Voir la série

On connaît l'intérêt de Reese Witherspoon pour la promotion, à travers les films et séries TV qu'elle produit ou / et qu'elle interprète, d'idées progressistes quant à la position de la femme dans la société américaine, ainsi qu'aux questions raciales, le tout sans tomber dans le militantisme donneur de leçons, mais en privilégiant au contraire le divertissement intelligent. Après la réussite des deux saisons de "Big Little Lies", la voici donc de retour avec une nouvelle mini-série "ambitieuse", "Little Fires Everywhere", inspirée d'un best-seller US de Celeste Ng.


Pas forcément très remarquée en France lors de sa mise en ligne par Amazon Prime, peut-être parce que l'aspect "policier", sur le modèle du flashback de "Big Little Lies" (sur le mode : revenons en arrière pour comprendre ce qui s'est réellement passé...), est moins prépondérant. La série brasse des sujets fondamentaux sur les rapports raciaux aux Etats-Unis et sur la nature de la maternité (le grand thème souterrain qui émerge peu à peu au sein d'un scénario complexe...) avec un certain nombre de lieux communs aux films sur les tourments de l'adolescence américaine, ce qui affaiblit peut-être son propos... tout au moins jusqu'aux derniers épisodes où finit par apparaître la totalité du projet, un peu à la manière de la maquette finale de la ville réalisée par Mia et "admirée" par son ennemie Elena. La banalité un peu irritante de certains conflits - en particulier autour des rapports amoureux entre adolescents - est alors heureusement dépassée par la complexité étonnante des rapports entre les personnages, et par certaines scènes réellement poétiques.


Si l'on peut déplorer un certain nombre de partis-pris "à la mode", comme le fait de brandir l'homosexualité féminine comme une sorte d'étendard de l'émancipation, ou une tendance un peu facile à blâmer la bourgeoisie blanche pour sa (fausse) ouverture d'esprit, on ne peut néanmoins qu'apprécier le choix de l’ambiguïté de quasiment tous personnages : tour à tour adorables, émouvants, irritants, détestables, chacun parcourt le spectre - normal - des comportements humains : amour, égoïsme, jalousie, manipulation, etc. En ce sens, le choix des deux actrices principales est particulièrement judicieux : Kerry Washington a un profil extrêmement agressif qui permet au personnage de Mia d'échapper à un quelconque angélisme de femme noire ostracisée, tandis qu'à l'inverse le charme léger et la verve amusante de Reese Witherspoon allège son rôle de riche WASP arrogante.


Bref, sur des prémisses qui ne sont pas forcément excitantes, "Little Fires Everywhere" s'avère une véritable réussite, une série qui pose les bonnes questions sur le fonctionnement de la famille autant que de la société, et qui - et c'est notable - ne prétend pas avoir les réponses.


[Critique écrite en 2020]
Retrouvez cette critique et bien d'autres sur Benzine Mag : https://www.benzinemag.net/2020/08/19/amazon-prime-little-fires-everywhere-le-feu-a-la-maison/

EricDebarnot
7
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur et l'a ajouté à sa liste Les meilleures séries de 2020

Créée

le 18 août 2020

Critique lue 849 fois

7 j'aime

Eric BBYoda

Écrit par

Critique lue 849 fois

7

D'autres avis sur Little Fires Everywhere

Little Fires Everywhere
Lardon
5

Little bullshit everywhere

La série oscille vraiment entre petites bonnes idées et grosses situations purement improbables qui gâchent le rendu final. On a du mal à comprendre, même en faisant un gros effort, le comportement...

le 11 oct. 2020

8 j'aime

Little Fires Everywhere
alb
8

On va échanger nos mamans

Little Fires Everywhere, c'est la rencontre de deux mères au style complétement différents. D'un côté Elena incarnée par Reese Witherspoon que l'on voit beaucoup à la télévision en ce moment entre...

Par

le 9 mai 2020

8 j'aime

Little Fires Everywhere
EricDebarnot
7

Burning down the House !

On connaît l'intérêt de Reese Witherspoon pour la promotion, à travers les films et séries TV qu'elle produit ou / et qu'elle interprète, d'idées progressistes quant à la position de la femme dans la...

le 18 août 2020

7 j'aime

Du même critique

Les Misérables
EricDebarnot
7

Lâcheté et mensonges

Ce commentaire n'a pas pour ambition de juger des qualités cinématographiques du film de Ladj Ly, qui sont loin d'être négligeables : même si l'on peut tiquer devant un certain goût pour le...

le 29 nov. 2019

204 j'aime

152

1917
EricDebarnot
5

Le travelling de Kapo (slight return), et autres considérations...

Il y a longtemps que les questions morales liées à la pratique de l'Art Cinématographique, chères à Bazin ou à Rivette, ont été passées par pertes et profits par l'industrie du divertissement qui...

le 15 janv. 2020

190 j'aime

105

Je veux juste en finir
EricDebarnot
9

Scènes de la Vie Familiale

Cette chronique est basée sur ma propre interprétation du film de Charlie Kaufman, il est recommandé de ne pas la lire avant d'avoir vu le film, pour laisser à votre imagination et votre logique la...

le 15 sept. 2020

187 j'aime

25