👉 1er juillet : Les extraits de commentaires sont à nouveau disponibles dans les feeds 🥳.
Et toutes les mises à jours sont à retrouver ici : journal de bord de SensCritique.

Texhnolyze fait partie des œuvres relativement peu connues, pas spécialement faciles d'accès, qu'on ne sait pas comment aborder mais qui continuent de nous hanter même des années après leur visionnage lors de pensifs flashbacks mentaux légèrement mélancoliques.

Je ne suis pas du tout fan de la violence gratuite (à la Akira), donc les premiers épisodes ont été quelque peu difficiles à suivre pour moi. Mais l'ambiance, pesante comme je les aime, qui sillonne entre un futurisme et un passéisme tous deux désabusés, m'a fait continuer de regarder cet amas fuyant de cheminements entre personnages asociaux, prisonniers d'un monde morne terriblement bien retranscrit par une réalisation tout simplement exceptionnelle.

Ne vous arrêtez donc ni au premier épisode, remarquable pour n'avoir quasiment aucune ligne de dialogue, ni aux quelques suivants : l'intérêt est encore plus grand une fois que tous les personnages ont été cernés et que leurs motivations apparentes ont été présentées, c'est-à-dire dans la seconde moitié.

C'est également une des rares productions qui ait une fin qui me satisfasse.
Oh, je n'ai pas été satisfait tout de suite ! Mais justement, au fil des semaines, des mois et des années, j'en suis venu à la conclusion que c'était la fin la plus logique et appropriée, malgré les sentiments contradictoires qu'elle m'inspire toujours.

Le titre de la musique de l'ultime scène, "walking through the empty age", pourrait servir de gros résumé.
Donc regardez-le : vous n'en sortirez peut-être pas grandi, probablement pas heureux, mais si vous vous laissez cogiter un minimum sur l'histoire vous aurez matière à réfléchir pendant très longtemps, ce qui est un signe infaillible d'une grande œuvre de Science-Fiction.

Si vous avez toujours des doutes, je vous conseille de regarder au moins le générique de début :
http://www.youtube.com/watch?v=u3SzOzm8lmo

Je ne mets pas 10 car, bien que j'aime les ambiances pesantes, je pense que parfois ils en ont fait trop, et que l'exécution globale aurait pu être mieux organisée.
Ruzgfpegk
9
Écrit par

Cet utilisateur l'a également mis dans ses coups de coeur.

il y a 11 ans

11 j'aime

1 commentaire

Texhnolyze
Ruzgfpegk
9
Texhnolyze

Walking through the empty age

Texhnolyze fait partie des œuvres relativement peu connues, pas spécialement faciles d'accès, qu'on ne sait pas comment aborder mais qui continuent de nous hanter même des années après leur...

Lire la critique

il y a 11 ans

11 j'aime

1

Texhnolyze
Phaedren
10
Texhnolyze

"Please. Just kill me."

De toutes les séries animées, Texhnolyze en demeure peut-être le récit le plus profond des démons de la psyché humaine, et certainement l’une des fresques les plus tristes, belles et envoûtantes. Sa...

Lire la critique

il y a 8 ans

8 j'aime

1

Texhnolyze
Henzo
9
Texhnolyze

Lorsque le ciel représente l'enfer, le paradis se trouve sous-terre

Je me retrouve bien malin face à un anime aussi complexe, et faut dire que sa complexité est à l'image de son univers, riche, mystérieux, fou. Je l'ai visionné deux fois, et les thématiques qui y...

Lire la critique

il y a 7 ans

7 j'aime

Texhnolyze
Ruzgfpegk
9
Texhnolyze

Walking through the empty age

Texhnolyze fait partie des œuvres relativement peu connues, pas spécialement faciles d'accès, qu'on ne sait pas comment aborder mais qui continuent de nous hanter même des années après leur...

Lire la critique

il y a 11 ans

11 j'aime

1

Team Fortress Classic
Ruzgfpegk
10

Critique de Team Fortress Classic par Ruzgfpegk

Ah, TFC. Peu après que j'aie eu accès à Internet en 56k avec des durées de connexion honnêtes, j'y jouais de façon intensive, et avec un plaisir constant. À l'époque, c'était un mod inclus dans les...

Lire la critique

il y a 11 ans

4 j'aime

1