Illustration Bédéphile (2016)

Les meilleures BD de 2016 selon Marius Jouanny

Avatar Marius Jouanny Cette liste de 42

BD

par Marius Jouanny est une réponse au sondage Les meilleures BD de 2016
Trier par : Tri par défaut
  • Tri par défaut
  • Date de sortie
  • Derniers ajouts
  • Note de l'auteur de la liste
  • Notes de mes éclaireurs
  • Note globale
  • Ordre alphabétique
  • Popularité
Croissant
  • Croissant
  • Décroissant
  • 1
  • 2
  • 1

    Shangri-la (2016)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Mathieu Bablet

    Voir critique.
  • 2

    Sauvage ou la sagesse des pierres (2016)

    Sortie : .

    BD (divers) de Thomas Gilbert

    Thomas Gilbert décrit une redécouverte de la nature à l'état sauvage par une citadine occidentale comme les autres. Il y a certes dans la démarche un aspect "poseur", qui dilate la narration pour exposer un dispositif formel ostentatoire, aussi bien dans le foisonnement des décors que dans les effets de découpage. Mais il s'agit surtout d'une introspection spirituelle vers une altérité radicale (le monde animal, puis végétal, puis minéral) qui justifie pleinement ce formalisme. On peut dès lors contempler avec émerveillement cette forêt qui prend vie avec un trait envoûtant et virtuose au crayon de couleur. Et s'effrayer de la violence qui sous-tend cette nature, la duplicité de cette univers aussi attirant qu'il est pourri de l'intérieur. Le voyage spirituel du personnage principal n'en est que plus riche et moins monolithique. Cela valait bien 300 pages.
  • 3

    L'Odeur des garçons affamés (2016)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Frederik Peeters et Loo Hui Phang

    Un one-shot métaphysique qui, comme le troisième tome de "Aama" du même Frederik Peeters, m'a décontenancé au point d'hésiter franchement sur la noté à lui attribuer. Ici épaulé par la scénariste et réalisatrice Loo Hui Phang, l'auteur comptant parmi les plus talentueux de la BD française actuelle s'attaque ici au western en prenant à contre-pied total les codes du genre. Ici, il n'est question de rien d'autre que du désir humain sous toute ses formes, mêlé à des manifestations spirituelles et autres expérimentations graphiques absolument sublimes, avec en toile de fond les prémices de l'invasion du capitalisme dans l'Ouest amérindiens.

    C'est superbement mis en scène et dessiné, l'émotion et la tension sexuelle dégagée sont proches du viscérale et côtoie toujours des sommets, mais les excentricités verbales de la scénariste rendent le tout un peu artificiel, comme la greffe d'un personnage antagoniste qu'on sait pas trop ce qu'il fout là ! Sans oublier une fin ambigu qui botte en touche : bref la proposition n'est pas parfaite, mais fichtrement audacieuse et remuante.
  • 4

    S’enfuir, récit d’un otage (2016)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Guy Delisle

    En abandonnant son alter-ego de papier, Guy Delisle signe l'un de ses albums les plus ambitieux et les plus aboutis. Il faut dire que sa réalisation fut un travail de longue haleine, amorcé il y a quinze ans lorsque l'auteur recontra l'ancien otage en question pour la première fois. Enfermé entre quatre murs par des tchétchènes pendant cinq mois en 1998, ses mésaventures sont pour le moins haletantes. Et pourtant, tout se résume aux geses répétitifs d'un homme privé de sa liberté physique, menotté à longueurs de journées dans une pièce vide.

