Avatar B-Lyndon

Critiques de Lilian

@B-Lyndon
Versus
  Suivre
Bande-annonce
6.4

A t-on le droit de vivre ?

C'est un film tranchant, c'est un film net, un film précis, un film dur ; où l'on regarde des êtres en construction marcher dans Paris, s'écouter, ne pas s'écouter, ne pas se comprendre, chercher leur place dans le monde. On pourrait trouver le film coquet et apprêté, avec son noir et blanc lisse, ses confidences silencieuses au creux des chambres parisiennes, ses citations romantiques au... Lire la critique de Mes provinciales

2
Avatar B-Lyndon
8
B-Lyndon ·
8.7

Le rêve de voir

Il y a tant de films de voyages, et si peu de ceux qui restent...si peu de ceux qui restent, et rêvent leurs voyages... J'ai eu l'impression rare de voir le film qui me fallait, pour plein de raisons, personnelles, contextuelles, politiques, artistiques. Un film qui s'inventait comme je le voyais. Un film à la hauteur de nos rêves. Et qui ne les idéalise pas, qui... Lire l'avis à propos de Les films rêvés

1
Avatar B-Lyndon
10
B-Lyndon ·
Bande-annonce
6.6

Tout le monde se trompe, mais personne n'est dupe

Eric Rohmer fait un cinéma d'une admirable dignité. Parce que d'une incroyable rigueur et en même temps d'une magnifique ouverture. Ouvert aux accidents, aux décharges de vent et de désirs qui secouent les plans. Et on sent la beauté du regard, posé sur les corps, les visages, la tendre jeunesse de sa jeune actrice, qui a après tout le droit de porter autant de désir, de conviction, de... Lire l'avis à propos de Pauline à la plage

2
Avatar B-Lyndon
9
B-Lyndon ·
6.0

Ça brûle

Confirmation que Mazuy est une cinéaste façonnée par les flammes, résolument du côté de la rage et de la vie. Saint Cyr est un film de commande, on le sent, le film a ses fragilités, mais je suis toujours impressionné par ce que Mazuy fait surgir entre deux plans, la sécheresse de ses récits et la puissance d'évocation inouïe de leur rythme. Présente à la fin de la séance, Mazuy ne s'emmerde... Lire la critique de Saint-Cyr

1
Avatar B-Lyndon
6
B-Lyndon ·
7.8

L'homme habite encore en poète ?

Quelques notes sur Derniers poèmes, Hölderlin. Poèmes ciselés, précieux comme des perles. Lus dans la chaleur d'un bain. En se relevant, le cœur bat : je me sens vivant. Ecrit comme on bat des cils face à la splendeur d'un paysage : on perçoit la clarté, puis la matière, le détail. Le paysage évolue. Mais est-ce le paysage qui évolue, ou le regard de l'homme ?... Lire la critique de Derniers poèmes

Avatar B-Lyndon
9
B-Lyndon ·
7.3

La Circulation

Je viens de voir deux films de Nanni Moretti, Journal intime et La Chambre du fils. Deux films très différents, n'occupant pas la même place dans la filmographie du grand cinéaste italien. Pourtant, ils me montrent à merveille à quel point Moretti est un cinéaste de la Circulation, et donc un grand cinéaste, un poète. Je suis bouleversé de voir avec quelle aisance ses films... Lire la critique de La Chambre du fils

1 1
Avatar B-Lyndon
8
B-Lyndon ·
7.2

Le mot Possible

Un film qui n'a pas peur de l'humanisme. Je dirai même : un film qui n'a pas peur du cinéma - pas peur d'embrasser toutes ses puissances. Ample et sec, écorché et réflexif, lyrique et politique, expérimental et classique. L'histoire de deux être qui traversent le désert pour retrouver la beauté d'une étreinte, et rendent au monde le mot Possible. Importantissime. Lire l'avis à propos de Inland

Avatar B-Lyndon
9
B-Lyndon ·
Bande-annonce
6.6

Etre un corps

Le dernier film de Tsai Ming Liang est un chef-d'oeuvre, un film d'une générosité inouïe. Il s'agit d'une série de gros plans sur des visages agés, de gens trouvés dans la rue ou ailleurs, superbement éclairés, regardés, vus, auxquels Tsai pose cette question : de quoi avez vous envie de me parler ? Au bout du film, le visage de son acteur fétiche, visage le plus aimé, le plus éclairé, et... Lire l'avis à propos de Your Face

2
Avatar B-Lyndon
9
B-Lyndon ·
6.3

Voir

Cinq plans, cinq expériences, une question : qu'est-ce que le cinéma ? Lancée là, en 2003, à l'heure où le numérique arrive comme une menace (qui efface les vagues de la mer) ou comme une bénédiction (qui permet de filmer un bout de bois sur la plage avec la légèreté d'un cygne). C'est ainsi que Kiarostami, 60 ans passé, retrouve dans la tentation du numérique le plaisir intellectuel et... Lire la critique de Five

1
Avatar B-Lyndon
10
B-Lyndon ·
Bande-annonce
7.0

Sur la fin d'Uzak

On croit d'abord que le lointain du titre du film n'est nulle part. Nous le cherchons dans ces rituels, dans ces tentatives d'approche, dans ces paysages enneigés, cet ennui existentiel. On regarde un homme changer la cassette de Stalker pour un mauvais porno. Le lointain que promet le grand cinéma n'est même plus désiré - le porno, cet intimisme toc, devient alors le seul confort de l'homme... Lire l'avis à propos de Uzak

Avatar B-Lyndon
7
B-Lyndon ·