👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Lain est une jeune fille renfermée et timide, avec pas mal de difficultés à se faire des amis. Il faut dire que sa famille « inhabituelle » ne lui facilite pas les choses. De plus, Lain ne comprend rien à l'informatique : alors que les gens de son âge sont tous à fond du net' et de mobiles, ça n'aide pas à s'intégrer. Mais quand une de ses camarades de classe, Chisa, se suicide les choses prennent une tournure pour le moins inquiétante – car des filles de l'école commencent à recevoir des e-mails de la disparue...

Un jour, Lain aussi reçoit un message de Chisa. Lorsqu'elle lui demande pourquoi elle a fait ça, Chisa lui répond que Dieu est là. Dans le réseau... Alors Lain se jette à corps perdu dans le net' : cette quête effrénée pour la vérité la plongera dans un voyage infernal jusqu'au bout d'elle-même. Jusqu'au bout de la folie...

Au-delà de la réflexion propre à un Oshii sur les rapports entre la réalité et le réseau, positionnant son propos sur l'équivalence de ces deux mondes, Serial Experiments Lain s'inscrit quelque part entre Philip K. Dick et David Lynch, dans les problèmes de l'identité et de ses variables, de la définition du moi qui dépend tant du regard d'autrui.

Certains penseront peut-être à Matrix (ou bien, pour ceux qui préfèrent les originaux aux imitations, le roman Simulacron 3 de Daniel Galouye), mais les autres évoqueront des choses plus sophistiquées et plus dans la lignée du eXistenZ de David Cronenberg par exemple, saupoudré d'un soupçon d'ambiance à la X-Files ou à la Akira, et servi par des visuels que l'on a rarement vus aussi pertinents et tranchants, aussi innovants dans leur « simplicité ».

Expérimental jusqu'au vidéo-clip, d'une plastique confinant à l'abstraction, Serial Experiments Lain est un de ces voyages dont on ne ressort pas indemne. Si vous aimez les animes, ne ratez pas celui-là ; et si vous n'aimez pas les animes, ne le ratez pas non plus !

LeDinoBleu
8
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à ses listes Science-fiction et Animation

il y a 11 ans

41 j'aime

Serial Experiments Lain
Maxime_Pin-pin
9

GRzzzzzzzzzzz

"And you don't seem to understand" Voilà les premiers mots que Boa nous offre avec son magnifique opening "Duvet", Phrase qui peut très facilement décrire l'état d'esprit de la personne derrière...

Lire la critique

il y a 8 ans

24 j'aime

2

Serial Experiments Lain
ThomaS-HawK14
1

"J'ai embrassé un ange"

Serial Experiment Lain (que j'abrégerai SEL si vous le voulez bien et ce en dépit du fait que ça s'écrive sel et que c'est un peu rigolo) est un oeuvre dense , pas facile d'accès et qui peut rebuter...

Lire la critique

il y a 4 ans

24 j'aime

15

Serial Experiments Lain
Wayne
8

série étrange qui traite avec profondeur du thème de la virtualité. Très réussie mais dure à appréhe

A la fin des années 90, l'intérêt du cinéma pour le thème de l'informatique, l'intelligence artificielle, la réalité virtuelle et tout le bazar, redevient vif avec l'arrivée de l'internet et des...

Lire la critique

il y a 11 ans

18 j'aime

Serial Experiments Lain
LeDinoBleu
8

Paranoïa

Lain est une jeune fille renfermée et timide, avec pas mal de difficultés à se faire des amis. Il faut dire que sa famille « inhabituelle » ne lui facilite pas les choses. De plus, Lain ne comprend...

Lire la critique

il y a 11 ans

41 j'aime

L'Histoire sans fin
LeDinoBleu
8

Un Récit éternel

À une époque où le genre de l’heroic fantasy connaît une popularité sans précédent, il ne paraît pas incongru de rappeler qu’il n’entretient avec les légendes traditionnelles qu’un rapport en fin de...

Lire la critique

il y a 10 ans

38 j'aime

Capitaine Sky et le Monde de demain
LeDinoBleu
8

Pulp (Science) Fiction

La science-fiction au cinéma obtient rarement l’assentiment des amateurs du genre dans sa forme littéraire, parce que cette dernière privilégie les idées et les émotions au spectaculaire et aux...

Lire la critique

il y a 11 ans

32 j'aime

8