Si Kare Kano reste une référence depuis plus de 12 ans – et tout porte à croire que le culte ne s'arrêtera pas de si tôt – c'est parce-que cette histoire conte avec une adresse hors norme les tourments et les délices du premier amour.


Discours universel, donc, mais si loin des clichés du genre qu'il en devient presque une redéfinition. Par l'originalité du traitement de son thème d'abord, puisqu'on ne voit pas souvent deux amoureux commencer leur relation à travers une rivalité si féroce. Par son romantisme ensuite, car on croise rarement deux personnages aussi attachants, et il y en aura d'autres tout au long de l'histoire pour compléter un tableau déjà peu commun. Par son humour enfin, et ce n'est pas simple de plaisanter sur ce sujet – surtout si on veut se montrer vraiment sensible.


Au-delà des clichés de l'adolescent moyen, les différents protagonistes montrent chacun tour à tour des blessures de l'enfance et autres traumas profondes qui ne laisseront probablement pas le spectateur indifférent ; il se peut d'ailleurs qu'il se sente concerné, du moins jusqu'à un certain point. En filigrane, on peut apercevoir une critique fugace du système éducatif japonais qui n'hésite pas à s'immiscer dans la vie privée des étudiants pour entretenir le culte de l'élève modèle au détriment du bonheur de ce dernier – un élément de réflexion hélas laissé en friche dans le reste du récit alors qu'il présentait un potentiel certain...


On regrette par contre qu'une fois passé la première vingtaine d'épisodes, l'intrigue s'étiole entre trop de personnages, se dilue dans trop de récapitulations, s'abîme dans un humour trop répétitif, perd son audience enfin. Cette recette aurait pu se poursuivre longtemps à la plus grande joie du spectateur mais la rumeur prétend que Masami Tsuda n'était pas satisfaite de voir son œuvre adaptée avec autant de désinvolture au détriment de la romance, de sorte que cette série finit de manière un peu abrupte, voire mal diront certains dont je ne fais pas partie.


Mais que cette conclusion ne rebute pas le lecteur, car à la fois drôle, poétique et adroit – rien que pour cette première moitié d'anthologie – Kare Kano vaut largement le détour.


Et je ne vous ais même pas parlé de la bande originale...

LeDinoBleu
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Animation et Sans titre, la liste détestée...

Le 22 mai 2011

3 j'aime

Entre elle & lui : Kareshi Kanojo no Jijyo
Sethavery
8

Un shojo qui ne m'a pas fait perdre mon temps.

Je dois avouer que j'ai toujours été un peu perplexe par rapport aux shojo étant donné que je trouve ça un peu mièvre.Cependant , cette série fait office de contre-exemple par rapport à mon opinion...

il y a 9 ans

11 j'aime

5

Entre elle & lui : Kareshi Kanojo no Jijyo
ElodieCerezasCh
2

Entre elle et lui, sacré partouze.

Hahahahaha. Pendant ma pause de quatre heures le vendredi midi à la fac de lettres, j'avoue, ça m'a bien fait passer le temps. Ou à 8h30 le jeudi matin, en attendant la prof. Ou le vendredi matin...

il y a 9 ans

5 j'aime

17

Entre elle & lui : Kareshi Kanojo no Jijyo
Natara
7

Critique de Entre elle & lui : Kareshi Kanojo no Jijyo par Natara

Haaa... regarder un anime 15 ans après sa sortie, ça fait bizarre, on retrouve pas mal des habitudes de l'époque : résumé au début de chaque épisode, épisodes de résumé au milieux de la série, dessin...

il y a 9 ans

5 j'aime

2

Serial Experiments Lain
LeDinoBleu
8

Paranoïa

Lain est une jeune fille renfermée et timide, avec pas mal de difficultés à se faire des amis. Il faut dire que sa famille « inhabituelle » ne lui facilite pas les choses. De plus, Lain ne comprend...

il y a 11 ans

42 j'aime

L'Histoire sans fin
LeDinoBleu
8

Un Récit éternel

À une époque où le genre de l’heroic fantasy connaît une popularité sans précédent, il ne paraît pas incongru de rappeler qu’il n’entretient avec les légendes traditionnelles qu’un rapport en fin de...

il y a 10 ans

38 j'aime

Capitaine Sky et le Monde de demain
LeDinoBleu
8

Pulp (Science) Fiction

La science-fiction au cinéma obtient rarement l’assentiment des amateurs du genre dans sa forme littéraire, parce que cette dernière privilégie les idées et les émotions au spectaculaire et aux...

il y a 11 ans

32 j'aime

8