Bain d'émotions

Avis sur The Leftovers

Avatar kochfo
Critique publiée par le

Mince, la série que j'ai mis en tête de mon top 10 série n'est que 53ème au global !
Comment faire partager l'attrait pour cette série ? Elle est belle, d'abord. La manière dont elle s'adresse aux sens est assez superbe. Visuellement, les images qu'elle montre, que ce soit les personnages (ou plutôt le jeu des acteurs), la photographie, les cadrages, les plans... sont vraiment léchées (pas esthétisantes, justes bien pensées et bien réalisées). Auditivement, la bande-son est parfaite.

De fait, la mobilisation des sens étant acquise d'une manière quasi-hypnotique, les réalisateurs parviennent à capter ou transmettre ce qu'il faut pour toucher les émotions. C'est la série la plus "émotionnelle" que je connaisse. Mais tout en finesse, pas dans le pathos, le gore, l'horripilant où je ne sais quel artifice, juste l'émotion. Les dialogues sont extrêmement précis et ciselés et les acteurs les tiennent avec beaucoup de justesse (en VO s'entend, je n'ai pas vu de VF), et les silences sont encore plus (ou justement à cause de l'impact des dialogues) touchants et prenants.

Certes, il y a un scénario un peu étrange, déroutant, mais totalement crédible grâce à la qualité de la réalisation et du jeu. En fait, je ne sais pas si c'est la réalisation qui légitime le scénario ou si c'est l'inverse, je dirais que les deux sont parfaitement complémentaires et que chaque épisode est une parenthèse envoutante où on peut se lâcher émotionnellement, pas comme une catharis ou une soupape, mais comme un vrai moment de plaisir, jouir gratuitement des émotions qui nous traversent, sans effets secondaires désagréables.

J'ai lu quelque part que la série (ou le roman qui l'inspire) faisait écho à la sidération qui avait saisi les étasuniens après le 11 septembre 2001. Le personnage (remarquablement) joué par Justin Théroux est particulièrement touchant par son inaptitude totale à faire face à la folie qui l'entoure et le menace. Lui, le policier qui s'appuie sur le contrôle et le respect de règles et des lois est complètement désarmé face à la folie du monde et du moment (2% de la population qui disparait du jour au lendemain, sans rime ni raison) et face à sa propre folie qui le guette, héritée de son père. Ce père, personnage peu présent mais qui semble, lui, avoir trouvé dans sa folie une certaine stabilité et presque un refuge. C'est le fil conducteur de la série, cette quête du refuge face à l'incompréhensible, évidemment dans les religions, les sectes (et contre-sectes), les prédicateurs messianiques, la "ville-miracle" mais aussi dans ces efforts désespérés du couple joué par Justin Théroux et Carrie Coon à reconstituer une sorte de noyau familial, illusion d'une inaccessible normalité.

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 472 fois
2 apprécient

kochfo a ajouté cette série à 2 listes The Leftovers

Autres actions de kochfo The Leftovers