Entre bien et mal

Avis sur Orelsan : Montre jamais ça à personne

Avatar Nassim48
Critique publiée par le

Ce qui m'avait tout l'air d'être un goodies assez inintéressant pour groupies d'Orelsan s'avère au final être bien plus riche et intriguant que ce que les bandes annonces véhiculent.

Vendu par la comm massive sur les réseaux sociaux comme l'histoire d'une grande success story d'un jeune de province, la série prend le parti pris de retracer chronologiquement la biographie dès ses débuts et le succès inattendu d'Aurélien, un jeune homme dans la vingtaine perdu dans sa vie entre job alimentaire et rêves d'adolescent, ainsi que les galères et coups de bol qui ont parsemé son chemin.

Une construction somme toute assez banale mais qui se démarque par la brillante idée du réalisateur : Clément Contentin frère du rappeur et futur journaliste sportif, qui sur un coup de génie décide d'absolument tout filmer.
Par tout filmer j'entends l'intégralité des journées de son frère dans sa quête de réussir dans le monde de la musique. Allant des phases de composition ou d'écriture des paroles à des scènes du quotidien comme une journée au travail, son réveil pour aller travailler et même des parties de golf complètement barrées.
Cette grande idée traduit à merveille l'arrivé du numérique dans nos vie au début des année 2000 : Tout par d'un jeune adolescent très proche de son frère qui par le billet d'une caméra découvre la possibilité d'encrer ces instants et de partager avec n'importe qui les folles aventures et les moments de flottement et d'ennui qu'il vie avec son "idole" et ses potes.
De ce fait, les images recueillies ouvrent une fenêtre sur la province du début des années 2000 et dressent le portrait d'une jeunesse perdu d'avance sur tout les aspects de sa vie autant professionnels que sentimentales et son entrée progressive dans l'industrie musicale de l'époque. La puissance évocatrice de ces images filmées innocemment nous fait vivre ou revivre la réception du Rap en France et comment ce dernier ce définit puis évolue au fil des années.
Car Orelsan est loin d'être un rappeur anodin : Outsider de la scène rap, il réussie à s'imposer comme figure incontournable du rap français actuel tout en faisant parler de lui dans plein d'autres domaines allant parfois jusqu'à diviser l'opinion publique à l'échelle nationale.

Le documentaire devient donc bien plus qu'une simple énumération des étapes de la vie d'Orelsan mais une véritable capsule temporelle fascinante sur son parcours et sur la France de l'époque.

Cependant, une voix-off envahissante, des interviews inutiles (Squeezie..), des raccords aléatoires sur Orelsan en vacances (?) et une morale nauséabonde à base de rêve américain et de "On a cru en notre rêve et il s'est réalisé car tout est possible" rendent le visionnage lourd et peu agréable, en plus du désintérêt croissant au fur et à mesure que les images deviennent récentes et donc banales.

Une série à voir, du moins ses 3 premiers épisodes, pour la portée documentaire de ses images caméscopes limite historiques même si vous n'avez pas d'attaches particulières avec l'artiste.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 664 fois
3 apprécient · 1 n'apprécie pas

Autres actions de Nassim48 Orelsan : Montre jamais ça à personne