👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Bon eh bien voilà. How I Met, c'est terminé. Quelle déception. Quelle. Déception.

Les saisons 1 et 2, à ce jour, me déglinguent de rire à chaque visionnage. La saison 3 fait pouffer. La 4 fait sourire (et pâlir, surtout sur la fin). Le reste est complètement et entièrement dispensable, les créateurs ont tiré sur la corde jusqu'à la briser trois fois, multiplient les twists sans queue ni tête qui désengagent complètement l'émotion du spectateur. Dans How I met post saison 3, tout est important et rien n'est important, parce que la situation apparemment bien ancrée des personnages peut basculer d'un épisode à l'autre sans réelle justification. Et si ça n'était qu'occasionnel, cela me conviendrait. Mais c'est permanent.

Même là où la série devrait avoir un intérêt, c'est-à-dire sur le plan de l'humour, le bât blesse. Les gags se répètent, les personnages s'enfoncent l'un après l'autre dans la caricature la plus basique et la moins drôle qui soit. Barney s'auto-parodie. Les morales sont lourdes et inutiles.

Cette série avait un super potentiel, de quoi prendre une place de bras droit aux côtés de Friends, le système de flash-backs donnait lieu à de superbes gags, mais plus on a avancé, plus ça a traîné. Dommage.

Pour les néophytes, les deux premières saisons valent le visionnage.

Sans spoiler le final, il est catastrophique. Ce n'est pas tant ce qui s'y passe qui me dérange : c'est une fin valable, plutôt osée même, et qui vaut son pesant de café. Dans d'autres circonstances, je l'aurais aimée.

Le problème, c'est le rythme.

How I met a au moins quatre saisons en trop. Pour rallonger absolument la durée de vie de la série, les twists s'enchaînent, tristement prévisibles et sans intérêt. Puisque les personnages peuvent changer radicalement d'avis d'un épisode à l'autre voire d'une minute à l'autre, comment les créateurs veulent-ils que j'ai quoi que ce soit à carrer du cours des événements ?

Et ce final, cette connerie de final, c'est la quintessence même de ce triste syndrome de la série. On fait durer UN MARIAGE sur toute une saison, puis on fait tout basculer en quarante minutes, tout s'enchaîne brutalement, on a quelques secondes à peine pour se remettre d'un twist qu'un autre nous tombe dessus, jusqu'à une scène finale complètement WTF et qui nous fait revenir au point de départ. Tout ça pour ça... on aurait pu s'arrêter au début si c'était pour nous amener ici.

Non, foutre des twists - prévisibles qui plus est, car la fin, je l'avais devinée - à toutes les sauces ne suffit pas pour créer une valeur émotionnelle chez le spectateur et pour construire une narration sympa et cohérente. A les empiler de la sorte, vous faites en sorte que tout est important, et que rien n'est important.

Je ne suis même pas en colère, ni dégoûtée, juste blasée. A la fin je regardais How I Met parce que je me disais... bon, je suis arrivée jusque-là, autant aller jusqu'au bout avec le cerveau en mode off.

C'est pas que je regrette, mais clairement... tout ça pour ça.
Karrie
5
Écrit par

Cet utilisateur l'a également ajouté à sa liste Eh bien moi, les rires en fond, ça me dérange pas !

il y a 10 ans

100 j'aime

13 commentaires

How I Met Your Mother
amandecherie
6

Critique de How I Met Your Mother par amandecherie

Je crois qu'on est tous d'accord pour dire qu'il est temps que Ted la trouve, la mère de ses enfants.

Lire la critique

il y a 12 ans

129 j'aime

48

How I Met Your Mother
Karrie
5

The twist would be that there IS no twist.

Bon eh bien voilà. How I Met, c'est terminé. Quelle déception. Quelle. Déception. Les saisons 1 et 2, à ce jour, me déglinguent de rire à chaque visionnage. La saison 3 fait pouffer. La 4 fait...

Lire la critique

il y a 10 ans

100 j'aime

13

How I Met Your Mother
Plug_In_Papa
4

I'm waiting for it...

Que faire lorsque l'on est un adulescent pré-trentenaire et que "Friends" vient de se terminer ? Regarder une nouvelle série générationnelle pardi ! Tombant à pic pour reprendre le flambeau laissé...

Lire la critique

il y a 11 ans

90 j'aime

11

Cinquante Nuances de Grey
Karrie
2

J'ai besoin de brainbleach, bébé.

Critique garantie NSFW, et prolongée. Oh boy. Quand même, y a un souci au niveau de l’égalité des sexes dont il FAUT parler, aujourd'hui : si ces messieurs n’ont pas le droit de lire Playboy en...

Lire la critique

il y a 9 ans

163 j'aime

17

The Big Bang Theory
Karrie
8

Être ou ne pas être geek... en fait on s'en fout.

Qu'on se le dise : TBBT, ça s'explique avant tout par l'explosion de la tendance "geek=chic". Ca reprend en masse les clichés sur les geeks pro en science, en informatique, fan de Star Wars, Star...

Lire la critique

il y a 10 ans

160 j'aime

56

Fallout: New Vegas
Karrie
9

Fallout 3 a enfin vu le jour

"War. War never changes." La phrase d'intro non plus. Je t'aime, Pearlman. Après le relativement moyen Fallout 3, j'étais sur les chapeaux de roue avec New Vegas. Le retour sur la côte Ouest et le...

Lire la critique

il y a 11 ans

144 j'aime

86