Comme sûrement beaucoup d'autres, j'ai regardé cet anime à cause d'Elfen Lied. Du fait de leur même parenté, je m'attendais à quelque chose d'aussi intense, d'aussi sombre que de son prédécesseur.
Brynhildr in the Darkness est la pire copie possible de son grand frère. L'auteur a repris presque trait pour trait le scénario : un labo qui fait des expériences sur des jeunes filles qui possèdent d'étranges pouvoirs, certaines s'échappent et vont trouver refuge auprès d'un jeune garçon qui a vécu un traumatisme dans l'enfance lié à une amie... et l'héroïne principale a perdu la mémoire.
Le souci n'est pas tant la ressemblance plus que troublante entre les deux histoires, mais principalement le fait que l'anime n'a aucune qualité dans sa narration.

La première chose qui saute aux yeux est la nullité inégalable des dialogues dans les six premiers épisodes. J'ai franchement du mal à croire que quelqu'un a été payé pour écrire un truc pareil, aussi niais, creux et répétitif. Je persiste à penser que le mec en charge était en vacances et a laissé ça à un stagiaire avant de revenir à la mi-saison (et encore, ça vole jamais très haut). On est franchement pas loin de ce que donnerait un anime ecchi-harem quelconque.
Bryhildr emprunte d'ailleurs beaucoup à ce type d'anime, puisqu'il met en scène un héros masculin étudiant célibataire qui va se retrouver entouré de donzelles, chacune respectant les poncifs du genre, avec l'héroïne-amie d'enfance-amour secret, l'allumeuse, la plantureuse et la loli qui le traite de pervers. L'unique profondeur donnée à ces personnages se limite au pouvoir que chacune possède. Ce détail passé, l'anime se contente de faire du fan-service grossier qui dessert totalement les enjeux sombres du scénario. Comment le spectateur peut-il se sentir impliqué dans une explication macabre déclamée par une blonde à forte poitrine en maillot de bain avec des plans resserrés ? Oui, elle est en maillot de bain parceque... oh vous savez quoi ? peu importe. Le personnage n'a été créé que pour contenter le public masculin, allant jusqu'à lui donner des mensurations encore plus avantageuses que l'héroïne principale déjà dotée plus que de raison.
Si je m'attarde sur ce détail, c'est parce qu'un des thèmes récurrents de l'anime est la taille de la poitrine des héroïnes. Non content de regorger de moments où elles sont plus ou moins dénudées (via des scènes de bain notamment), le sujet est évoqué de vive voix, presque à chaque épisode... et franchement, juxtaposé avec les enjeux de l'histoire, ça ne passe pas DU TOUT. Aucune chance de croire un seul instant que l'on évolue au bord du drame ; d'autant que les personnages n'ont aucune réaction émotionnelle face à des scènes absolument terrifiantes. Lorsque le héros assiste pour la première fois à la liquéfaction d'une fille, il n'est absolument pas impacté par ce qu'il voit, il est juste désolé ne pouvoir l'empêcher. Non, je n'invente rien. Il voit un être humain se transformer en gelée sous ses yeux et sa seule réaction se résume à "on peut rien y faire ? ... bon, ben on y va".

Comment, dans ces conditions, avoir le moindre intérêt pour la sous-intrigue de son traumatisme ? D'autant qu'elle tourne au trouble obsessionnel, au point qu'il en devient lourd, à toujours revenir à ce sujet et à déclencher le même flashback. Que son amie d'enfance soit celle qu'il vient de rencontrer ou non n'a aucune importance, ni sur l'histoire, ni sur les personnages, puisqu'elle est amnésique. On ne peut même pas parler de révélation, le spectateur connaît la réponse dès le premier épisode, et la résolution est... ben comme le reste en fait, sans importance.