    A partir de ce postulat narratif très statique, l'auteur décline les pensées et les angoisses du captif au point de produire un hui-clos très immersif. Motifs de mise en image, cadrages fixes, Delisle ne sacrifie rien pour se concentrer sur la viscérale tropeur de la situation, et pourtant tout semble animée d'une fièvre passionnée. A commencer par les batailles napoléoniennes que l'otage connaît par coeur et se remémore pour tuer le temps. Dans sa dernière ligne droite, le récit éclate les barrières physiques et consomme à point les attentes de plus de 300 pages d'enfermement. Du grand art documentraire, précis et chirurgical sans oublier de transmettre avant tout des émotions.
  • 5

    Une mystérieuse mélodie - Mickey vu par..., tome 2 (2016)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Cosey

    voir critique.
  • 6

    Satanie (2016)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Kerascoët et Fabien Vehlmann

    Voir critique.
  • 7

    Magritte (2016)

    Sortie : .

    BD (divers) de Thomas Campi, Vincent Zabus et Zabus

    Voir critique.
  • 8

    Adrastée : Intégrale (2016)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Mathieu Bablet

    Bablet impressionne par les détails fourmillants de ses décors mythologiques, il nous transporte de case en case comme dans un rêve. Le plus touchant dans ce diptyque qui suit les tourments d'un roi déchu immortel est la mélancolie des paysages naturels qu'il traverse, transmettant comme jamais le sentiment de la solitude et de la perte de sens.
  • 9

    Les Spectateurs (2016)

    Sortie : .

    BD (divers) de Victor Hussenot

    L'oeuvre de Hussenot prend une nouvelle envergure avec Les spectateurs, où toutes les impressions, réflexions qu'on pouvait déjà décelées dans ses précédents albums s'épanouissent dans une narration plus explicite, à l'univers entièrement dessiné à l'aquarelle fascinant. Certes, la démarche tâtonne et digresse énormément, mais c'est finalement un plaisir immense de se perdre avec l'auteur dans ses pensées sur le temps qui s'écoule, sur l'espace urbain qu'il explore à travers l'album.
  • 10

    Le Tribut (2016)

    Sortie : .

    BD (divers) de Jean-Marc Rochette et Benjamin Legrand

    Cette anthologie d'une série de science-fiction publiée par Rochette dans les années 90 dans (A Suivre), dont la fin n'avait jamais été publiée en album, n'a pas pris une ride 20 ans après. Enfin, on peut toujours pester sur une voix-off un peu trop bavarde, sur une richesse thématique pas assez exploitée... Il n'empêche que les ambitions picturales de l'oeuvre sont admirables, Rochette convoquant la fascination esthétique au secours du naufrage de l'humanité. Et mine de rien, l'univers développé, sur deux planètes différentes, est particulièrement dense pour une série en deux épisodes.
  • 11

    Kobane Calling (2016)

    Sortie : .

    BD (divers) de Zerocalcare

    Outre l'auto-dérision permanente caractéristique de la BD autobiographique qui permet un contrepoids salvateur au propos assez lourd de l'album (la guerre menée contre Daesh par le PKK) c'est le souci d'objectivation permanente de l'auteur sur son sujet qui permet un angle vraiment intéressant sur l'expérience libertaire du Rojava. Il admet y aller avec une vision idéaliste et très occidentalo-centrée de ce que le PKK a pu construire sur place en terme de confédéralisme démocratique, et s'efforce de confronter cet idéal au réel, de l'éprouver, même si cela doit mettre sa vie en danger. Une belle leçon de décentrement et d'engagement politique, qui reste relativement humble malgré la célébrité de l'auteur. Après, son point de vue restreint et orienté sur le Rojava est évident et reste la grande limite de la proposition, mais l'auteur reste honnête avec lui-même et son lecteur jusqu'au bout et c'est bien là l'essentiel.
  • 12

    Les Voyages d'Ulysse (2016)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Emmanuel Lepage, René Follet et Sophie Michel

