Suburra
6.9
Suburra

Série Netflix (2015)

Voir la série

Dans la Rome antique SUBURE était un quartier populaire, mal famé, connu pour ses prostituées et ses tripots. Ceux parmi vous qui connaissent bien Rome pourront situer ce quartier derrière le magnifique mur de séparation qu'Auguste avait édifié entre son forum et Subure, mur parfaitement visible de nos jours au niveau du très bel hôtel FORUM ou depuis la Via dei Fori Impetriali.

La série en trois saisons nous transpose dans la Rome contemporaine et dans le milieu de la mafia. Tout commence avec l'enjeu d'une vente de terrain à Ostie, appartenant au Vatican, et avec la démission du maire de la ville qui entraîne des élections. Tout se termine avec l'annonce du Jubilé par le pape, moyen pour la mafia de gagner beaucoup d'argent avec la complicité des polticiens véreux. Cela pour le cadre extérieur. Dans ce contexte de nombreuses liaisons dangereuses s'établissent et se défond au gré des intérêts, des alliances et des trahisons entre les principaux protagonistes de la série: les cercles de la mafia, italiens ou gitans, les politiciens représentés par Amedeo Cinaglia, le Vatican...

Jusqu'à l'émergence d'un duo de criminels Spadino le gitan et Aureliano celui qui tient en main Rome sud, duo doublé d'Angelica, épouse de Spadino, et de Nadia, compagne d'Aureliano. Entre ces quatre criminels s'établit une relation de confiance et une amitié très forte. Ce quatuor fondé davantage sur l'amitié que sur l'appât du gain parvient à dominer Rome jusqu'au moment où tout bascule...

J'ai beaucoup apprécié cette série pour de nombreuses raisons.

Les personnages, bien que pour la plupart criminels et corrompus, sont attachants, par exemple Lele le fils du policier, mais surtout les duos Aureliano-Spadino / Nadia-Angelica. On vit du coup avec eux leurs multiples tribulations. Il s'agit d'une très belle histoire d'amitié et de fidélité entre Aureliano et Spadino, Nadia et Angelica. Ces criminels sont aussi profondément humains ce qui les rend attachants et ce qui nous permet éventuellement de nous identifier à eux. Il existe donc des mafiosi au grand coeur...

C'est une série sur la soif de pouvoir davantage que sur la cupidité. Des personnages extérieurs à la mafia de par leur origine sont entraînés dans une spirale infernale (Lele, Amedeo) qui les conduit là où ils n'auraient jamais pensé aller...

C'est aussi une série sur le conflit des générations entre vieilles et nouvelles méthodes chez les gitans et les mafieux italiens, la place des femmes en est un indice. A cela s'ajoute l'orientation sexuelle du gitan Spadino condamné par son milieu à se marier... et qui parvient malgré tout à s'attacher profondément à sa femme. Les nouveaux maîtres de Rome se différencient donc des anciens par leur capacité à s'allier au-delà du cercle, gitan ou mafieux, et à intégrer pleinement les femmes dans leur conquête du pouvoir. Par contre ils se montrent tout aussi violents que leurs aînés quand ils estiment que cela est nécessaire pour parvenir à leurs fins... L'immersion dans les grandes familles gitanes est saisissante en contraste avec les milieux mafieux italiens (contraste des lieux de vie et des relations humaines).

Enfin cette série est un bel hommage à la ville éternelle à travers de magnifiques prises de vue du Colisée, de Saint Pierre, de l'E.U.R ... même si le cadre habituel de l'action n'est pas celui de la Rome monumentale.

De la même manière que si l'on met un petit doigt dans ce milieu de la criminalité on ne s'en sort pas indemne, ainsi celui qui visionne le premier épisode de la saison 1 aura envie d'avaler les trois saisons d'affilé, tellement on est pris par les personnages et par l'envie de savoir comment tout cela se terminera... Cette série (dans laquelle la drogue tient forcément une place, mafia oblige) est addictive. Ne pas se fier à la scène d'ouverture du premier épisode de la saison 1 qui pourrait rebuter certains et leur donner une fausse idée de cette très bonne série!

PadreBob
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de cœur.

Créée

le 14 sept. 2022

Critique lue 150 fois

1 j'aime

PadreBob

Écrit par

Critique lue 150 fois

1

D'autres avis sur Suburra

Suburra
rodrigo_enlinenn
9

La vita, un giorno va bene un giorno va male

Après avoir fini de lever les yeux au ciel en découvrant une 137ème série sur l’Italie et donc la mafia, on s’aperçoit que celle-ci vaut sans doute bien plus le détour que les autres.Beaucoup moins...

le 27 mars 2019

4 j'aime

Suburra
Maxime_Fontaine
5

Il tente de devenir mafieux, ça tourne mal + explications

Les pérégrinations de petites frappes dans la ville de Rome avaient sur le papier tout pour devenir un poids lourd du Panthéon des séries estampillées "MAFIA". Hélas la recette n'est pas arrivé à...

le 25 nov. 2017

3 j'aime

Suburra
PadreBob
9

Liaisons dangereuses

Dans la Rome antique SUBURE était un quartier populaire, mal famé, connu pour ses prostituées et ses tripots. Ceux parmi vous qui connaissent bien Rome pourront situer ce quartier derrière le...

le 14 sept. 2022

1 j'aime

Du même critique

Pensées
PadreBob
10

Pascal en tableau

Les Pensées de Blaise Pascal sont à mes yeux l'un des plus grands chefs-d'oeuvre de la littérature non seulement française mais mondiale. Sur la forme: l'écriture de Pascal est d'une beauté...

le 29 sept. 2016

13 j'aime

3

Le Seigneur des anneaux - Intégrale
PadreBob
9

Tolkien et la Bible, l'imprégnation biblique du SDA

Nouvelles considérations sur le Seigneur des Anneaux L’adaptation cinématographique du Seigneur des Anneaux (=SDA) par Peter JACKSON a été à juste titre un grand succès : un événement culturel de...

le 3 févr. 2016

13 j'aime

2

Le Cercle des poètes disparus
PadreBob
9

Sucer la moelle de la vie

J'ai revu Le cercle des poètes disparus récemment, film qui m'avait beaucoup touché à sa sortie et pour lequel j'avais réalisé une fiche "pédagogique" en vue d'un ciné-débat avec un groupe de...

le 21 nov. 2016

12 j'aime

8