véritable dernière saison ! (Saison 7 : 3/10)

Avis sur Marvel : Les Agents du S.H.I.E.L.D.

Avatar Philippe P.
Critique publiée par le

La série Les Agents du S.H.I.E.L.D. s'achève donc enfin avec cette septième saison concluant la rallonge de deux ans obtenue après le faux final de la saison 5. Si vous avez lu mon avis sur la saison 6, vous savez qu'elle ne m'avait clairement pas convaincu, manquant cruellement d'ambition et n'apportant finalement rien de plus et ne justifiant donc en rien de ne pas conclure la série sur la saison 5. Le seul véritable élément intéressant de cette saison 6 était d'expliquer l'origine des monolithes qui ont parcouru les intrigues de la série, un élément dispensable, mais qui avait au moins le mérite de donner une petite étincelle d'intérêt au spectateur. La saison 7 ne dispose même pas d'un petit élément de la sorte pour justifier son intérêt.

La saison 7 est vraiment ce que la série a pu offrir de pire en terme d'intérêt. Déjà, elle est définitivement devenue incapable de faire disparaître des personnages importants, Coulson revenant encore, ainsi que May. A un moment, il faut savoir dire stop et accepter les conséquences du scénario, d'autant que je le redis, mais la fin de Coulson et de May dans la saison 5 était satisfaisante, il n'y avait vraiment pas besoin de ramener les personnages. Ce n'est pas non plus le fait de faire quelques blagues sur cet aspect redondant de la série qui va permettre de faire passer la pilule, bien au contraire cela souligne clairement l'effet ridicule de l'écriture sans conséquence proposée par la série.
Absence de conséquence qui se révèle aussi dans la trame générale de la saison : le voyage dans le temps. Je ne vais pas m'étendre sur d'éventuelles incohérences dû à ce procédé scénaristique - que je n'aime vraiment pas - puisque la série donne clairement comme explication : on fait ce qu'on veut et on donnera les explications après coups. Donc bon théoriquement, elle arrive à justifier tout ce qui se passe durant le scénario, mais en contrepartie cela enlève toute tension aux actions et à l'histoire puisqu'il suffira de sortir une nouvelle règle du chapeau pour faire croire que tout peut s'arranger. Globalement c'est ce qui se passe dans cette saison, tout s'arrange à la fin avec un retournement sorti de son chapeau en mode surprise. Finalement, on arrive au bout des treize épisodes de l'intrigue pour se dire : "Tout ça pour ça ?".
Donc non l'histoire de cette saison 7 n'a rien de palpitant, on sait pertinemment à l'avance que l'équipe retombera sur ses pieds, le voyage dans le temps n'apporte clairement rien à l'univers et cette dernière saison n'a même pas le mérite d'étoffer ne serait-ce qu'un peu le lore de la série.

Avant de revenir plus précisément sur l'épilogue de la série, il est quand même à noter quelques points positifs et notamment le soin qui est apporté dans la création des ambiances des différentes époques traversées. A ce niveau la série réussit son coup et on voyage véritablement dans le temps, d'autant plus que les différentes ambiances se renouvellent tous les deux ou trois épisodes. La série arrive encore à se rattacher à d'autres créations Marvel que cela soit l'utilisation du monde subatomique d'Ant-Man and The Wasp ou bien le retour du personnage de Sousa de la série Agent Carter. Cela fait plaisir au fan et reste plutôt bien amené et de manière fluide dans le déroulement de l'histoire. Enfin, comme pour les ambiances, les génériques se modifient en fonction de l'époque dans laquelle se déroule l'épisode : c'est bien pensé et bien réalisé. Au-delà de ces quelques éléments, peu de choses à sauver dans la série.

J'en viens à l'épilogue que je ne vais pas spoiler dans le fond, mais plutôt parler de la forme. C'était assez gênant à voir, clairement malaisant, et il faut bien le dire le néant de l'écriture et de la créativité. La série se termine après un panneau de texte indiquant "1 an plus tard" et par une réunion des personnages restant en cercle, façon Alcooliques Anonymes, et qui déroulent chacun leur tour un texte pour dire ce qu'ils deviennent et ce qu'ils font de leur vie. Tout cet épilogue est clairement très mal écrit, toute la scène sonne fausse et c'est vraiment indigne d'une production de cette taille. Il n'y a jamais vraiment l'impression qu'on est face à de véritable dialogues et interactions entre les personnages, on aurait pu très bien avoir un panneau de texte pour chacun des personnages que l'effet aurait été le même, sans le malaise visuel.