    Lepage narre une courte partie de la vie du personnage masculin des "Voyages d'Anna", cette fois-ci dans un récit de bande dessinée. Le principal défaut de l'oeuvre est justement que la reprise de cette trame est surtout une reprise des mêmes registres et thèmes, tant le récit s'éloigne de ses postulats initiaux, s'éloignant du personnage principal au profit d'un personnage féminin qu'on découvre par des flash back un peu systématique. Qu'à cela ne tienne, Lepage réalise un livre-somme, qui de l'Odyssée reprend la rechercher désespérée de l'endroit où l'on veut demeurer, qui est aussi une recherche de soi-même. Le fil rouge incarné par la recherche de ce peintre et ses peintures paraît ténue, mais donne en réalité corps au récit tant il contribue à lui forger un imaginaire idéaliste et singulier. On en ressort comme après un long voyage, exténué, la bouche sèche, avec l'impression d'avoir fait une certaine expérience de l'éternité.
  • 13

    La Légèreté (2016)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Catherine Meurisse

    Avec plus de recul que Luz et son "Catharsis", Catherine Meurisse revient sur sa subite dépression post-attentats contre Charlie Hebdo. Rescapée à un cheveu du massacre (elle s'est réveillée trop tard pour être à l'heure au rendez-vous du comité de rédaction) son combat mental les mois suivants pour se remettre de l'effroyable est assez viscérale, tandis que sa quête du beau dans la dernière partie de l'album est très touchante. Cet album est le témoignage d'une force vitale hors du commun, qui après perte de mémoire et de repères se reconstruit peu à peu, en marge d'une société pulsionnelles qui ne peut la comprendre. Son voyage en Italie, la description subtile de son intimité, Meurisse ne perd aucun détails pour retranscrire une autobiographie qui paraît nécessaire malgré l'overdose médiatique qui a suivit les attentats.
  • 14

    Mickey's Craziest Adventures - Mickey vu par..., tome 1 (2016)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Nicolas Kéramidas et Lewis Trondheim

    Keramidas et Trondheim ont dû s'amuser comme des enfants à réaliser ce diptyque hommage à Mickey et Donald, tant les nombreuses péripéties de leurs récits sont autant de défis narratifs et esthétiques. Trondheim cherche à chaque page la chute qui marque, tandis que Kéramidas procure un grand plaisir esthétique à créer du mouvement, de la vie dans des planches aux décors variés et au bestiaire très réussi. Certes, tous les gags ne se valent pas et l'impression de surenchère est parfois trop tenace. Il y a aussi une part du plaisir qui est nostalgique et régressive, mais elle est loin d'être le seul intérêt de leur proposition. Déjà, ils construisent leurs albums comme des objets de manière assez malicieuse, en faisant croire qu'ils ont retrouvé des vielles revues de Mickey des années 60 et qu'ils ne font que les republier. Dans le tome 1, il y a même des pages manquantes au sein du récit, ce qui augure un bel exercice de style narratif, qui fait travailler l'imagination du lecteur à plein régime. Et dans le tome 2, Trondheim s'amuse à réfléchir de manière basique mais très efficace sur le concept de bonheur par le récit, augurant des formules un peu éculées mais aussi quelque belle leçon de philosophie très accessible au jeune lecteur.
  • 15

    Stupor Mundi (2016)

    Sortie : .

    BD (divers) de Néjib

    Le style de dessin de Néjib est un très bon exemple de la spécificité du dessin narratif en bande dessinée. Car lorsqu'on parcourt les pages du regard, force est de constater qu'à première vue le dessin n'est pas très attirant, le trait dépouillé et la mise en couleur en aplat donnant une impression de platitude qui a dû dissuader bon nombre de curieux en librairie. Et pourtant, lorsqu'on prend la peine de lire l'ouvrage, les qualités du dessin remontent à la surface : lisibilité à toute épreuve, expression subtile et sinueuse des émotions par l'usage du blanc... Voilà un dessinateur qui n'a que faire du dessin pour lui-même, cherchant avant tout une certaine rigueur de narration, et ce n'est finalement pas plus mal !
  • 16

    HSE (Human Stock Exchange), tome 3 (2016)

    Sortie : avril 2016.

