👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

Clash of the cuteness ! (la deuxième saison est la bonne)

Master of None m'avait vraiment séduit durant sa première saison, mais je l'avais trouvé un peu timide parfois, et un peu trop cliché dans sa description du trentenaire un peu désabusé.

Là je sors de la saison 2, et quelle jolie claque mes amis !

Sur la forme tout d'abord, les différentes inspirations/hommages au cinéma italien, les génériques qui sentent bon le cinéma d'autrefois, la qualité des choix musicaux, le découpage des épisodes n'hésitant pas à passer de 30 minutes à une heure quand le besoin s'en fait sentir, entrecoupé parfois de respiration à base d'épisodes thématiques mais jamais superflus, tout respire l'amour du travail bien fait, et la passion qui anime le projet

L'interprétation de Dev par Aziz Ansari ensuite : personnage lucide mais jamais cynique, toujours volontaire et sympathique, parfois en proie aux difficultés mais jamais loser ou auto destructeur. Son best bro' Arnold a lui aussi calmé son jeu pour aboutir à une relation entre les deux compères plus intime.

Et enfin... enfin la sublime Alessandra Mastronardi, qui fait fondre votre coeur en moins de 15 secondes dès qu'elle apparait à l'écran, sa Francesca est la réprésentation parfait de cet amour idéal, cette période de tous les possibles aussi merveilleux que potentiellement douloureux. Cette tension qui progresse petit à petit au fil des épisodes, à coup de sourires et d'éclats de rire, mamamia !

Cette saison 2 laisse tomber la majeure partie des sujets convenus, et parle de quelque chose de beaucoup plus profond et universel. Master of None marque définitivement sa place dans les séries qui comptent, c'est la cuisine épicée que tu veux : ca pique, mais c'est tellement bon.

alb
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur et l'a ajouté à sa liste Top Séries

il y a 5 ans

31 j'aime

6 commentaires

Master of None
Vivienn
7

New York, New York

Révélé par son interprétation hystérique de Tom Haverford dans Parks and Recreation, Aziz Ansari aura profité de ce succès critique sans précédent dans sa carrière pour se faire un nom dans le...

Lire la critique

il y a 6 ans

36 j'aime

Master of None
Naell
9

Les trépidantes aventures de monsieur tout le monde.

C'est dans son nom même que Master of None explique son plus grand atout. Dev a 30 ans et habite à New-York. C'est un de ces acteurs contrait de bosser dans des pubs ou des nanars douteux pour gagner...

Lire la critique

il y a 6 ans

34 j'aime

3

Master of None
alb
9

Clash of the cuteness ! (la deuxième saison est la bonne)

Master of None m'avait vraiment séduit durant sa première saison, mais je l'avais trouvé un peu timide parfois, et un peu trop cliché dans sa description du trentenaire un peu désabusé. Là je sors...

Lire la critique

il y a 5 ans

31 j'aime

6

Master of None
alb
9

Clash of the cuteness ! (la deuxième saison est la bonne)

Master of None m'avait vraiment séduit durant sa première saison, mais je l'avais trouvé un peu timide parfois, et un peu trop cliché dans sa description du trentenaire un peu désabusé. Là je sors...

Lire la critique

il y a 5 ans

31 j'aime

6

Uncut Gems
alb
4
Uncut Gems

C'est pas un bijou.

Alors oui la réal est plutôt bonne, new york, la prestation d'Adam Sandler en bijoutier juif magouilleur, mais que son perso est détestable, et sa gouaille très vite fatiguante. C'est hystérique, et...

Lire la critique

il y a 2 ans

26 j'aime

8

Last Chance U
alb
9

Life ain't fair, football ain't fair : Just Focus !

Le sport universitaire, c’est presque une religion aux Etats-Unis, c'est au moins aussi populaire que la ligue pro. Pour beaucoup un moyen de payer ses études et pour les meilleurs l'antichambre...

Lire la critique

il y a 6 ans

19 j'aime

2