Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Copenhagen Cowboy
6.3
Copenhagen Cowboy

Série Netflix (2023)

Voir la série

S’il y a bien un truc qu’on ne peut reprocher à Nicolas Winding Refn, c’est cette manière qu’il a de travailler au corps, et jusqu’à l’épuisement, la même approche stylistique depuis plusieurs années (depuis Only God forgives en fait) sans jamais se détourner d’un iota de son inextinguible tâche. De la décliner à l’infini, d’en chercher la moindre variation, en observer la moindre oscillation, là dans l’éclat ouaté d’un néon rose ou dans un langoureux travelling sur fond de synthés entêtants. Au risque, évidemment, de tourner en rond, de se répéter ad nauseam. De s’abstraire dans un système qui ne serait plus capable de se renouveler mais, simplement, de se plagier au point de frôler la caricature narcissique.

Plus rien désormais ne semble vraiment intéresser Winding Refn sinon cette recherche artistique inlassable, ressassée, faisant, refaisant et défaisant, s’aventurant, s’en foutant, envoyant valser nos attentes et balader les critiques. Il y a trois ans, c’est Amazon qui avait craché pour (se) payer ses expérimentations visuelles sous forme de série-film radicale (Too old to die young) qui en avait laissé plus d’un sur le carreau. Cette fois, c’est Netflix qui s’offre le réalisateur danois (comme chez Amazon, c’est carte blanche et zéro restriction) pour une nouvelle série en six épisodes (Winding Refn ne paraît plus s’épanouir que de cette façon, façon qui lui permet de s’affranchir totalement des contraintes, techniques et commerciales, du cinéma) aussi nébuleuse et visuellement aboutie que la précédente, et qui devrait, elle aussi, ne pas arranger le cas Winding Refn (alors, artiste exigeant, incompris peut-être, ou baudruche hype prétentieuse ? On ne sait toujours pas…).

Abandonnant l’Amérique et ses mythes, L.A. et ses démons, Winding Refn revient sur ses terres natales presque vingt ans après la trilogie Pusher. Mais ici comme ailleurs, le monde selon Winding Refn ne change pas, toujours plein de proxénètes, de gangs, de violences, de tueurs louches (Andreas Lykke Jørgensen, saisissant et inquiétant), de femmes avilies et d’innocence perdue. À travers l’odyssée de Miu, jeune femme mystérieuse aux pouvoirs non moins mystérieux (on dit d’elle qu’elle est une sorte de «porte-bonheur»), parcourant un Danemark interlope et énigmatique où chaque rencontre convoque pureté et sortilèges, rédemption et mort, Winding Refn tisse les liens, visibles et invisibles, de ce monde brutal où l’humain n’est qu’une chose faillible à peine conscient de sa réalité (et où cohabiteraient d’autres entités aux desseins obscurs).

Winding Refn et sa scénariste Sara Isabella Jønsson nous laissent le champ libre afin d’envisager nos propres interprétations, de projeter nos propres impressions en fonction de la chorégraphie intime des plans et les nombreuses perspectives narratives offertes. Rien n’est vrai, tout est permis, dit l’adage. Mais il y a danger, bien sûr. Danger qu’avec un récit s’ouvrant constamment sur des béances, on finisse par se lasser de ce rébus grouillant d’allégories et de secrets (Too old to die young était, elle, davantage «accessible»). Par ne plus vouloir faire l’effort de l’appréhender, éventuellement le comprendre, et ne plus se contenter, dans un bâillement ou un soupir, d’admirer la belle ouvrage.

Pour peu, évidemment, que l’on goûte aux délires formels et ambiances chics glacées de Winding Refn ; de sa propension à éterniser chaque scène ; à interrompre soudain l’action, la retarder, voire l’occulter ; de métamorphoser sans cesse le réel en matière mouvante d’un rêve ou celle, affolante, d’un cauchemar. Visiblement pensée pour une deuxième saison (déjà écrite), le sort de Copenhagen cowboy reste suspendu au bon vouloir de Netflix de laisser Winding Refn, succès ou pas (mais dans ce genre d’entreprise casse-gueule, le succès n’est, de toute façon, clairement pas une variable à prendre en compte), parfaire jusqu’à l’obsession ses frasques esthétiques.

Article sur SEUIL CRITIQUE(S)

mymp
6
Écrit par

Créée

le 13 janv. 2023

Critique lue 318 fois

7 j'aime

1 commentaire

mymp

Écrit par

Critique lue 318 fois

7
1

D'autres avis sur Copenhagen Cowboy

Copenhagen Cowboy
Ecam
8

Balance ton porc

J'ai eu l'occasion de voir la série au festival lumière de Lyon dans une version remontée de manière à ce qu'on ait un long film de 5 heures plutôt que 6 épisodes. La critique va être assez courte,...

Par

le 23 oct. 2022

17 j'aime

Copenhagen Cowboy
VioletteVillard1
9

Les possédés de Copenhague

Copenhagen Cowboy est la nouvelle série démente de Nicolas Winding Refn : démente par sa puissance d'écriture visuelle, le scintillement graphique et la mélopée envoutante de ses plans, démente par...

le 7 janv. 2023

11 j'aime

3

Copenhagen Cowboy
mymp
6

R.A.S. chez NWR

S’il y a bien un truc qu’on ne peut reprocher à Nicolas Winding Refn, c’est cette manière qu’il a de travailler au corps, et jusqu’à l’épuisement, la même approche stylistique depuis plusieurs années...

Par

le 13 janv. 2023

7 j'aime

1

Du même critique

Gravity
mymp
4

En quête d'(h)auteur

Un jour c’est promis, j’arrêterai de me faire avoir par ces films ultra attendus qui vous promettent du rêve pour finalement vous ramener plus bas que terre. Il ne s’agit pas ici de nier ou de...

Par

le 19 oct. 2013

180 j'aime

43

Killers of the Flower Moon
mymp
4

Osage, ô désespoir

Un livre d’abord. Un best-seller même. Celui de David Grann (La note américaine) qui, au fil de plus de 400 pages, revient sur les assassinats de masse perpétrés contre les Indiens Osages au début...

Par

le 23 oct. 2023

173 j'aime

14

Seul sur Mars
mymp
5

Mars arnacks!

En fait, tu croyais Matt Damon perdu sur une planète inconnue au milieu d’un trou noir (Interstellar) avec Sandra Bullock qui hyperventile et lui chante des berceuses, la conne. Mais non, t’as tout...

Par

le 11 oct. 2015

161 j'aime

25