A la TV, le samedi la nécrophilie c'est pas permis.

Avis sur Under the Dome

Avatar wasabi
Critique publiée par le

Au début c'est très intrigant, on a envie d'en savoir plus sur la raison de tout ça et ça se laisse regarder au moins la première saison, la deuxième est pénible et la troisième du gros n'importe quoi.

Dès le premier épisode de la saison 2 on sent que ça va partir en couille grave. Deux des actrices principales se font liquider (Angie et Linda), la jolie blonde et la jolie brune latino, ne reste plus que la jolie rousse, elles sont tout de suite remplacées par deux nouvelles une brune et une brune d'une autre minorité (l'amnésique et la prof) toutes deux fort jolies. Bref acteurs fuyant la série, respect du sex appeal et du quota minorité. Là je me suis dit que si le moteur de la saison 2 était des cases à cocher, ça n'allait pas bien loin et effectivement on recycle des thématiques classiques (l'amnésique, la morte pas morte, la famille au secret caché, l'hypothermie façon abyss...) sans répondre aux questions que le pitch soulevait.

Fondamentalement, ce genre de série était vouée à l'échec. Car ce type d'histoire où on veut savoir d'où vient le dôme n'a de sens que dans un film, dans une série soit elle marche et on retardera le plus possible les réponses, soit elle ne marche pas et on bouclera la question trop vite, donc une réponse pertinente et intelligemment amenée est impossible.

Du coup j'ai eu envie de lire le livre de S King. Et là c'est la douche froide. L'adaptation ne respecte pas grand chose. Les personnages n'ont rien à voir si ce n'est quelques éléments superficiels. Et surtout ça expose de gros problèmes de l'adaptation.
Les militaires tout le monde s'en fout dans la série, ils n'essayent même pas de prendre contact sérieusement avec les gens à l'intérieur si ce n'est pour une journée de visite. Alors qu’évidemment ça ne serait pas le cas IRL comme dans le livre.
Le dôme est étanche à l'air, à l'eau, au son, aux communications électriques et ne laisse passer que la lumière dans la série. Dans le livre il laisse tout ça passer au moins partiellement. Du coup dans la série on se demande pourquoi ils n'ont pas mis un système infrarouge pour communiquer avec l'extérieur.
On ne ressent pas le caractère de Big Jim et son emprise sur la ville comme dans le livre. Dans la série on se dit que c'est un mec qui profite de l'occasion, alors que dans le livre on explique que c'est le Kayser Sause du coin.
Pareil pour Barbie qui là est une espèce de barbouze reconvertie dans la récupération de fonds et meurtrier à ses heures perdues qu'on transforme en héros alors qu'IRL on n'aurait pas fait confiance à ce genre de gars. Dans le livre c'est un vétéran d'Irak devenu cuistot et qui essaye de fuir la ville car il est pris pour cible par la puissante famille Rennie.
En fait de façon plus générale on a adoucit les personnages mauvais (Big Jim Rennie, Junior Rennie qui est quand même serial killer et nécrophile, Phil Bushey, Sam Verdreaux....) et rendu plus ambiguë les personnages positifs (Barbie, Linda, Julia, Rose...) voire carrément ils n'existent pas (1er conseiller Sanders, Rusty, Brenda Perkins, Rommie Burpee...). En faisant ça on perd leurs motivations.
Le livre se passe dans le Maine, comme souvent chez King, et le Maine c'est blanc à plus de 95% alors dans une petite ville c'est encore plus. Or dans la série on nous colle des quotas de partout, la prof est noire, le mec de la radio aussi, une des deux mères lesbiennes aussi, la fille de la radio est indienne comme le pote de Joe, il y a des lesbiennes, la flic est latino... Et les hommes blancs sont tous des connards à un moment ou un autre, à part Joe, et encore il profite de l'occasion d'embrasser les deux filles en même temps dans la saison 2. Bref la propagande classique.
Le livre est beaucoup plus violent. Il y a plein de morts, des viols en groupe, des agressions, de la nécrophilie, des incendies criminels... L'histoire de Little Walter Bushey et de ses parents est quand même terrible. Ou celle d'Ollie Dinsmore.
Dans le livre il y a une grosse, très grosse critique, des politiciens, des religieux intégristes, des républicains, des white trash sans éducation, de la drogue qui est devenu un des piliers de la société pour les laissés pour compte de l'american dream... De l'écologie dans la société actuelle -un petit écosystème clos dans lequel l'homme détruit sa société en une semaine-, dans sa cruauté face aux faibles... Dans la série c'est une critique de l'homme blanc.
Ces histoires de papillons, de dôme qui parle et d'oeuf, du coup...

Et vous, avez-vous apprécié la critique ?
Critique lue 171 fois
Aucun vote pour le moment

Autres actions de wasabi Under the Dome