👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

2 premiers épisodes vus il y a 2 semaines, à l'occasion d'une cinexpérience séries. La première impression que j'en ai tirée a été celle de m'être pris un parpaing d'explications superflues dans la gueule ; et après vu les 4 suivants, le moins qu'on puisse dire, c'est qu'Ad Vitam n'est pas particulièrement subtil.

C'est d'ailleurs d'autant plus dommage que cela passe beaucoup trop souvent par des dialogues écrits à la truelle, qui évoquent presque PBLV dans leur manque de naturel. Je me suis dit que c'était peut-être un parti pris artistique (style façon d'exprimer la froideur du monde dépeint), mais c'est plus probablement un défaut d'écriture, qui influence d'ailleurs très négativement les performances des acteurs/actrices, pourtant compétents (sauf Attal, qui, bon, voilà). J'avais beaucoup aimé G. Marillier dans Grave, mais j'ai eu du mal à l'apprécier ici, entre les clichés délivrés dans un faux rythme et le jeu par les sourcils. A sa décharge, le personnage de Christa est assez plat en soi, et n'est intéressant que dans la comparaison :

kéblo dans un asile pendant 10 ans = retard dans l'évolution psychologique, blocage à un stade assez enfantin (ce qui d'ailleurs m'a fait me poser quelques questions au moment de la scène post assassinat de Léonard, puisque ce serait donc presque une gamine dont le premier réflexe post traumatique serait de coucher avec un gars, m'enfin bon, on va juste supposer qu'ils pouvaient baiser librement dans l'asile), ce qui ne contraste étonnamment pas avec le reste des mineurs libres -> société qui marche au ralenti avec préservation de l'immaturité comme principe de délimitation entre mineurs/majeurs et donc comme principe de fonctionnement.
Autre lieu de comparaison : parallèle avec Virgile (n'arrivent pas à se suicider à plusieurs reprises, culpabilité et projection de culpabilité avec pour achèvement le meurtre de l'un par l'autre, façon aussi de tuer l'image de ce que l'on est).


Au-delà de ces défauts malheureusement évidents, il faut reconnaître à la série de réelles qualités : photographie intéressante, univers riche (et dont plusieurs angles, évoqués en passant, pourraient d'ailleurs être explorés), quelques traits d'humour qui fonctionnent parmi ceux plus nombreux qui tombent à côté, bonne direction. J'aurais pu y ajouter les thèmes philosophiques abordés, mais encore une fois, cela se fait trop souvent par des (mauvais) dialogues.

Finalement, ma note reflète surtout une relative déception face à une oeuvre qui aurait pu être bien mieux foutue (d'autant plus qu'il y a clairement le budget). J'espère toutefois que la série aura du succès, au moins pour encourager ce genre d'initiatives.

bébertnanos
4
Écrit par

il y a 3 ans

12 j'aime

2 commentaires

Ad Vitam
Julien_Hachibi
7
Ad Vitam

Ad Vitam æternam

( Cette critique se base sur les 2 premiers épisodes, elle évoluera après visionnage de l'intégralité de la série. Bien que je peux comprendre le désintérêt et/ou la consternation que suscite ce...

Lire la critique

il y a 3 ans

20 j'aime

14

Ad Vitam
bébertnanos
4
Ad Vitam

Un peu gros cul

2 premiers épisodes vus il y a 2 semaines, à l'occasion d'une cinexpérience séries. La première impression que j'en ai tirée a été celle de m'être pris un parpaing d'explications superflues dans la...

Lire la critique

il y a 3 ans

12 j'aime

2

Ad Vitam
Nazaru
5
Ad Vitam

Entre la vie et la mort

Bon... On ne va pas se le cacher, ça faisait envie. Une série de science-fiction française produite par ARTE avec Yvan Attal, Garance Marillier et Niels Schneider, le tout réalisé par Thomas...

Lire la critique

il y a 3 ans

12 j'aime

4

Une sirène à Paris
bébertnanos
3

Critique de Une sirène à Paris par bébertnanos

Partant du principe que c'est un conte poétique tout ça, on peut excuser la lourdeur de la présentation des thèmes, le manque de profondeur ou de logique interne des personnages, le culcul général...

Lire la critique

il y a 2 ans

10 j'aime

2

Leaving Las Vegas
bébertnanos
3

Regardez plutôt Showgirls

Leaving Las Vegas fait l'économie de toute forme de subtilité, de la direction d'acteurs aux dialogues, en passant par la bande son et le montage. C'est un bon exemple de la rapidité à laquelle...

Lire la critique

il y a 19 jours

5 j'aime

Babylon Berlin
bébertnanos
6

Avant la chute

Babylon Berlin a pour théâtre une période très particulière dans l'histoire de l'Allemagne, et de l'histoire tout court : après la guerre, avant la guerre, Weimar menacée de toutes parts, on fait la...

Lire la critique

il y a 25 jours

4 j'aime