    BD franco-belge de Thomas Allart et Xavier Dorison

  • 17

    Le Nouvel Hollywood - La Petite Bédéthèque des savoirs, tome 7 (2016)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Bruno Thielleux (Brüno) et Jean-Baptiste Thoret

    L'introduction disait juste : il s'agit bien d'un essai en bande dessinée plus qu'un simple récit historique du Nouvel Hollywood, tellement Jean-Baptiste Thoret rentre dans une analyse profonde et passionnante de mon courant cinématographique préféré. Certes, on peut imaginer que tout cela ne soit qu'une synthèse des bouquins qu'il a écrit sur le sujet, mais une synthèse très bien ramassée, et pertinemment mise en dessin par le talentueux dessinateur Bruno, qui reprend l'imagerie holywoodienne de l'époque avec son style épuré. Les éléments d'interprétations apportés donnent vraiment envie de creuser la réflexion sur le sujet, notamment pour comprendre les enjeux de la société américaine actuelle.
  • 18

    Une jeunesse au Moyen-Orient (1985-1987) – L’Arabe du futur, tome 3 (2016)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Riad Sattouf

    Toujours aussi cinglant, drôle, aux détails fournis. Sattouf a définitivement trouvé un filon avec cette série (et pas seulement commercial) d'une grande richesse : critique sociétale, regard tendre mais aussi acerbe sur sa famille. Tout le paradoxe qui étaye le plaisir de lecture repose sur la série d'incongruité que vit le petit Riad, qui paraisse néanmoins parfaitement authentique. Je suis toujours bluffé par la mémoire aussi étoffée qu'il a gardé de son enfance, comme de l'expressivité de ses dessins. Voilà une série qui reste une valeur sûre, et qui risque de renouveler profondément ses thèmes et son portrait dans le tome 4.
  • 19

    Le Crépuscule des idiots (2016)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Jean-Paul Krassinsky

    Krassinsky, dans la veine de Jean de la Fontaine en plus irrévérencieux signe une satire de la religion truculente avec des singes. Vu l'épaisseur du livre, je m'attendais à une réflexion plus poussée, une portée symbolique plus aiguisée. En l'état, la démarche est tout de même très appréciable : l'univers crade de l'auteur cohabite avec des décors naturels soignés (qui sont par contre un peu carte postale) et surtout des personnages de sombres crétins qui savent huiler la narration quand il le faut. Parfaitement cruel avec eux, Krassinsky n'en épargne aucun sans pour autant verser dans la totale misanthropie nihiliste.
  • 20

    Macaroni ! (2016)

    Sortie : .

    BD de Thomas Campi et Vincent Zabus

    Campi et Zabus campent une chronique de la vie quotidienne touchante et surprenante. Le caractère éculé de la proposition narrative (un enfant part une semaine chez son grand-père aigri qu'il connaît peu) est contrebalancé par une inventivité visuelle très forte. L'ancienne condition de mineur du grand-père est en effet rappelée par des apparitions visuelles oniriques très marquantes. De quoi rendre consistant et original un point de départ trop classique.
  • 21
  • 22

    Dans la forêt sombre et mystérieuse (2016)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Vincent Paronnaud (Winshluss)

    En s'aventurant sur le terrain parfois édulcoré de la BD jeunesse, Winshluss est aussi inventif et réjouissant qu'à son habitude. Ça se lit vite, mais quelle ardeur narrative et graphique. Sorte de melting-pot de contes en reprenant la trame narrative de Alice aux pays des merveilles, l'auteur ne cherche pas vraiment de rester fidèle à ses influences mais d'en jouer comme il l'a fait auparavant ("In God we trust" ou avec "Pinocchio"). Tout cela n'a rien de bouleversant dans sa réflexion mais c'est assez délectable.
  • 23

    Aïna - Jérôme K. Jérôme Bloche, tome 25 (2016)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Alain Dodier

    Qu'une série comme Jérome K. Jérome Bloche traite un thème comme celui de la GPA et de ses dérives eugénistes et néo-coloniales, cela a de quoi déconcerter ! Et même si cela manque un peu de subtilité, force est de constater que la recette, entre les personnages, la fluidité du récit par son traditionnel découpage "gaufrier", fonctionne toujours à merveille. Finalement, cette approche de la fiction très premier degré et à visée ouvertement morale est certes un peu désuète, mais elle ne manque pas de charme et parvient mine de rien à bien problématiser un sujet de société, même si c'est un peu avec des gros sabots.
  • 24

    Coquelicots d'Irak (2016)

    Sortie : .

