Où en est ma relation avec Dudu ?

Avis sur Pourquoi j'ai raison et vous avez tort

Avatar Alfred Tordu
Critique publiée par le

Cela fait presque 1 an maintenant que les émissions web sont "tolérées" sur le site et bizarrement l'une des premières à avoir été ajouté en toute légalité est aussi l'un des web-shows les plus détestés de YouTube : "Le Cinéma de Durendal". Dès son arrivé sur Sens Critique, une foule de membres ne supportant pas de voir quelqu'un affichait des opinions contraires à des vérités cinématographiques indiscutables; ne pouvant pas concevoir que Durendal jouait un personnage afin de rendre l'émission plus fun et percutante, l'assimilant instinctivement à un petit con et prétentieux et forcément inculte; ou n'ayant seulement visionné que ses pires vlogs pour lui cracher à la gueule et suivre bêtement le mouvement sans chercher à aller plus loin dans la découverte de son travail. Le Dudu-Bashing atteignit des proportions faramineuses, au point que n'importe quel troll mettant 1 et pondant une critique pour dire quel trou du cul il était, ramassé instantanément une flopée de likes. Ne supportant pas de voir l'un de mes youtubeurs préférés se faire autant traîner dans la boue, j'avais réagi en répondant directement à une critique qui recensait tous les arguments bateaux et clichés qu'on utilisés pour le critiquer, les démontant un à un et terminant sur une véritable lettre d'amour au cinéphile, où j'expliquais pourquoi j'avais autant d'affection pour lui et son concept. De ce fait, ce texte était plus une contre-attaque qu'une véritable critique objective sur sa chaîne.
De plus, Durendal a pas mal évolué en 1 an et certaines choses qu'il a faite depuis l'ont fait un peu baissé dans mon estime. Je me suis mis de plus en plus à me foutre de sa gueule, jusqu'à le parodier dans ma critique sur It Follows. De là, certains sont venus me reprocher de participer au Bashing autour de sa personne, devenant ainsi ce contre quoi je m'étais battu autrefois. Je me suis donc dis que le moment était venu de clarifier les choses, en apportant un avis plus objectif et nuancé sur le travail de Durendal.

Déjà pour les défauts que je n'avais pas évoqué dans ma précédente critique, je trouve que ses vlogs desservent complètement son image et sa crédibilité. Alors certes, je comprend que son objectif avec ce concept c'est de donner un avis rapide sans spoilers sur un film actuellement en salle, afin que le spectateur indécis puisse avoir une opinion critique pour l'aider dans son choix, de la même manière qu'un éclaireur le ferait pour un sens-critiqueur. Le soucis c'est que cette formule oblige Durendal a tout tourner en plan-séquence, immédiatement après avoir vu le film. Par conséquent non seulement il n'a pas le recul nécessaire pour étoffer son jugement; il n'a pas la possibilité de vérifier ses infos avant de les utiliser, ce qui amène à de nombreuses erreurs, approximations ou oublis récurrents; mais surtout il doit absolument parler continuellement pendant 15min sans pouvoir dynamiser ses paroles par un montage. Et là désolé, mais autant y'a des gens comme Aienkei qui ont suffisamment de répartie pour se permettre de faire des vidéos d'1h sans coupures, autant Durendal.....Il n'y arrive pas. C'est pas faute d'essayer, mais il n'arrive pas à parler de manière fluide et compréhensible, multipliant les bugs cérébraux, les hésitations, les silences, les lenteurs ou les arguments totalement incompréhensibles. Les vlogs ont donc énormément de défauts qui font passer dudu pour un amateur inculte et bête, alors que le gars vaut largement mieux que ça. Je pense que si il ne faisait que des vlogs sur des films dont il a envie de parler (et ne pas se forcer à disserter sur toutes les sorties récentes, même sur celles où il n'a clairement rien à dire), si il prenait le temps et le recul nécessaire pour réfléchir, au cas où il serait passer à côté d'éléments importants de l'oeuvre en question et si il faisait une vidéo beaucoup plus préparée ou voire même avec un texte pré-rédigé, on aurait droit à des critiques sans faute. Là, même si il a récemment un peu renouvelé la formule, moi je n'y vois aucune différence notable. Y'a un peu plus de montage, mais c'est toujours pas très fluide, lent, répétitif et pas toujours pertinent. Ce qui ne veut pas dire que Durendal dit toujours de la merde dans ses vlogs, loin de là ! Tous dépend du film abordé, mais le concept qu'il s'est imposé est si contraignant que, même lorsque sa pensée est intelligente, rien ne la rend réellement pertinente.