Quand on en vient aux personnages, le manque d'impact de cette saison est encore plus flagrant parce qu'aucun des protagonistes n'évolue au cours de cette saison. Deke, interprété par Jeff Ward (Manson's Lost Girls, Channel Zero : No-End House), est toujours aussi insupportable comme personnage. Comme dit les autres membres de l'équipe à savoir Coulson interprété par Clark Gregg (Avengers, Live By Night), Simmons interprétée par Elizabeth Henstridge (Bad Luck, Wolves at the Door), Mack interprété par Henry Simmons (NYPD Blue, Ravenswood) et Yoyo interprétée par Natalia Cordova-Buckley (Coco, Bates Motel) ne bougent pas en terme de personnalité et sont comme toujours bien interprétés par leurs acteurs respectifs. On tente vaguement de faire croire à une évolution de May interprétée par Ming-Na (Street Fighter, Stargate Universe) en lui donnant une faculté d'empathie pour qu'elle s'ouvre un peu. Sauf que cette évolution, elle existe déjà et c'était justement le propos des cinq premières saisons pour son personnage.
En revanche, le développement du personnage de Daisy incarnée par Chloe Bennet (Valley Girl, Nashville) est lui toujours désastreux dans le sens où dès qu'il y a un personnage masculin de nouveau dans la série, il va falloir à tout prix qu'il y est une intrigue amoureuse avec Daisy. Est-ce qu'il n'y a vraiment pas moyen de faire évoluer ce personnage autrement que par la mise en couple avec un homme ? Ne peut-elle pas s'accomplir seule ? C'est tout de même la quatrième romance en sept saisons, ce qui est clairement abusé.
Dans le cas de Daisy au moins l'actrice joue correctement son rôle, ce qui n'est clairement pas le cas du trio d'antagonistes de la seconde partie de la série interprétés par Thomas E. Sullivan, Dianne Doan (Warrior, Vikings) et James Paxton (Eyewitness). C'était très laborieux à chaque fois qu'ils apparaissaient à l'écran et vraiment horrible à voir. En plus de posséder une interprétation lamentable, leur écriture était digne de celle d'un enfant de sept ans qui découvre la littérature. Entre le vieux poncif de l'anarchiste qui veut juste le désordre qui devrait être interdit dans le règlement interne des scénaristes ou alors les prises de consciences de la part du personnage de Kora qui sont du niveau : "Tuer des gens en fait c'est pas très gentil", la souffrance intellectuelle était bien présente. La série a clairement offert de meilleurs antagonistes et ce trio est vraiment ce qui a été fait de pire dans les Agents du SHIELD.

Enfin, en terme d'effets spéciaux, c'est du bon tout au long de la saison. En même temps, on est dans des effets qui ont été vus et revus dans la série et cette saison ne possède vraiment pas de scènes un peu folle, ni même de plan vraiment marquant. Enfin musicalement, la sélection des morceaux des différentes époques est plutôt bonne et se marie bien aux épisodes, tout comme les remix réguliers de la musique du générique.

En conclusion, cette septième et dernière saison des Agents du SHIELD offre un dernier tour de route très peu agréable. La saison n'a aucun impact en terme de scénario, ni même sur ses personnages. Le spectateur n'est jamais impliqué dans l'histoire, la faute au voyage dans le temps, et la série se termine même sur un épilogue malaisant au possible. Le trio d'antagonistes de la deuxième partie de la saison est extrêmement mal écrit et mal interprété rendant la fin de la série insipide au possible. Heureusement que la retranscription des différentes époques rehausse un peu le niveau général. Clairement les Agents du SHIELD aurait dû s'arrêter à la cinquième saison qui offrait un véritable final satisfaisant à l'aventure. Cette rallonge de deux saisons aura offert un spectacle médiocre avec en prime pour la dernière saison, la pire de toute la série.

Ma critique de la première saison : http://lantredesopinions.over-blog.com/2017/03/les-agents-du-s.h.i.e.l.d.saison-1-une-excellente-serie-qui-complete-le-mcu.html

Ma critique de la deuxième saison : http://lantredesopinions.over-blog.com/2017/03/les-agents-du-shield-saison-2.html

Ma critique de la troisième saison : http://lantredesopinions.over-blog.com/2017/03/les-agents-du-shield-saison-3.html

Ma critique de la quatrième saison : http://lantredesopinions.over-blog.com/2017/06/les-agents-du-shield-saison-4-une-saison-avec-des-hauts-et-des-bas.html

Ma critique de la cinquième saison : http://lantredesopinions.over-blog.com/2018/06/les-agents-du-s.h.i.e.l.d.saison-5-une-presque-derniere-saison-qui-confirme-ses-promesses.html

Ma critique de la sixième saison : http://lantredesopinions.over-blog.com/2020/01/marvel-les-agents-du-s.h.i.e.l.d.saison-6-quand-l-appel-de-la-rentabilite-est-bien-trop-puissant.html

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 365 fois
2 apprécient

Autres actions de Philippe P. Marvel : Les Agents du S.H.I.E.L.D.