Nous rencontrons des problèmes techniques sur la partie musique du site. Nous faisons de notre possible pour corriger le souci au plus vite.

Love, Death & Robots
7.4
Love, Death & Robots

Dessin animé (cartoons) Netflix (2019)

Voir la série

2019, David Fincher n’étant plus très présent sur les grands écrans, il vient nous surprendre dans le format série en 2017, grâce a l’exceptionnel Mindhunter, pour ensuite nous éblouir avec Love, Death + Robots, série d’anthologie au style d'animation singulier, propre à chacun de ses épisodes et réalisé par des studios d’animation du monde entier.


Chaque épisode se distingue, d’abord, par un style graphique soigné, souvent en rapport avec son propos. Un épisode qui traitera d’un futur dystopique, d’une histoire violente sera souvent traité avec un fort jeu d’ombre et de lumière, des détails visuellement aiguisés, un rendu photo-réaliste ( cf : ep1 / ep7 / ep10 ) mais saura déroger à cette règle pour surprendre son public et proposer quelque chose d’original ( cf : Ep4 / Ep8 ). À Contrario, un épisode plus passif dans son contexte épousera des formes plus fluides et gracieuses. ( cf : Ep2 / Ep5 ). Au milieu de ce globi-boulga d’ingéniosité, on retrouvera un point commun, l’immense travail apporté à chaque court-métrage, qui rivalise haut la main avec Pixar.


Quand des studios s’épuiseraient à investir plusieurs centaines de millions dans des projets souvent mal traités, la série nous présente en 15 minutes, un tour de force, construisant habilement chacun de ses univers, ses personnages attachants ( ou pas ), une soundtrack plus que correcte et de fortes convictions à travers chacun de ses épisodes, se référant donc à L’amour et/ou la mort et/ou les robots. Pour finalement tout déconstruire, souvent de manière dystopique, dans un climax acerbe, voir sarcastique, qui n’est pas sans nous rappeler l’ambiance générale de Black Mirror.


Outre le fait que Netflix ait créé son propre éco-système d’auto-promotion et nous évite le matraquage publicitaire des maisons-mère d’Hollywood, qu’il ne soit pas soumis aux règles de la télévision et puisse investir dans ce genre de projet. Il nous permet de découvrir des oeuvres tels que Love,Death+Robots. Mêlant violence, sexe, et mort, une certaine ouverture d’esprit sur ce que permet l’animation, tant dans sa mise en scène que dans ses possibilités infinies. La Nuit des Enfants Rois ( The prodigies ) étant le seul film d’animation ayant traité le viol et la violence. ( en dehors des quelques scènes de Kill Bill en animation et des mangas ) . On y verra forcément un clin d’oeil aux excellents Animatrix des Wachowski, qui permettait de découvrir, au travers de courts métrages, divergent visuellement, l’univers étendu de la saga Matrix.


Des fermiers qui protègent leurs vaches contre des extra-terrestres à coup de Jaeger ? Un Japon mêlant Steampunk et prostituée mutante ? Un pays gouverné par des Yogourts ? Une histoire de meurtre en Cell-shading ? et j’en passe. Des sentiers inexplorés alors qu’Hollywood s’essouffle à nous proposer des sagas à rallonge.


Le parcours n’est pas sans faute, certains court métrage prendront moins que d’autres, l’identification est propre à chacun, mais le geste est extrêmement noble, d’autant qu’il permettra à certains studios une visibilité mondiale. La variété et l’originalité que nous propose Love, Death + Robots, prouvera une fois de plus, qu’après avoir révolutionné le cinéma, Fincher s’attaque à un nouveau support* et réalise encore un sans faute.

* pendant que d’autres essayent de cracher sur la révolution qu’apporte Netflix dans nos foyers ( Steven Spielberg et compagnie ).

Blockbasterds
9
Écrit par

Créée

le 17 mars 2019

Critique lue 857 fois

4 j'aime

1 commentaire

Blockbasterds

Écrit par

Critique lue 857 fois

4
1

D'autres avis sur Love, Death & Robots

Love, Death & Robots
val990
4

C'est beau mais c'est con

Love, Death and Robots n'est pas un dessin animé pour adulte. C'est plus un dessin animé créé par un adolescent un peu beauf (qu'on appellera Jean-Mi, mais Tim ça marche aussi) si on lui demandait de...

le 13 avr. 2019

57 j'aime

9

Love, Death & Robots
Velvetman
7

Action Club

Une bande annonce explosive et pulsionnelle, Tim Miller comme créateur, David Fincher comme producteur, la nouvelle série anthologique de Netflix, Love Death + Robots, contenait tous les ingrédients...

le 20 mars 2019

48 j'aime

4

Love, Death & Robots
Nicolas_S
7

♡ X ☲

Love Death & Robots est une série anthologique d’animation de 18 épisodes allant de 7 à 15 minutes chacun et ayant pour univers en commun la science-fiction. On pense bien sûr tout de suite à...

le 17 mars 2019

42 j'aime

2

Du même critique

X-Men : Dark Phoenix
Blockbasterds
8

X-WOMEN DARK PHOENIX

Connu pour avoir popularisé le genre super-héroique, la saga X-MEN à toujours su tirer ses épingles du jeu, esquivant le nanardesque et se renouvelantant à chaque fois pendant presque 20 ans...

le 5 juin 2019

4 j'aime

Avengers: Infinity War
Blockbasterds
9

Le MCU a son chef d’œuvre.

10 ans après le lancement du MCU avec Iron Man, les Avengers reviennent pour affronter un ennemi Teasé depuis la phase 1 du MCU. Thanos, qui est probablement le personnage principal du film, premier...

le 25 avr. 2018

3 j'aime

Call Me by Your Name
Blockbasterds
9

Call me by Oscar

Le dernier film de L.Guadagnino après I am Love et A bigger Splash nous plonge dans une Italie chaleureuse durant l’été 1983. Le sujet dont traitre le long-métrage est l’adolescence d’Elio,...

le 9 mars 2018

2 j'aime