    BD (divers) de Lewis Trondheim et Brigitte Findakly

    voir critique.
  • 25

    Histoires de mes 10 ans – Les Cahiers d’Esther, tome 1 (2016)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Riad Sattouf

    Après avoir sondé la vie des adolescents dans les lignes de métro ("La vie secrète des jeunes") et être retourné au collège ("retour au collège"), Riad Sattouf s'intéresse cette fois-ci à une petite fille en CM1, qui lui raconte son quotidien à l'école et avec ses parents. Le langage utilisé, les situations narratives et l'expressivité du dessin de Sattouf sont criants d'authenticité, avec cette pointe d'ironie empathique qui caractérise le regard de l'auteur. Mine de rien, le bougre est en train de réaliser un sacré corpus bédé sur les jeunes en France, qui a une certaine valeur sociologique, puisque tous les faits relatés sont scrupuleusement vrais (d'après souvenirs).
  • 26

    La Lumière de Bornéo - Une aventure de Spirou et Fantasio, tome 10 (2016)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Frank (Pé) et Zidrou

    Cet album de Spirou par Frank Pé et Zidrou parvient à insuffler des thèmes inédits à la série, comme l'adolescence et lien familiale, ainsi que l'émotion artistique. Il reprend aussi le propos sur la condition animale déjà développé depuis le Marsupilami, dans une cohérence totale avec l'oeuvre de Frank Pé, de "Broussaille" à "Zoo". Il apporte l'onirisme qui fait sa marque de fabrique avec un certain brio. Le récit se tient bien, les gags font souvent mouches, je regrette simplement que certains passages (une histoire d'amour traitée par-dessus la jambe par exemple) et tout l'arc narratif avec le comte de champignac en particulier sont insérés artificiellement et ne servent pas du tout l'intrigue principal.
  • 27

    Joséphine Baker (2016)

    Sortie : .

    BD (divers) de Catel Muller et José-Louis Bocquet

    Voir critique.
  • 28

    Chemin des souvenirs (2016)

    Sortie : .

    BD (divers) de Victor Hussenot

  • 29

    La vie à deux (2016)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Johan De Moor et Dal

    Johan de Moor et Dal continuent leur dissection cynique des sentiments humains avec toujours le même humour acerbe et noir de "Cœur glacé", à ceci près qu'ici ils se concentrent ici sur les représentations sociales du couple en éclatant leur narration qui tient presque plus de l'essai que du récit. Cet éparpillement n'est pas toujours bienheureux car l'album ressemble souvent à un patchwork digressif qui accumule des illustrations pleines pages pas toujours nécessaires. Reste l'inventivité narrative et graphiques des auteurs qui détournent l'imagerie publicitaire et les icônes de la culture populaire pour donner une consistance esthétique à leur réquisitoire contre la culture occidentale de l'amour éternel.
  • 30

    Le Féminisme - La Petite Bédéthèque des savoirs, tome 11 (2016)

    Sortie : .

    BD franco-belge de Thomas Mathieu et Anne-Charlotte Husson

    Voici le parfait petit condensé pour comprendre les enjeux et les différents courants du féminisme depuis sa montée en puissance au XXème siècle. L'esprit de synthèse, l'astuce permanente des dessins permettent une compréhension optimale du matériau historique développé. Très pratique pour s'y retrouver dans la complexité des mouvements intersectionnels des années 2000 jusqu'à aujourd'hui, l'album se veut très accessible au profane, et très pédagogique pour qui voudrait comprendre quelle analyse du patriarcat on peut produire aujourd'hui.
  • 1
  • 2