Ensuite l'état d'esprit de Dudu a un peu changer ces derniers temps. Lorsqu'il a débuté sa chaîne, il en avait marre d'entendre toujours les mêmes avis sur des films pour lesquels il avait une opinion radicalement différente de l'avis général. Ne supportant pas l'idée que quelqu'un puisse être rejeté en fonction de ses goûts cinématographiques, il pensait que chacun pouvait avoir le droit d'exprimer son point de vue, car personne ne détenait la vérité absolue et qu'il fallait juger quelqu'un selon son argumentation et pas selon ses préférences personnelles. Il a donc créer les PJREVAT dans l'optique de toujours allait contre l'avis général en défendant un film détesté ou en critiquant une oeuvre acclamée, le tout avec des arguments concrets, une analyse approfondie et une touche d'humour décalé. Il se créer un personnage inspiré de Doug Walker, c'est à dire un passionné de cinéma n'ayant pas sa langue dans sa poche et défendant toujours ses convictions de manière cash et provocatrice. Sauf que quand Doug descend des bousasses, aucun problème, mais lorsque dudu fait pareil avec des films aimés par une grande majorité de personne, forcément ça passe moins bien. Pourtant, le critique ne se considérait pas comme supérieur aux autres, n'adoptant ce ton que pour rendre son émission plus divertissante. Tous ce qu'il voulait, c'était partager son propre avis et montrer qu'on pouvait remettre en cause la qualité de n'importe quel film intouchable, tant qu'on ai de solides arguments pour pouvoir appuyer son opinion. Son émission n'appelait pas à la moralisation, mais au contraire à la tolérance, au débat d'idées, à l'ouverture d'esprit et à la fin des consensus. Ayant moi même des goûts assez différents de la masse, j'ai parfaitement adhérer au message de Durendal, je trouvais le concept de son émission vraiment original et d'une qualité technique et analytique indiscutable. Malheureusement, les intentions de Durendal ne sont désormais plus les mêmes.

Comme l'a si justement souligné Misterfox, Durendal au cours de son année d'études en cinéma, a acquit la prétention de pouvoir faire la différence entre ce qui est objectivement bon et ce qui ne l'est pas. Profitant ainsi de sa chaîne pour répandre la bonne parole et rétablir la vérité dans le monde cinématographique. Vous croyez que j'exagère ? Jugez-en par vous même https://youtu.be/jVhhdWr3-EM?t=4m55s Alors oui, sa nouvelle façon de voir les choses est pas conne du tout, mais elle me semble tout de même bien utopique. Comme il le dit lui même, un film est une oeuvre d'art jouant sur le ressenti émotionnel de chacun. C'est la base de tous et c'est pour ça que c'est un art qui divise autant ses passionnés. Car chaque personne verra dans un film des qualités et des défauts selon sa capacité analytique, mais surtout selon son propre ressenti par rapport à l'oeuvre. Personne ne peut être objectif à 100% devant un film ! On regarde pas un film en disséquant tous les bons ingrédients que l'auteur y a mit, on le regarde en se laissant porter par l'oeuvre et on voit les émotions qu'il procure sur nous. Par conséquent, tout analyse qu'on pourra en tirer sera forcément influencer par notre ressenti personnel. On ne peut pas faire abstraction de ses sentiments pour juger un film dont le but est justement de te faire ressentir des choses.
Durendal renonce donc a n'être qu'un critique parmi tant d'autres, pour s'imposer comme un messi, dont la quête serait de remettre à leur place des films objectivement bon ou mauvais. En d'autres termes, lui qui souhaitait s'opposer au consensus provoqué à cause d'un point de vue qui s'impose dans l’inconscient collectif pour dicter le goût des gens, à finit par devenir ce contre quoi il se battait auparavant.

De plus, Mr Super-objectif, perd toute crédibilité lorsqu'il se met à chialer D'ADMIRATION devant "Lucy", à expliquer que seules les intentions ambitieuses de "My Movie Project" devraient justifier la nullité du film, à porter en louage l'ingénieuse mise en scène de Michael Bay et ses cadrages artistiquement justifiés, à dire que Les Gazelles, 20 ans d'écart et Fiston sont des comédies jeunes et originales qui participent au renouveau du cinéma français ou lorsqu'il m'envoi chier quand j'ose remettre en cause son hypothèse selon laquelle "Jupiter Ascending" serait "volontairement raté". Je ne dis pas que Durendal a tort d'aimer ces films, je dis simplement que ses arguments sont complètement foireux et pour le coup pas du tout objectifs. Parfois même d'une mauvaise fois hallucinante comme lorsqu'il martèle que la fidélité à l'oeuvre originale n'est pas importante dans une adaptation pour ensuite chouiner pendant des heures sur les modifs dans "Resident Evil" ou La Machine à remonter dans le temps, ou lorsqu'il dit ne pas aimer "Kingsman" parce que c'est un divertissement au scénario con pour gamins et qu'il 'a passer l'âge, alors qu'il kiffe "Transformers" avec un scénar débile et premier degré où là ça ne le gêne pas de complètement éteindre son cerveau pour profiter de la superbe réal du prodigieux Michael Bay.

