👉 20 mai : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

La maison comme l'homme peut devenir cadavre. Il suffit qu'une superstition la tue.

Une maison est finalement semblable à un corps humain : une peau, des veines, des os, des yeux. et un coeur qui bat au rythme de celui de ses habitants.

Le coeur de Hill House est noir. Ses battements lents mais entêtants. Son sang riche et visqueux des esprits qui le nourrit. Le coeur de Hill House n'en est peut être pas un. Mais plutôt un estomac en plein processus constant de digestion.

Hill House est une maison assassinée. Une maison dont les tourments résonnent dans le temps et dans l'esprit de ceux qui en franchissent le seuil. Une demeure qui offre un havre de paix pour chacun, en forme de retraite, pour mieux s'insinuer, pour mieux se nourrir des fêlures et des fragilités d'une famille dont chaque membre s'avère sous influence.

Des influences en forme de terreur, d'obsessions, de cauchemars et de visions de terreur. Leurs ombres traversent un traumatisme familial intense, encore vif, dont le drama captivant constitue le coeur de la mini série qui, en presque dix heures, tisse une histoire de ténèbres au rythme tranquille et placide. Loin des procédés de l'horreur moderne qui prend immédiatement à la gorge ou qui choque dans la violence graphique mise en scène.

The Haunting of Hill House prend donc son temps pour installer son atmosphère lugubre et mortifère, pour laisser grandir le mystère qu'abrite la demeure, à l'image de cette étrange chambre rouge qu'aucune clé ne semble pouvoir ouvrir. Pour laisser entrer la folie de manière insidieuse, en suggérer la source et ce qui conduit de manière inéluctable au drame frappant la famille.

Les décors sont superbes, mis en lumière par une photographie fine et altière, tandis que les mouvements de caméra, lents, posés, élégants, participent au pouvoir de fascination que peut susciter la peur, celui qui pousse dans un réflexe à lever les mains pour se cacher les yeux, avant de lentement écarter les doigts pour quand même voir ce qui se passe à l'écran. Consacrant l'approche psychologique adoptée par Mike Flanagan, soutenue par une galerie de personnages auxquels on ne peut que s'attacher. Complexes, fragiles, profondément humains, ils s'aiment sans pouvoir cependant le dire, en cédant néanmoins aux compromissions et petites lâchetés. Ils s'aiment et pourtant se font mal et se malmènent. animés de rancoeurs, de non-dits, d'un certain refoulement ou d'une hyper sensibilité.

Chaque membre de la famille incarne une façon de survivre à l'horreur, de digérer le traumatisme et les secrets suintants. Dans une série qui reprend nombre d'aspects du Mike Flanagan de Oculus, Ouija : Les Origines, Jessie, ou encore de Stephen King. Un creuset qui a préparé le formidable Doctor Sleep, comme si The Haunting of Hill House avait été utilisé comme répétition générale et terrain d'expérimentation de la fusion entre l'idée kubrickienne de l'horreur et de l'écriture du king du Maine, tant ce retour à la maison se montre aussi intense.

La poésie sombre de Hill House envoûte, sa belle histoire de maison hantée ensorcelle, tandis que le portrait de toutes ces petites choses animant l'esprit de famille touche de plein fouet l'humain. Au point de pouvoir résumer la série avec ces quelques mots :

« Cette maison est étrange. Ses ombres mentent. Dîtes, expliquez-moi pourquoi sa serrure correspond-elle à ma clé ? »

Behind_the_Mask, home sweet home.

Behind_the_Mask
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 2 ans

19 j'aime

17 commentaires

The Haunting of Hill House
EricDebarnot
9

Six Feet Under

Que Netflix ait pu produire "The Hauting of Hill House", soit l'une des plus belles choses que la Série TV moderne nous ait offert au cours de la décennie, est sans nul doute un sujet...

Lire la critique

il y a 3 ans

94 j'aime

33

The Haunting of Hill House
VulcaseArkolax
6

Dénouement fatal

Après 9 épisodes mesurés, lents, parfois énigmatiques, perfusés de techniques éprouvées issues du Manuel Cinématographique de la Maison Hantée, c'est la catastrophe. Pendant 9 épisodes, j'ai...

Lire la critique

il y a 3 ans

39 j'aime

2

The Haunting of Hill House
CineSerie
9

Une tragédie familiale sur fond d’horreur

The Haunting of Hill House vise un statut plus haut que celui de la petite série tendance qui va vous faire frissonner en cette période d’Halloween. Elle en est capable, la question n’est pas là,...

Lire la critique

il y a 3 ans

27 j'aime

3

Avengers : Infinity War
Behind_the_Mask
10

On s'était dit rendez vous dans dix ans...

Le succès tient à peu de choses, parfois. C'était il y a dix ans. Un réalisateur et un acteur charismatique, dont les traits ont servi de support dans les pages Marvel en version Ultimates. Un...

Lire la critique

il y a 4 ans

197 j'aime

54

Star Wars - Les Derniers Jedi
Behind_the_Mask
7

Mauvaise foi nocturne

˗ Dis Luke ! ˗ ... ˗ Hé ! Luke... ˗ ... ˗ Dis Luke, c'est quoi la Force ? ˗ TA GUEULE ! Laisse-moi tranquille ! ˗ Mais... Mais... Luke, je suis ton padawan ? ˗ Pfff... La Force. Vous commencez...

Lire la critique

il y a 4 ans

184 j'aime

37

Logan
Behind_the_Mask
8
Logan

Le vieil homme et l'enfant

Le corps ne suit plus. Il est haletant, en souffrance, cassé. Il reste parfois assommé, fourbu, sous les coups de ses adversaires. Chaque geste lui coûte et semble de plus en plus lourd. Ses plaies,...

Lire la critique

il y a 5 ans

171 j'aime

23