👉 17 juin : Mise à jour de notre journal de bord (qui devient hebdo)
Le bilan de la nouvelle version du site est accessible ici.

"And you don't seem to understand" Voilà les premiers mots que Boa nous offre avec son magnifique opening "Duvet", Phrase qui peut très facilement décrire l'état d'esprit de la personne derrière l'écran et nous ouvre une énorme baie vitrée sur Lain.

Pouvant être rebutant au premiers abords, Serial Experiments Lain fait partie de ces animés culottés aux partis pris esthétiques osés et au scénario parfaitement ancré dans la démarche artistique de l'auteur. Il saura vous faire entrer dans cet univers angoissant qu'est son oeuvre, vous rendant quasiment accro.

Pour replacer le contexte, Lain est une jeune fille de 14ans, qui reçois un jour, un mail d'une de ses voisines de classe morte. Elle décide donc de s'intéresser au Wired (Internet mais en plus violent) et finira par se perdre en lui.

Les kilos d'hallucinations que l'auteur nous envoie en pleine figure et le scénario découpé à la machette vont vous rendre absolument dingue et la virée dans le monde de la folie ne se fera certainement pas que pour Lain. Puisque vous même finirez par vous demander ou vous êtes et pourquoi.

La musique elle-même sera présente ou non en fonction de l'endroit ou vous vous trouvez, elle est plus généralement caractérisée par des bruitages comme le grésillement des lignes de téléphones ou le bruit des pas de Lain.

Du haut de ses 13 "couches" la série peut pourtant paraître très lente, mais vous aurez très certainement besoin de regarder Lain 2 ou 3 fois avant de tout comprendre car le nombre d'informations envoyés à la seconde sur votre écran est en fait très élevé et vous n'avez pas encore tout les outils pour toutes les comprendre.

Pour conclure je dirais que Serial Experiments Lain est un magnifique chef d'oeuvre, criant de sincérité et de poésie, il saura aussi vous mettre mal à l'aise et vous angoisser quand il le faudra. L'animé traite avec brio la question de la réalité virtuelle (Wired) et plus précisément le danger qu'elle pourra représenter en ne devenant qu'un avec l'être humain (Real World). Enfin, Lain est très certainement un des personnages les plus humains de l'histoire de la Japanime, très attachante, vous finirez par sombrer avec elle et laisserez peut-être échapper une larme lorsque vous terminerez l'animé.
Serial Experiments Lain
Maxime_Pin-pin
9

GRzzzzzzzzzzz

"And you don't seem to understand" Voilà les premiers mots que Boa nous offre avec son magnifique opening "Duvet", Phrase qui peut très facilement décrire l'état d'esprit de la personne derrière...

Lire la critique

il y a 8 ans

24 j'aime

2

Serial Experiments Lain
ThomaS-HawK14
1

"J'ai embrassé un ange"

Serial Experiment Lain (que j'abrégerai SEL si vous le voulez bien et ce en dépit du fait que ça s'écrive sel et que c'est un peu rigolo) est un oeuvre dense , pas facile d'accès et qui peut rebuter...

Lire la critique

il y a 4 ans

24 j'aime

15

Serial Experiments Lain
Wayne
8

série étrange qui traite avec profondeur du thème de la virtualité. Très réussie mais dure à appréhe

A la fin des années 90, l'intérêt du cinéma pour le thème de l'informatique, l'intelligence artificielle, la réalité virtuelle et tout le bazar, redevient vif avec l'arrivée de l'internet et des...

Lire la critique

il y a 11 ans

18 j'aime

Higurashi: When They Cry
Maxime_Pin-pin
9

Quand ton hamster essaie de te trancher la gorge

Imaginez, qu'une de vos amies proche, sonne un jour à votre porte. Vous la laissez entrer bien qu'elle tienne une lame de rasoir dans sa main, puis qu’après tout c'est plus intriguant que dérangeant...

Lire la critique

il y a 7 ans

20 j'aime

1

Steins;Gate
Maxime_Pin-pin
10
Steins;Gate

I am mad Scientist, IT'S SO COOL !!

Après l'avoir vu encore, encore, encore et encore. Je décide enfin d'écrire mes ressentis sur cette série que l'on a très vite appelée "Chef - d'oeuvre". Tout d'abord, le charisme des personnages...

Lire la critique

il y a 7 ans

15 j'aime

2

The Garden of Sinners
Maxime_Pin-pin
10

Cette sensation de flottement, comme porté par les violons.

Lors de mon second visionnage de la saga, je me suis simplement rendu compte que mon amour pour l'animation avait énormément évolué, et que je commençais à faire la différence entre animé que je...

Lire la critique

il y a 4 ans

12 j'aime

1