( Cette critique se base sur les 2 premiers épisodes, elle évoluera après visionnage de l'intégralité de la série.
Bien que je peux comprendre le désintérêt et/ou la consternation que suscite ce genre de critique, l'envie naissante est surtout de mettre en avant une production française présentant des qualités rares. Le premier pas est d'en parler autour de nous. )


L'espèce humaine s'interpose entre deux points. Celui de la naissance et de la mort. 2070, Nous avons trouvé le moyen de fuir la mort, nos corps peuvent se régénérer via des cuves curatives. La majorité passe ainsi à 30 ans, âge où l'on choisit son destin : Régénérer son corps, ou le laisser vieillir. Darius, flic de 119 ans, cherche un moyen de lutter face à une dérive sectaire voulant mettre un terme à une société égoïste et corrompue. Il va devoir collaborer avec Christa, une jeune fille révoltée, partagée entre l'envie de vivre et mourir.


Conflits religieux, transhumanisme, conservation de la jeunesse, pérennité des souvenirs...Des sujets à la fois dangereux à traiter mais tout aussi intéressants.


Au-delà d'un scénario prometteur, nous sommes sublimés par les décors, les couleurs, la lumière, la musique et j'en passe... Avec un budget de 6 millions d'euros, on nous projette avec conviction dans une dystopie ne paraissant pas aussi loin de notre époque... La lutte contre la mort, nous le savons, c'est la prochaine grande étape de la science ( avec l'IA). AD VITAM nous met face à cette idée dévoilant à la fois ses avantages ( jeunesse, vie éternelle, corps sain ) et ses inconvénients ( dépendance, surpopulation, problèmes éthiques... ).
Avec 6 épisodes de prévu, on nous expédie rapidement dans l'univers, sans nous narguer pour autant. En deux épisodes nous connaissons déjà les enjeux de chaque personnage et une base de la relation de chacun avec ceux qui les entourent. Leur passé dévoilera sûrement peu à peu leur état psychologiques ainsi que leurs intentions.


Entre une Garance Marillier désemparée et un Yvan Attal blasé, leurs valeurs morales contrastent davantage le conflit jeunesse/adulte. On ressent à la fois la peur d'une jeune femme qui n'a pas vécu son adolescence mais aussi celle d'un homme qui craint de redevenir père. Leur crainte amène un certain détachement qui pointe du doigt le confit générationnel entre les adultes qui vivent égoïstement en privant les jeunes d'un avenir, face à des adolescents en quête de liberté et d'indépendance.


LES 6 ÉPISODES SERONT DIFFUSÉS PAR GROUPE DE DEUX LE 8, 15 ET 22 NOVEMBRE 2018 SUR ARTE !


Je remercie à la fois sens critique pour l'opportunité de nous avoir fait découvrir les deux premiers épisodes de la série, ainsi qu'à ARTE et à la production d'avoir pu permettre la création du projet.
Au-delà du succès et des critiques élogieuses de cette série, espérons voir davantage de projets émergent de cette même racine que l'on nomme le genre.


Croyons au genre, croyons à la diversité, croyons aux productions françaises !


Rendez-vous le 8 Novembre !

Julien_Hachibi
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

Le 23 octobre 2018

20 j'aime

14 commentaires

Ad Vitam
Julien_Hachibi
7
Ad Vitam

Ad Vitam æternam

( Cette critique se base sur les 2 premiers épisodes, elle évoluera après visionnage de l'intégralité de la série. Bien que je peux comprendre le désintérêt et/ou la consternation que suscite ce...

Lire la critique

il y a 4 ans

20 j'aime

14

Ad Vitam
bébertnanos
4
Ad Vitam

Un peu gros cul

2 premiers épisodes vus il y a 2 semaines, à l'occasion d'une cinexpérience séries. La première impression que j'en ai tirée a été celle de m'être pris un parpaing d'explications superflues dans la...

Lire la critique

il y a 4 ans

12 j'aime

2

Ad Vitam
Nazaru
5
Ad Vitam

Entre la vie et la mort

Bon... On ne va pas se le cacher, ça faisait envie. Une série de science-fiction française produite par ARTE avec Yvan Attal, Garance Marillier et Niels Schneider, le tout réalisé par Thomas...

Lire la critique

il y a 4 ans

12 j'aime

4

The Neon Demon
Julien_Hachibi
7

Orgueil et...préjudice

The Neon Demon est un véritable gâchis puisqu'il aurait pu être déjà considéré comme un des meilleurs films de l'année. Le film s'inscrit dans la contre-culture ce qui va en faire rougir certains...

Lire la critique

il y a 6 ans

4 j'aime

Grave
Julien_Hachibi
9
Grave

œil pour œil...doigt pour doigt

Je me sens un peu honteux de faire une critique de ce film que maintenant, alors que cela fait 2 semaines que je crie au génie. Mais vu que le genre cinématographique qu'il représente ne correspond...

Lire la critique

il y a 5 ans

2 j'aime

ReLIFE
Julien_Hachibi
7
ReLIFE

L'homme qui valait 1000 yens

Je voulais simplement manger en regardant n'importe quoi. Je suis donc allé sur crunchyroll et j'ai lancé un anime au hasard... je ne l'ai pas lâché jusqu'au matin du lendemain. Résumé : Kaizaki...

Lire la critique

il y a 6 ans

2 j'aime

3