Mais le pire, c'est quand il nous fait ses crises de paranos totalement exagérées. Le mec a quand même trouvé de l'homophobie dans le Tarzan de 2014 ! Et c'est pas comme si il avait juste traité ça comme une petite maladresse du réalisateur ou quoi, non non il s'exprime sur ça pendant au moins 20min ! 20 PUTAIN DE MINUTES à répéter en boucle la gravité de ce genre de messages et les conséquences terribles qu'il pourrait y avoir sur la jeunesse. Mais c'est hallucinant !!! Et puis quand il passe 30min à t'expliquer en quoi "Ma toute première fois" est une comédie profondément anti-gay mais là c'est le festival de conneries. Tu sens que le mec a l'esprit mal placé mais à un point inimaginable. Soit il bosse pour le lobby gay, soit il est victime de sa nouvelle philosophie, puisqu'en essayant de voir tous les éléments du film dans un soucis d'objectivité absolue, il finit par surinterpréter en voyant des insinuations racistes ou des messages à la con là où il n'y en a clairement pas.

Cependant, malgré tous les points négatifs que je viens d'énumérer, vous constaterez que ma note pour ses PJREVAT est toujours aussi élevée. Non je ne suis pas schizophrène, je continue juste malgré tous à kiffer cette chronique comme au premier jour. Certes, certains arguments de Durendal sont tous aussi discutables que dans ses vlogs, mais là au moins il apporte toujours une analyse beaucoup plus construite que lorsqu'il est en plan-séquence. D'une qualité technique irréprochable (ça se voit que le gars a 13 ans d'expérience derrière lui), il sait aussi très bien rédiger ses arguments, employant toujours un vocabulaire riche, approprié et compréhensible et entrecoupant le tout avec de jolies transitions. Ce n'est pas parce qu'il n'a pas les mêmes goûts ou les mêmes références que tous le monde, qu'il ne faut pas le prendre au sérieux. Il n'a peut-être pas une grande connaissance cinématographique mais son savoir faire technique est incontestable et se révèle lui être très utile pour certaines de ses analyses, comme lors de sa rétro sur Hazanavicius. De plus le cinéma c'est comme la philo, on a pas besoin d'avoir une grosse culture sur le sujet pour briller, il suffit simplement d'avoir l'esprit critique et d'utiliser les bonnes références au bon moment. Même si le but de Dudu a changé, je continue de voir PJREVAT comme une possibilité d'avoir un autre point de vue sur des œuvres pour lesquelles on redit toujours la même chose, un point de vue différent, exprimé avec talent par un cinéphile dont j'apprécie la personnalité et avec lequel je m'identifie. C'est pour cela que son émission reste ma préférée sur Youtube et si vous n'êtes pas d'accord matez vous son excellente rétro sur les Wachowski et vous constaterez par vous même que j'ai raison et que vous avez tort.

Donc en définitif, je ne me suis pas mis à détester Durendal. Je suis toujours aussi fan de son travail, j'admire toujours la qualité de ses émissions longues et j'espère toujours pouvoir le rencontrer en convention, dans le métro ou à la table d'un Quick. Toute fois, je ne suis pas un fan aveugle et je sais me rendre compte de ses défauts plus qu'évident, ne m'interdisant pas de m'en moquer ou de les critiquer. C'est pas parce que je dis du mal de mon youtubeur préféré que je ne le soutiens plus. J'ai quand même le droit de me moquer de mon propre prophète quand même !
Ses analyses ne sont pas dénuées d’intérêts, même dans ses vlogs. Ce qu'il faut juste faire, c'est ne pas gober tous ce qu'il dit mais y réfléchir. Oui il lui arrive de dire de la merde, souvent. Mais il lui arrive aussi de dire des trucs supers intéressants, souvent. Faut pas de suite le catégoriser comme un déchet parce qu'il pleure devant "Lucy". Il est très important d'avoir une vision d’ensemble de son travail, y'a du bon comme du moins bon sur sa chaîne. Mais si vous avez la curiosité d’exploiter l'étendu de son répertoire, vous tomberez peut-être sur des trucs qui en valent vraiment la peine.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 2515 fois
66 apprécient · 15 n'apprécient pas

Alfred Tordu a ajouté cette websérie à 2 listes Pourquoi j'ai raison et vous avez tort

Autres actions de Alfred Tordu Pourquoi j'ai raison et vous avez tort