Et puis il y a ce fameux thème de l'amitié, qui aurait pu être abordé avec de l'intelligence comme Elfen Lied traitait de la famille, en s'insinuant discrètement dans l'intrigue. Sauf que non, c'est évidemment fait avec la délicatesse d'un mauvais shõnen, en grandes pompes, avec de grands discours sur son importance et des personnages qui affirment "mon but le plus important dans la vie c'est d'avoir des amis !". Mes yeux ont saigné.
Mes oreilles aussi, à l'écoute du générique. J'avouerais que mon dégoût du premier tient plus de son registre musical que de sa qualité (c'est pas mon style, mais j'ai rien d'autre à redire). En revanche le second... un genre de hard rock / death metal qui ne colle pas du tout à l'ambiance générale de la série. Quelqu'un a forcément supervisé pour que tout soit aussi mal harmonisé du début à la fin. Et je conseillerais fortement à cette personne de laisser tomber le monde de l'animation.


Parce que voici le résultat : les épisodes enchainent les flashbacks, dialogues creux, incohérences (pouvoirs à géométrie variable... parfois ça marche, parfois ça marche pas sans raison) et situations surréalistes (les labos entièrement vides alors qu'une intrusion a été prévue longtemps à l'avance, antagonistes idiots et incapables...) pour finalement arriver à une conclusion avec trois Deus Ex Machina qui ne surprendront personne (enfin, si, par leur nombre, mais pas par leurs conséquences), puisqu'à aucun moment l'anime ne sait faire preuve d'intensité, que ce soit par ses thèmes abordés ou par sa mise en scène dégueulasse qui empêche d'éprouver la moindre empathie, d'autant plus que les personnages sont superficiels. Son seul mérite est d'être court, donc d'avoir peu de temps morts, et on s'ennuie pas (trop).

Économisez 4h de votre vie, ne le regardez pas, il n'y a rien d'intéressant dedans.
Schuntly
4
Écrit par

Le 8 juillet 2014

2 j'aime

3 commentaires

Brynhildr in the Darkness
Schuntly
4

Un anime beaucoup plus plat que ses héroïnes

Comme sûrement beaucoup d'autres, j'ai regardé cet anime à cause d'Elfen Lied. Du fait de leur même parenté, je m'attendais à quelque chose d'aussi intense, d'aussi sombre que de son...

il y a 8 ans

2 j'aime

3

Brynhildr in the Darkness
Supmad
5

Les sorcières de la technologie

Brynhildr In The Darkness est un animé… assez bizarre, très classique et surtout qui se laisse aller dans l’ecchi sans réserve jusqu’à saouler, mais avec une intrigue asses sombre et intéressante...

il y a 6 ans

1 j'aime

Brynhildr in the Darkness
JadeBlue
6

Je crois que ça parle de trucs sombres... Oh des boobs !

Infos générales: Genre- Mystère, Horreur, suspens, harem, ecchi Studio - Arms Corporation Episodes - 13 Diffusion - 2014 Musique - / Résumé - Kuroneko, l'amie d'enfance du héro (tellement plat que...

il y a 3 ans

Payday: The Heist
Schuntly
4

Quand braquage rime avec carnage

Petit extrait d'un braquage de banque vu par Overkill Software : 10h52 : Il fait 25°, grand soleil. 4 hommes en costard entrent nonchalamment dans une banque. Leurs mouvements sont étranges,...

il y a 11 ans

21 j'aime

11

Mass Effect 3
Schuntly
6

Tout ce qui a commencé doit finir !

Et Mass Effect n'échappe pas à la règle. Ce volet clôt la saga, en dévoilant l'ultime combat du Commandant Shepard. Pas de grande surprise niveau scénario : l'épisode précédent avait parfaitement...

il y a 10 ans

13 j'aime

Metroid Prime 2: Echoes
Schuntly
5

L'écho de Metroid Prime

Metroid Prime 2 : Echoes a un nom à mon sens bien choisi, car il est effectivement un écho du premier, c'est-à-dire quelque chose de semblable qui nous revient, mais qui a perdu en qualité par...

il y a 11 ans

12 j'aime

7