👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Bon... On ne va pas se le cacher, ça faisait envie. Une série de science-fiction française produite par ARTE avec Yvan Attal, Garance Marillier et Niels Schneider, le tout réalisé par Thomas Cailley.

Malheureusement, la série n'a pas été à la hauteur de mes attentes. Le problème principal est l’absence totale de subtilité dans le scénario et les dialogues. Tout transpire la série française à la Julie Lescaux, et quel dommage... La direction d'acteur est en demie teinte : Attal n'est bon que dans ses scènes intenses tandis que Marillier est fausse dans son personnage pourtant intéressant d'adolescente perdue dans un monde défait de la mort. Dans les trois premiers épisodes, la direction artistique semble elle même absente, ou du moins ailleurs. Tout semble formaté pour attirer le grand public, ce qui se comprend mais empêche une forme de transe à arriver dans la série. Par exemple, la scène où le personnage de Krista prend de la MHD et part dans une hallucination psychédélique reste très simple et sans prise de risque. L'image reste grise, le personnage interprété par Garance Marillier court sur un fond peu inspiré... Une sorte d'Enter The Void sans la substance. Heureusement, la musique originale est excellente. De l'électro entre Justice et Vangelis, une proposition qui marche et qui donne un rythme à la série.

C'est lorsque Thomas Cailley et Sébastien Mounier s'intéressent à leurs personnages qu'ils sont le plus justes. Les deux derniers épisodes sont beaucoup plus dans un genre chorale, où les personnages s’emmêlent dans l'histoire pour former un tout cohérent. L'épisode 5 est le plus réussi selon moi, on s'intéresse à un seul personnage et on suit son évolution psychologique. L'épisode 6 est l'apothéose : enfin une pure scène où la forme se déchaîne pour exprimer son fond, de la science fiction pertinente ! Non pas que la partie philosophique de la série ne m'intéresse pas, mais elle est selon moi extrêmement mal traitée : tout est dit, rien n'est subtil. Les dialogues sont informatifs et ont un travail extrêmement premier degré.

La thématique la plus intéressante est pour moi la place de la jeunesse dans un monde en changement. Le personnage de Krista est perdu, celui de Virgile aussi, et ils essayent de combler ce vide avec le mysticisme. Toutefois, ce message est transmis à gros sabots, sans détour, sans prendre son temps : comme ce train qui ne s'arrête pas.

J'espère au moins que la saison 1 permettra une saison 2 plus ouverte et sans chaînes d'un genre attitré. Donnez-nous une proposition osée, prenez des risques, ne restez pas dans un entre-deux rempli de compromis.

Entre la vie et la mort

Nazaru
5
Écrit par

il y a 3 ans

12 j'aime

4 commentaires

Ad Vitam
Julien_Hachibi
7
Ad Vitam

Ad Vitam æternam

( Cette critique se base sur les 2 premiers épisodes, elle évoluera après visionnage de l'intégralité de la série. Bien que je peux comprendre le désintérêt et/ou la consternation que suscite ce...

Lire la critique

il y a 3 ans

20 j'aime

14

Ad Vitam
bébertnanos
4
Ad Vitam

Un peu gros cul

2 premiers épisodes vus il y a 2 semaines, à l'occasion d'une cinexpérience séries. La première impression que j'en ai tirée a été celle de m'être pris un parpaing d'explications superflues dans la...

Lire la critique

il y a 3 ans

12 j'aime

2

Ad Vitam
Nazaru
5
Ad Vitam

Entre la vie et la mort

Bon... On ne va pas se le cacher, ça faisait envie. Une série de science-fiction française produite par ARTE avec Yvan Attal, Garance Marillier et Niels Schneider, le tout réalisé par Thomas...

Lire la critique

il y a 3 ans

12 j'aime

4

Ad Vitam
Nazaru
5
Ad Vitam

Entre la vie et la mort

Bon... On ne va pas se le cacher, ça faisait envie. Une série de science-fiction française produite par ARTE avec Yvan Attal, Garance Marillier et Niels Schneider, le tout réalisé par Thomas...

Lire la critique

il y a 3 ans

12 j'aime

4

This Is Not A Love Story
Nazaru
9

Un feel good movie pas comme les autres

This Is Not A Love Story pourrait s'apparenter à un film nian-nian, pour ados et totalement dénué de sens. Une sorte de Nos Étoiles Contraires 2. Pourtant, ce film se détache totalement de ce qu'on...

Lire la critique

il y a 6 ans

7 j'aime

Prédateur
Nazaru
10
Prédateur

LE LION, LA BLONDE ET L'HANDICAPÉ

Déjà c'est à Amsterdam donc c'est une valeur sûre. Ensuite, un lion qui ouvre des portes. Qui prépare des pièges avec ses grosses patounnes. Ce film est un chef d'œuvre du septième art méconnu. Il...

Lire la critique

il y a 4 ans

6 j'aime

2